Plus de 500 000 réfugiés rohingyas pourvus de documents d’identité, la plupart pour la première fois

Plus de 500 000 réfugiés rohingyas du Myanmar avaient déjà été enregistrés par les autorités du Bangladesh et le HCR.

Une équipe du HCR au Bangladesh enregistre des réfugiés rohingyas, dont la plupart d’entre eux reçoivent une carte d’identité pour la première fois de leur vie. © HCR/Caroline Gluck

Ce mercredi, plus de 500 000 réfugiés rohingyas du Myanmar avaient déjà été enregistrés dans le cadre d’un programme d’enregistrement mené conjointement par les autorités du Bangladesh et le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Pour la plupart d’entre eux, c’est la première fois qu’ils reçoivent une carte d’identité. Ces cartes d’identité biométriques et anti-fraude sont délivrées conjointement par les autorités bangladaises et le HCR à tous les réfugiés enregistrés âgés de plus de 12 ans.

Cet enregistrement complet, qui est effectué simultanément dans toutes les installations de réfugiés de Cox Bazar, vise à garantir l’exactitude des données sur les réfugiés au Bangladesh ainsi qu’à permettre aux autorités nationales et aux partenaires humanitaires de mieux comprendre cette population et ses besoins. Ces statistiques précises aideront les organisations humanitaires à planifier leurs programmes et à cibler l’aide là où elle est le plus nécessaire, en particulier au bénéfice des personnes ayant des besoins spécifiques comme les femmes et les enfants chef de famille ainsi que les personnes handicapées.

La semaine dernière, grâce aux données biométriques collectées durant cet enregistrement, le HCR a lancé son Outil de distribution globale (GDT) dans l’une des installations de réfugiés à Cox Bazar. Grâce à la vérification des empreintes digitales ou des scanners de l’iris, cet outil anti-fraude accélère les distributions et peut être utilisé par les partenaires pour assurer qu’il n’y a pas de double distribution de l’aide et que personne n’est exclu. Sa mise en œuvre se poursuivra dans d’autres installations au cours des prochaines semaines.

Les nouvelles cartes d’enregistrement indiquent que le Myanmar est le pays d’origine, un élément essentiel pour établir et protéger le droit des réfugiés rohingyas à retourner chez eux au Myanmar, si et quand ils décident que le moment est venu.

Environ 900 000 réfugiés rohingyas vivent dans des installations surpeuplées à Cox Bazar, dont plus de 740 000 d’entre eux auraient fui le Myanmar depuis août 2017.

L’enregistrement en cours avait débuté en juin 2018. En moyenne, quelque 5000 réfugiés sont enregistrés chaque jour sur sept sites différents dans les installations. Plus de 550 employés locaux ont été recrutés pour cette opération d’enregistrement, l’objectif étant de l’achever au cours du dernier trimestre 2019.

Le Système du HCR pour la gestion de l’identité biométrique (BIMS) saisit les données biométriques, y compris les empreintes digitales et les scanners de l’iris, ce qui sécurise l’identité unique de chaque réfugié ainsi que d’autres informations importantes comme les liens familiaux.

Le HCR et les autorités bangladaises s’entretiennent régulièrement avec des représentants de la communauté réfugiée, y compris des dirigeants tels que des représentants élus de la communauté, des imams, des anciens et des enseignants, pour expliquer les avantages de l’enregistrement ainsi que répondre aux questions et préoccupations. Des équipes de sensibilisation composées de réfugiés bénévoles se rendent également dans la communauté pour expliquer le processus d’enregistrement et encourager les résidents à s’enregistrer.

Le HCR appelle la communauté internationale à poursuivre son soutien envers les réfugiés rohingyas et le Bangladesh. Fin juillet, le HCR et ses partenaires travaillant sur la réponse conjointe à la situation de réfugiés au Bangladesh ont reçu 318 millions de dollars, soit un peu plus du tiers des 920 millions de dollars recherchés pour l’année 2019.