Urgence Nigéria

L'insurrection de Boko Haram a provoqué le déplacement de plus de 2,3 millions de personnes dans le bassin du Lac Tchad.

Bien que l'armée nigériane ait repris le contrôle de certaines régions situées au nord-est du pays, les populations civiles au Nigéria, au Cameroun, au Tchad et au Niger continuent d'être affectées par de graves violations des droits de l'homme, des violences sexuelles et liées au genre à grande échelle, des recrutements forcés et des attentats suicide.

Donnez maintenant

 

Plus de 204 000

réfugiés nigérians


Plus de 1,7 million

de déplacés internes au Nigéria


Plus de 454 000

déplacés internes au Cameroun, au Tchad et au Niger


Toutes les statistiques

Mise à jour 6 novembre 2017

« Nous prions tous les jours pour la protection et la paix ».

Boussam Abdulahi, réfugié nigérian

Environ 17 millions de personnes vivant dans le bassin du Lac Tchad sont affectées par le conflit, dont plus de 2,3 millions de personnes déplacées de leur foyer. La crise a été exacerbée par la faim et la malnutrition découlant du conflit, qui ont atteint des niveaux critiques dans les quatre pays où 7,2 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire.

Quelque 10,9 millions de Nigérians vivant dans les trois Etats les plus touchés du nord-est du Nigéria ont besoin d’aide humanitaire. Plus de 200 000 réfugiés ont fui au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Les défis liés à la protection des personnes déplacées sont aggravés par l’insécurité permanente et la fragilité socio-économique, les communautés vivant dans la région du Sahel faisant face à une pauvreté chronique, un climat difficile, des épidémies récurrentes, des infrastructures insuffisantes et un accès limité aux services élémentaires.

L’armée nigériane et la Force multinationale mixte ont contraint les extrémistes à se retirer de nombreuses zones qu’ils contrôlaient auparavant, mais ces reconquêtes ont été éclipsées par une augmentation des attaques de Boko Haram dans les pays voisins. Malgré le retour des déplacés internes et des réfugiés nigérians dans les zones libérées, la crise demeure aigüe.

Que fait le HCR pour aider ?

Le HCR a renforcé son intervention et collabore avec les autorités dans le nord-est du Nigéria, ainsi qu’avec les partenaires des Nations Unies, pour aider les déplacés et les réfugiés rapatriés à reprendre un semblant de vie normale. Des efforts sont notamment faits pour veiller à ce que leurs droits soient respectés, pour assurer un soutien juridique et psycho-social aux victimes d’abus sexuels et de violence liée au genre et pour fournir des abris et des articles ménagers de base. Nous plaidons également pour assurer l’accès aux services de base ainsi que la paix et la sécurité afin que les retours soient durables.

Dans les pays voisins, nous collaborons avec les autorités pour veiller à ce que les réfugiés ne soient pas forcés de retourner au Nigéria contre leur volonté, et nous coordonnons l’aide humanitaire fournie par les agences des Nations Unies et les partenaires ONG dans le cadre de notre Plan régional de réponse pour les réfugiés.

Situation au Nigéria : portail de données opérationnelles

Pour trouver les derniers chiffres, rapports et documents.