Présidence finlandaise de l’UE : Il faut faire avancer la réforme du droit d’asile

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a publié ce mardi 11 juin ses recommandations pour la présidence finlandaise du Conseil de l’Union européenne (UE) qui débute le 1er juillet 2019.

Mona et Kaj sont des retraités finlandais qui assument le rôle de grands-parents de Diana, une réfugiée irakienne âgée de 3 ans, depuis son arrivée sur l'île finlandaise de Nagu en 2015. La petite fille avait fui l’Irak avec son père, Azaldin, après l'enlèvement de sa mère. © HCR/Max-Michel Kolijn

« La Finlande assurera la présidence de l’UE pendant une période cruciale qui comprend notamment la formation d’une nouvelle Commission européenne – une étape décisive dans le cadre de prochaines négociations budgétaires à long terme, et de l’adoption de priorités clés qui guideront le travail de l’UE pour cinq ans », a déclaré Gonzalo Vargas Llosa, Représentant régional du HCR pour les affaires européennes.

Le HCR recommande que la présidence finlandaise se concentre sur deux priorités urgentes : renforcer la coopération et la solidarité avec les réfugiés et les communautés d’accueil ainsi que promouvoir un mécanisme efficace visant le partage des responsabilités entre les États membres de l’UE. « L’Union européenne a une occasion unique d’aller enfin de l’avant et de préparer des réformes nécessaires qui ne peuvent plus être retardées », a ajouté Gonzalo Vargas Llosa.

Le HCR réitère son appel en faveur d’accords pratiques et fiables entre les États membres pour partager la responsabilité sur le débarquement des personnes secourues en Méditerranée, avant la mise en oeuvre d’un système de protection équitable et bien géré.

Dans ses recommandations, le HCR appelle également l’Union européenne à faire preuve de leadership au niveau mondial en développant les programmes de réinstallation et d’autres voies légales pour l’admission des réfugiés. Le HCR exhorte la présidence finlandaise à soutenir une stratégie globale sur la réinstallation élaborée par le HCR et ses partenaires, afin de réduire l’écart existant entre les besoins en matière de réinstallation et la réponse apportée. Avec une offre plus étendue en matière de voies légales, le nombre de personnes susceptibles de risquer leur vie pour rechercher la sécurité en Europe diminuera.

L’UE devrait également continuer à tenir un rôle de chef de file parmi les bailleurs de fonds pour l’action humanitaire. Dans cet objectif, il est essentiel de maintenir un niveau élevé de financements de l’UE pour l’aide humanitaire, afin de consacrer un soutien financier suffisant pour l’aide aux victimes de déplacements forcés.

Une troisième priorité de la présidence finlandaise devrait consister à lutter contre l’apatridie dans les pays de l’UE. Des moyens légaux existent et ont fait leurs preuves pour identifier et protéger les apatrides. Un plus grand nombre d’États membres devraient adopter ces mesures – et notamment celles permettant aux enfants de ne pas naître apatrides.

Le HCR se tient prêt à soutenir la présidence finlandaise, l’UE et ses États membres dans leurs efforts pour renforcer la solidarité envers les réfugiés et les pays qui les accueillent dans l’UE et à travers le monde.

• Lire les recommandations complètes du HCR pour la Présidence finlandaise du Conseil de l’Union européenne

• Voir aussi :

o Mieux protéger les réfugiés en Europe et dans le monde : Propositions du HCR pour redonner confiance par une gestion plus efficace, des partenariats plus performants et une solidarité accrue

o Le Pacte mondial sur les réfugiés et le Forum mondial pour les réfugiés organisé par le HCR

o Réunion de haut niveau du HCR sur l’apatridie (en anglais)

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

– A Bruxelles : Gabriela Romero Alvarez, [email protected], +32474962959