Art Stands with Refugee Women – Le HCR à Art Basel pour une seconde édition

Le HCR est présent à la prestigieuse foire d’art contemporain d’Art Basel pour la deuxième fois en 2019, à l’occasion d’un évènement destiné à célébrer le potentiel des femmes réfugiées et à sensibiliser le public à leur cause. Un projet soutenu par divers artistes – parmi lesquels Alfredo Jaar, Tania Bruguera, Bouchra Khalili, Miriam Cahn et François Burland – qui ont dédié l’une de leurs œuvres au projet. Celles-ci sont non seulement exposées en ville de Bâle du 7 au 20 juin, mais font aussi l’objet d’une vente caritative au profit des activités du HCR.

Art Stands with Refugee Women – Le HCR à Art Basel pour une seconde édition © UNHCR/Mark Henley

Plus de la moitié des réfugiés dans le monde sont des femmes et des jeunes filles. Elles sont parfois persécutées au même titre que leurs pairs de sexe masculin, mais sont aussi confrontées à des risques spécifiques, tels que la violence sexuelle et sexiste. Les femmes et jeunes filles réfugiées démontrent souvent une résilience et un courage hors-du-commun afin de surmonter ces obstacles et de parvenir à reconstruire leur vie.

A une époque où les droits des femmes dans leur ensemble sont revendiqués plus distinctement, il apparait indispensable de sensibiliser l’opinion publique à la cause des femmes et jeunes filles réfugiées également. Loin de n’être que de simples victimes, elles incarnent de véritables héroïnes du quotidien dont le potentiel, l’émancipation et la participation économique et sociale doivent être revendiqués.

Afin de communiquer ce message, le HCR s’associe en 2019 à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil. Sur initiative de l’artiste Alfredo Jaar, ceux-ci ont contribué à une série d’affiches artistiques qui sont exposées en ville de Bâle durant la foire et jusqu’au 20 juin 2019, qui marque la Journée mondiale du réfugié (voir le plan permettant de découvrir les différentes affiches ici). Un projet placé sous le nom de «Where do birds fly after the last sky?», tiré d’un poème de l’écrivain Mahmoud Darwish.

Si certains artistes ont créé une œuvre originale pour le projet, d’autres ont mis à sa disposition une œuvre préexistante, illustrant sans concession le drame des migrations forcées à notre époque. Une œuvre originale signée par ces artistes est par ailleurs vendue au bénéfice des activités du HCR, notamment en faveur de l’emploi de réfugiés dans le secteur de l’artisanat via le projet Made 51.

Parmi les artistes participants figurent Alfredo Jaar, Tania Bruguera, Bouchra Khalili, Miriam Cahn & François Burland, les artistes réfugiés Hayv Kahraman, Allam Fakhour et Natalia Sierra Poveda (avec le soutien de la Haute École d’art de Zurich / Zürcher Hochschule der Künste ZHdK) ainsi que les photographes Emmanuel Jambo, Helena Christensen et Reza.

 

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"o.t." par Miriam Cahn sur la Place du Marché de Bâle – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"Migrant 3" par l'artiste Hayv Kahraman, Schifflände – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"Weiterflucht" par Allam Fakhour à gauche et "Géographies perdues" de François Burland, Barfüsserplatz – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"15 year old Soreli Martinez, Internally Displaced from Colombia" par Helena Christensen, Ambassadrice de bonne volonté du HCR. Theaterplatz de Bâle – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"Le fleuve Amour" par Reza Deghati, à proximité de la gare CFF de Bâle – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"BLAU" par Miriam Cahn, évoque les corps de réfugiés et migrants sombrant dans la Méditerranée (Kaserne/Unterer Rheinweg) – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"Three women, Where did we go wrong?" du photographe du Soudan du Sud Emmanuel Jambo, Badischer Bahnhof – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

"Traum" (rêve) par Allam Fakhour, artiste syrien réfugié en Suisse, Badischer Bahnhof – En 2019, le HCR s’associe à une palette d’artistes prestigieux, sensibles à la cause des personnes déplacées de force ou ayant eux-mêmes fait l’expérience de l’exil, afin de sensibiliser le public à la situation des femmes réfugiées. Une exposition visible en ville de Bâle jusqu’au 20 juin, placée sous le titre «Where do birds fly after the last sky?». © UNHCR/M. Henley

 

Expliquant sa participation au projet, l’artiste Alfredo Jaar commente: «Il y a 68.5 millions de personnes déplacées dans le monde aujourd’hui. Un chiffre intolérable, qui témoigne d’un échec monumental du monde politique. Nous devons trouver une façon d’offrir à ces réfugiés un foyer, une nouvelle vie. Que signifie l’humanité si nous échouons? Les terrains de l’art et de la culture offrent des espaces de liberté indispensables, malheureusement devenus trop rares aujourd’hui. Accueillons-les ici, parmi nous, au sein de ces espaces. Peut-être le monde nous suivra-t-il?»

Cette initiative vise tant à célébrer le potentiel créatif et la résilience des réfugiés qu’à saluer le rôle des artistes et des institutions qui mettent leurs forces à contribution pour amplifier la voix de ces derniers. Le titre de l’événement, «Art Stands with Refugee Women», reconnait ce rôle déterminant et invite le public à faire montre de solidarité avec les individus et les familles forcées de fuir, ainsi qu’à ouvrir les portes des institutions culturelles aux réfugiés.

Anja Klug, Cheffe du Bureau du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein, salue l’engagement des artistes en faveur des femmes réfugiées: «Les droits des femmes réfugiées doivent être reconnus comme faisant partie intégrante du combat contemporain pour l’égalité des genres – en Europe comme dans le monde. Cela passe par une reconnaissance complète de leurs forces, de leur résilience et de leur potentiel créatif. Les femmes réfugiées – qu’elles soient des jeunes filles, des mères ou même des icônes de la pop-culture – sont souvent un pilier de la vie sociale et communautaire, mais obtiennent rarement la reconnaissance politique qui leur est dûe pour ce rôle essentiel.»

Les œuvres exposées en ville de Bâle et mises à contribution de la vente caritative peuvent être découvertes à l’adresse suivante:

 

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

12 juin 2019 – des invités de l'évènement "Art Stands with Refugee Women" découvrent l'exposition d'affiches artistiques développée par le HCR à l'occasion des Journées du réfugié. © UNHCR/Mark Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

Melissa Fleming, responsable de la communication du HCR au niveau mondial, a souligné la force et la résilience des femmes réfugiées dans son intervention © UNHCR/Mark Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

La Conseillère nationale Yvonne Feri a quant à elle abordé les défis relatifs à la prise en charge des femmes réfugiées en Suisse. © UNHCR/Mark Henley

Switzerland. Art show celebrates strength of women and girl refugees

Aida Nosrat, chanteuse et violoniste iranienne n'étant pas autorisée à chanter dans son pays d'origine, a profondément ému l'assistance avec son interprétation de "Scream" du poète iranien Fereydoun Moshiri. © UNHCR/Mark Henley

Switzerland. Art show celebrates strength of women and girl refugees

Krystyna Marty, Secrétaire d'Etat adjointe aux affaires étrangères (DFAE), a évoqué le rôle de la Confédération en matière de protection des femmes réfugiées. © UNHCR/Mark Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

Tania Bruguera, artiste cubaine ayant participé à l'exposition d'affiches artistiques, a représenté à cette occasion la coalition d'artistes ayant rejoint le projet sous l'impulsion d'Alfredo Jaar. © UNHCR/Mark Henley

Switzerland. Art Stands with Refugee Women in Basel, with the art and poster project “Where should birds fly after the last sky?”

Le Conseiller d'Etat du canton de Bâle-Ville, Dr. Hans-Peter Wessels, a quant a lui salué la volonté du HCR de prendre possession des rues de la ville de Bâle pour sensibiliser le public à la cause des femmes réfugiées. © UNHCR/Mark Henley

 

Pour plus d’informations merci de contacter:

Julia Dao
Responsable de la communication, Bureau du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein
+ 41 22 739 85 69
+ 41 79 204 34 09
[email protected]