Le secteur privé se mobilise au Forum mondial sur les réfugiés

Plus de 30 organisations – dont des multinationales, des cabinets d’avocats, des fondations privées, de petites et moyennes entreprises, des coalitions et des réseaux d’investissement – ont formulé des promesses de contributions d’un montant de plus de 250 millions de dollars.

Des réfugiées utilisent des tablettes dans une salle de classe de l’école Angelina Jolie, au camp de réfugiés de Kakuma au Kenya. L’école est connectée à Internet depuis 2016 avec l’aide de la fondation Vodafone. © HCR/Hannah Maule-ffinch

Le rôle croissant et essentiel du secteur privé dans la mobilisation des ressources en faveur des réfugiés a été démontré au Forum mondial sur les réfugiés qui se termine aujourd’hui à Genève. Plus de 100 entreprises et fondations participent au Forum, qui est co-organisé par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et le Gouvernement suisse.

Avec des partenaires comme le Tent Partnership for Refugees, la Chambre de commerce internationale, ainsi que des plates-formes et des réseaux locaux, le HCR a recueilli des engagements de contribution de la part d’entreprises, de philanthropes et de fondations. Ces engagements du secteur privé aideront la communauté internationale à élaborer des contributions significatives et tournées vers l’avenir en vue de transformer la vie des réfugiés et des communautés qui les accueillent.

Plus de 30 organisations – dont des multinationales, des cabinets d’avocats, des fondations privées, de petites et moyennes entreprises, des coalitions et des réseaux d’investissement – ont formulé des promesses de contributions d’un montant de plus de 250 millions de dollars. Celles-ci s’articulent autour des objectifs du Pacte mondial sur les réfugiés et comprendront des engagements spécifiques concernant des opportunités dans les secteurs de l’éducation, de la formation professionnelle et de la création d’emplois pour les réfugiés. D’autres engagements portent sur la connectivité, l’aide juridique bénévole, les services de développement des entreprises, l’investissement dans les entreprises dirigées par des réfugiés, le financement novateur, l’aide financière ainsi que l’accès à une énergie propre et sûre.

«Du fait de conflits prolongés et de l’éclatement de nouveaux conflits, qui génèrent le déplacement de millions de personnes, nous avons besoin de moyens astucieux, motivants, dynamiques et inclusifs pour aider les réfugiés et les communautés d’accueil. Nous avons tous un rôle à jouer», a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. «Le secteur privé, grâce à sa créativité, son dynamisme et son engagement, a déjà commencé à agir et a pris des engagements importants au Forum mondial sur les réfugiés. Et ces entreprises sont prêtes à faire encore davantage.»

Lundi 16 décembre, les groupes Ingka, Inter IKEA et la fondation IKEA, la Fondation Vodafone et la Fondation LEGO ont annoncé d’importantes promesses de contribution financière, ce qui témoigne du rôle central du secteur privé pour aider les personnes déracinées et les communautés dans lesquelles elles vivent actuellement.

En 2018, quelque 70,8 millions de personnes étaient déracinées à travers le monde, c’est le nombre le plus élevé jamais enregistré. La nécessité d’une réponse collective – et d’une prise de responsabilité collective – est plus importante que jamais.

Principales promesses de contribution de la part du secteur privé

Ingka Group, Inter IKEA Group et la fondation IKEA ont annoncé des engagements en faveur des réfugiés sur l’ensemble des segments de leur chaîne de valeur D’ici 2022, ils soutiendront 2500 réfugiés grâce à des initiatives de formation professionnelle et d’acquisition de compétences linguistiques dans 300 magasins et unités IKEA au sein de 30 pays. Le groupe Inter IKEA créera des moyens d’existence durables pour 400 femmes grâce à son partenariat avec la fondation Jordan River. Ces engagements de la fondation IKEA sont renforcés par la promesse d’une contribution financière de 100 millions d’euros pour des programmes mis en œuvre au cours des cinq prochaines années.

Fondation LEGO: Une subvention de 100 millions de dollars pour des solutions d’apprentissage ludiques destinées aux enfants d’âge préscolaire et primaire affectés par les crises humanitaires prolongées en Afrique de l’Est, dans le cadre d’une nouvelle initiative intitulée PlayMatters, qui vise à renforcer leur résilience et à les aider à acquérir des compétences sociales, émotionnelles, cognitives, physiques et créatives.

Fondation Vodafone: Un engagement à fournir une éducation numérique de haute qualité à plus de 500 000 jeunes réfugiés avec l’expansion du programme Instant Network Schools (INS). Vodafone assurera une connectivité gratuite dans les écoles, et des employés bénévoles formés par Vodafone soutiendront la formation des enseignants et fourniront une assistance technique sur le terrain. Le nombre de projets INS sera augmenté au Kenya, en Tanzanie et en République démocratique du Congo, et ce programme sera étendu à de nouveaux pays d’ici 2025.

Un engagement sans précédent du secteur privé a été pris par plus de 20 cabinets d’avocats, dont certains parmi les plus importants au monde, ainsi que par des conseillers juridiques internes de plusieurs sociétés multinationales et d’une association nationale du barreau, qui se sont engagés à consacrer 125 000 heures par an à l’aide juridique bénévole aux réfugiés et aux apatrides. Des dizaines d’ONG se sont également engagées conjointement à fournir une aide juridique aux réfugiés et aux apatrides.