Le HCR accroît l’aide transportée vers le Yémen par la mer, avant un cessez-le-feu

Le HCR prépare un important pont aérien d’aide humanitaire vers Sana’a, la capitale du Yémen, qui aura lieu dans les prochains jours.

GENÈVE, 12 mai (HCR) – Le HCR a acheminé une cargaison de matériel de secours par la mer vers le port d’Hodeida au Yémen. Cette cargaison comprenait notamment des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine pour 60 000 personnes. L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés se prépare également à intensifier son aide si le cessez-le feu proposé entrait en vigueur ce jour.

Le porte-parole du HCR Adrian Edwards s’est félicité de cette cargaison acheminée vendredi dernier jusqu’à Hodeida. Il a déclaré aux journalistes : « Il y a un besoin clair et urgent de matériel de secours pour venir en aide à une population bien plus importante. » Il a ajouté que le HCR était occupé aux derniers préparatifs d’un éventuel pont aérien à grande échelle pour transporter l’aide humanitaire vers la capitale du Yémen, Sanaa. Le pont aérien aura lieu ces prochains jours si la trêve entre en vigueur et qu’elle est respectée.

« Des centaines de milliers de personnes à travers le Yémen luttent pour satisfaire leurs besoins fondamentaux et elles ont désespérément besoin d’aide », a souligné Adrian Edwards. Le pont aérien comprendrait trois rotations aériennes pour transporter la cargaison d’articles de secours depuis l’entrepôt du HCR à Dubaï. Les avions cargo achemineront 300 tonnes de nattes de couchage, de couvertures, d’ustensiles de cuisine et de bâches en plastique. Ce matériel n’est qu’une partie de la mobilisation de l’aide en cours à grande échelle et destinée à 250 000 personnes.

« En plus des rotations aériennes, le HCR cherchera à distribuer davantage d’aide déjà pré-positionnée au Yémen, et à effectuer des évaluations rapides des besoins dans des zones auparavant difficiles d’accès. Notre personnel et nos partenaires se préparent à donner des kits de secours à des dizaines de milliers de personnes déplacées », a déclaré Adrian Edwards.

Ces déplacés ont fui des frappes aériennes contre Sa’ada, à environ 150 kilomètres au nord de Sana’a, ces derniers jours. Beaucoup ont fui à pied et ils vivent dans des bâtiments publics. Les équipes du HCR apporteront des biens de secours à 21 000 personnes parmi les plus vulnérables dans les gouvernorats d’Amanat Al Asmimah, Amran et Hajjah au nord du Yémen. Dans le sud, le HCR espère envoyer davantage d’aide à Aden, Lahj, Abyan et Shabwa pour 17 500 personnes vulnérables.

« Alors qu’une pause humanitaire ne suffit pas au besoin vital de paix au Yémen, il est néanmoins d’une importance cruciale que l’aide soit acheminée, car les stocks existants dans le pays sont en voie d’épuisement, ce qui ajoute à la souffrance des civils », a souligné Adrian Edwards.

Le HCR vise également à utiliser toute pause dans les hostilités pour transporter et pré-positionner l’aide à Sanaa, Amran, Haradh et Aden afin qu’elle soit ensuite distribuée aux populations vulnérables dans les provinces environnantes. Des médicaments et des rations seront envoyées au centre de réception de Mayfa’a à l’est. Des vivres, du kérosène et du diesel seront acheminés vers le camp de réfugiés de Kharaz, près d’Aden.

Environ 2 000 réfugiés somaliens ont quitté les zones urbaines à Aden vers le camp de Kharaz depuis l’escalade des hostilités il y a six semaines. Nombre d’entre eux ont pu rejoindre les abris où vivent déjà des proches. Par contre, un nombre croissant de nouvelles familles sont arrivées et le HCR a dû fournir des tentes supplémentaires.

« Nous espérons également intensifier nos activités de protection au bénéfice des réfugiés et des demandeurs d’asile pendant la trêve. Grâce à nos permanences téléphoniques, notre personnel a reçu des demandes de certains migrants qui souhaitent désormais se faire enregistrer en tant que demandeurs d’asile à cause des problèmes auxquels ils sont confrontés aujourd’hui », a déclaré le porte-parole.

Beaucoup d’autres réfugiés ayant déjà travaillé en tant que journaliers ou personnel domestique ont perdu leurs moyens d’existence dans le conflit et ils ont besoin d’une aide en espèces. Le HCR espère reprendre les réunions avec les dirigeants de la communauté des réfugiés ainsi que d’autres activités de sensibilisation.

« Pour les employés du HCR dont beaucoup sont contraints par les combats de travailler à domicile où l’électricité se fait rare, nous leur distribuerons des batteries et des panneaux solaires. Sanaa a passé plusieurs jours sans électricité et certains quartiers d’Aden ne sont plus du tout alimentés en électricité », a noté Adrian Edwards.

Il a ajouté que le HCR et ses partenaires humanitaires ont exhorté toutes les parties à respecter le cessez-le-feu dans son entier, à respecter le droit international humanitaire et à cesser de cibler des civils ou des infrastructures civiles, ainsi que de permettre l’acheminement d’urgence de l’aide.

A travers le Yémen, plus de 300 000 civils sont déplacés par le récent conflit, qui affecte également un grand nombre parmi les 250 000 réfugiés au Yémen, principalement des Somaliens, au côté de 330 000 personnes déjà déplacées par de précédentes vagues de conflit. De plus, quelque 27 000 ressortissants de différentes nationalités ont fui le pays ces six dernières semaines vers la région environnante.