Des milliers de personnes fuient les combats dans le nord-est de la Syrie

Les fortes pluies, les inondations et les chutes de neige rendent encore plus difficile la situation des réfugiés syriens dans la région

De nouveaux déplacés syriens attendent de recevoir des bâches et du matériel de secours du HCR au camp d’Al Hol à Hassakeh, en Syrie. © HCR/Hisham Arafat

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, demeure vivement préoccupé par les informations faisant état d’un nombre croissant de victimes civiles – dont un grand nombre de femmes et d’enfants – ainsi que de déplacements civils massifs dans un contexte de reprise des combats dans l’enclave de Hajin, gouvernorat de Deir-ez-Zor. Durant les six derniers mois, des affrontements et des frappes aériennes dans le sud-est du gouvernorat ont forcé environ 25 000 personnes à fuir.

La vie de femmes et d’enfants sont menacées, ainsi que de nombreuses personnes âgées.

Environ 2 000 personnes se trouveraient encore dans la zone de combat de Hajin. Les personnes qui fuient Hajin témoignent de conditions désastreuses dans la région avec une rareté des services ainsi que des prix extrêmement élevés pour la nourriture de base. Nous sommes extrêmement préoccupés pour les civils qui restent pris au piège dans les zones contrôlées par Daech.

Les familles déplacées qui arrivent au camp d’Al Hol dans le nord-est de la Syrie relatent à notre personnel que les civils qui tentent de fuir ont fait face à des difficultés et des obstacles pour quitter la zone de conflit. Le HCR appelle toutes les parties – ainsi que celles qui sont susceptibles d’exercer une influence sur ces parties – à garantir la liberté de mouvement et le passage en toute sécurité des civils qui fuient vers un lieu de leur choix.

La majorité de ces personnes récemment déplacées ont cherché refuge dans le camp d’Al Hol, au nord-est de la Syrie, où plus de 8 500 personnes sont arrivées ces cinq dernières semaines. Certains des déplacés sont également hébergés dans l’installation informelle d’Abu Khashab et au sein des communautés d’accueil. Beaucoup parmi les nouveaux arrivants sont épuisés après avoir fui à pied et ils sont clairement en situation de souffrance. Certains ont passé au moins quatre nuits dans le désert en plein air, sous une pluie battante et par temps froid, sans ressource ni nourriture ni eau. Le périple dangereux et difficile ainsi que les conditions désastreuses à l’intérieur de l’enclave auraient entraîné la mort de six enfants – tous âgés de moins d’un an. La plupart d’entre eux sont morts tragiquement immédiatement après l’arrivée à Al Hol, trop faibles pour survivre.

Les équipes de santé d’urgence à Al Hol procèdent sur place immédiatement aux examens de santé et à la prise en charge des arrivants. Les blessures, les amputations et les gelures sont traitées en priorité. Les infections respiratoires aiguës, le rhume et la grippe font également partie des préoccupations médicales majeures. Les arrivants sont confus, épuisés et en détresse, notamment à cause de la séparation familiale. Beaucoup sont inquiets et profondément traumatisés d’avoir dû laisser des proches derrière eux.

Le HCR et ses partenaires sont sur le terrain tous les jours pour identifier les besoins et fournir une assistance en matière de protection, en particulier aux enfants non accompagnés ou séparés ainsi qu’aux personnes qui ont besoin d’une assistance médicale. Nos équipes distribuent des tentes, des articles de première nécessité et du matériel d’équipement contre les conditions hivernales à tous les nouveaux arrivants. Nous préparons de nouvelles parcelles équipées de tentes et agrandissons des installations collectives à Al Hol, en vue d’une hausse prévue du nombre d’arrivants depuis l’enclave de Hajin.

Nous réitérons nos appels en faveur d’un accès sans entrave pour l’aide humanitaire, afin de pouvoir fournir une aide humanitaire vitale pendant la période hivernale.

Dans le gouvernorat de Hassakeh, le camp de fortune d’Al-Areesha, qui abrite plus de 9 600 personnes déplacées, a été affecté par la montée rapide des eaux dans le réservoir voisin. Plus des deux tiers du camp sont sous l’eau. Les résidents rejoignent des zones du camp plus en altitude. Les travailleurs humanitaires et les volontaires ont déplacé plus de 1 200 tentes vers des terrains plus élevés et plus sûrs et ont monté des tentes collectives au cas où le niveau de l’eau augmenterait et où davantage de familles auraient besoin de se déplacer. Les familles expriment leur frustration, car beaucoup d’entre elles ont déjà dû déménager plus d’une fois au cours du dernier mois du fait de la hausse du niveau de l’eau.

Le HCR et d’autres acteurs humanitaires préparent le terrain dans d’autres camps en vue d’une éventuelle réinstallation en toute sécurité, au cas où les familles décideraient de partir.

Parallèlement, au Liban, la tempête Norma a fait des ravages parmi les communautés libanaises et réfugiées cette semaine. Plusieurs jours de vents violents, de fortes pluies et de neige ont provoqué des inondations et des dégâts dans des villes et villages du Liban, qui accueille près d’un million de réfugiés syriens. Plus de 360 sites accueillant 11 300 réfugiés ont été touchés à travers le pays.

A Minieh, au nord du Liban, la tempête a coûté la vie à Fatima, une fillette réfugiée syrienne de huit ans qui a été emportée par les inondations. Nous apportons un soutien à ses parents et ses frères et sœurs en ces temps difficiles. La plupart des destructions ont été causées par de fortes pluies et des inondations dans des sites de fortune. Dans la plaine de la Bekaa, au moins 600 réfugiés syriens ont dû être transférés vers des lieux sûrs en raison des inondations ou des dégâts importants causés à leurs abris.

A travers tout le Liban, le HCR aide 166 000 familles vulnérables dans le cadre de son programme d’assistance hivernale pour les aider à rester au chaud et au sec. Le matériel d’aide comprend des bâches en plastique et du bois pour aider les réfugiés à protéger leurs abris des éléments, ainsi qu’une allocation d’aide en espèces d’un montant de 75 dollars par famille pendant les cinq mois d’hiver, pour aider les familles à couvrir les dépenses supplémentaires d’équipement contre les conditions hivernales, notamment le combustible pour le chauffage, les médicaments et les vêtements.

Cet hiver, le HCR a pour objectif de fournir une aide pour l’équipement contre les conditions hivernales à 3,5 millions de déplacés et réfugiés vulnérables syriens et irakiens en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Égypte. Plus de deux millions de déplacés et réfugiés syriens et irakiens ont bénéficié d’une aide pour l’équipement contre les conditions hivernales.

La stratégie du HCR pour l’équipement contre les conditions hivernales comprend la fourniture d’une aide financière saisonnière en espèces aux familles vulnérables et d’articles de première nécessité spécifiques à la saison hivernale, ainsi que la préparation d’abris pour l’hiver, comme la protection contre les intempéries et les réparations, ainsi que l’amélioration des systèmes de drainage et autres infrastructures dans les camps et installations informelles.

Le budget total du Plan régional pour l’équipement contre les conditions hivernales s’élève à 180 millions de dollars et couvre la période allant de septembre 2018 à mars 2019.