Le chef du HCR exhorte à gérer d’urgence la surpopulation dans les centres d’accueil des îles grecques, appelle l’Europe à partager la charge

Le chef du HCR a souligné la nécessité d’une plus grande solidarité européenne envers la Grèce.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, s’entretient avec une famille de demandeurs d’asile syriens récemment arrivés au centre d’accueil et d’identification bondé, à Moria sur l’île grecque de Lesbos. © HCR/Achilleas Zavallis

Athènes, Grèce – Lors d’une visite de trois jours sur l’île de Lesbos et à Athènes, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi a exhorté la Grèce à mettre en œuvre d’urgence des mesures visant à gérer les conditions de sévère surpopulation dans les îles grecques en mer Égée. Le chef du HCR a également souligné la nécessité d’une plus grande solidarité européenne envers la Grèce.

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi à la fin de sa visite, le Haut Commissaire a présenté quatre domaines prioritaires dont il avait discuté avec le gouvernement grec.

Filippo Grandi a appelé à l’amélioration urgente des conditions de vie, à la lutte contre la surpopulation dans les îles, à la mise en place d’une procédure d’asile efficace et équitable ainsi qu’à la protection des 5000 enfants non accompagnés qui se trouvent actuellement dans le pays et où la plupart d’entre eux vivent dans des conditions précaires.

«Ce pays doit clore un chapitre sur le mode de gestion de ce mouvement [de réfugiés]», a déclaré Filippo Grandi, soulignant qu’il existe une opportunité pour la Grèce de répondre aux graves problèmes auxquels elle fait face.

A Lesbos, Filippo Grandi a déclaré avoir été témoin de conditions «extrêmement inquiétantes» au centre d’accueil de Moria qui accueille aujourd’hui 16 100 demandeurs d’asile – soit sept fois plus que sa capacité initiale d’accueil.

Filippo Grandi s’est largement félicité des mesures prévues par le gouvernement grec pour améliorer la situation à Lesbos et dans d’autres îles touchées, notamment l’engagement de transférer 20 000 personnes vers le continent. Il a exhorté la Grèce à accélérer le rythme à l’approche de l’hiver et à veiller à ce que des logements décents et un accès aux services essentiels soient fournis sur le continent.

Le Haut Commissaire s’est également félicité de l’intention du Gouvernement grec d’accélérer les procédures d’asile. Toutefois, il a mis en garde contre le fait que des processus plus rapides de détermination du statut ne devraient pas se faire au détriment des garanties et des normes, en soulignant que la majorité des arrivants en Grèce cette année étaient des réfugiés, principalement des Syriens et des Afghans.

Filippo Grandi a exprimé son soutien au projet du Premier ministre grec d’adopter une nouvelle politique visant à protéger les enfants réfugiés et migrants qui sont seuls en Grèce, et a exhorté la société civile à jouer un rôle actif dans sa mise en œuvre.

«Dans ce pays, il existe une situation d’urgence concernant les enfants arrivés en tant que migrants ou réfugiés», a déclaré Filippo Grandi. «Vous devez vous assurer, voire davantage encore car ce sont des enfants, qu’ils sont décemment logés et qu’ils ne courent aucun risque.»

Au-delà des priorités urgentes, Filippo Grandi a souligné le besoin de solutions à long terme pour aider à l’intégration des réfugiés dans la société grecque avec la participation active des municipalités et des organisations non gouvernementales.

Grâce au programme ESTIA financé par la Commission européenne, le HCR et le gouvernement grec assurent une aide à certains des demandeurs d’asile les plus vulnérables – dont beaucoup d’entre eux obtiendront le statut de réfugié – avec 25 500 places dans des appartements à travers la Grèce, en partenariat avec des maires et des ONG. Quelque 80 000 demandeurs d’asile et réfugiés reçoivent une allocation mensuelle d’aide en espèces dans le cadre de ce même programme. Filippo Grandi a appelé l’UE à continuer de fournir son appui au programme ESTIA en 2020, et ce à un niveau similaire.

Filippo Grandi s’est félicité de la compassion manifestée par les communautés grecques qui font preuve d’une solidarité et d’une hospitalité exemplaires. Le chef du HCR a également déclaré que des solutions sont nécessaires pour atténuer la charge sur les communautés hôtes.

Il a également exprimé son inquiétude face à la montée, en Europe, des sentiments anti-réfugiés, du discours xénophobe ainsi que de l’hostilité envers les réfugiés et les demandeurs d’asile.

«En exprimant votre haine, en criant, qu’accomplissez-vous vraiment? Le problème demeure et vous avez réduit l’espace pour de vraies solutions», a-t-il indiqué.

Filippo Grandi a appelé l’Europe à soutenir les efforts de la Grèce pour renforcer son régime d’asile, continuer à fournir des ressources à la Grèce et étendre ses mesures de solidarité en ouvrant des lieux de réinstallation pour les demandeurs d’asile vulnérables, notamment les enfants non accompagnés.

«Je me suis engagé auprès du gouvernement à me faire l’ardent défenseur de la Grèce auprès des institutions européennes et internationales», a déclaré Filippo Grandi.

Enfin, Filippo Grandi a promis que le HCR continuerait à soutenir la Grèce dans sa réponse aux réfugiés et a exhorté le gouvernement à recourir au HCR à titre de ressource et conseiller.