Les agences de l’ONU alertent sur le danger que représentent la poursuite du conflit et la pandémie de Covid-19 pour la population en Libye

La santé et la sécurité de toute la population du pays sont menacées.

Une mère réfugiée érythréenne et son fils sont hébergés au domicile d’un réfugié soudanais à Tripoli, en Libye, en juillet 2019. © HCR/Mohamed Alalem

Près de 400 000 Libyens ont été déplacés depuis le début du conflit il y a neuf ans – dont la moitié environ au cours de l’année écoulée, depuis le début de l’attaque sur la capitale, Tripoli.

Malgré les appels répétés en faveur d’un cessez-le-feu, notamment par le Secrétaire général des Nations Unies, les hostilités se poursuivent sans interruption, entravant ainsi l’accès et la distribution d’une assistance humanitaire essentielle. Les travailleurs humanitaires sont confrontés quotidiennement à des difficultés importantes qui les empêchent de mener à bien leur mission. En mars 2020, les partenaires humanitaires ont fait état d’un total de 851 entraves à l’accès du personnel et du matériel humanitaires à l’intérieur et à destination de la Libye.

La situation est particulièrement alarmante pour de nombreux réfugiés et migrants. Depuis le début de cette année, plus de 3200 personnes ont été interceptées en mer et renvoyées en Libye. Nombre d’entre elles se retrouvent dans l’un des onze centres de détention officiels. D’autres sont emmenées dans des installations ou des centres de détention non officiels auxquels la communauté humanitaire n’a pas accès. Les Nations Unies ont répété à plusieurs reprises que la Libye n’est pas un port sûr et que les personnes secourues en mer ne doivent pas être renvoyées en détention arbitraire.

Les femmes et les enfants continuent à être les plus touchés par le conflit armé en cours en Libye : au cours de l’année dernière, les Nations Unies ont recensé 113 cas de violations graves, notamment des meurtres et des mutilations d’enfants, et des attaques contre des écoles et des établissements de santé. Des hôpitaux et des centres de santé ont été visés par des bombardements, ce qui a davantage mis à mal le déjà fragile système de santé libyen. Depuis le début de l’année, au moins 15 attaques ont endommagé des établissements de santé et des ambulances, et blessé des professionnels de la santé. Ces attaques constituent une violation flagrante du droit humanitaire international et sont encore plus dramatiques dans le contexte actuel de la pandémie de Covid-19.

La présence du coronavirus en Libye constitue une contrainte additionnelle pour son système de santé déjà surchargé, et représente une menace supplémentaire pour les personnes les plus vulnérables du pays. Au 13 mai, on comptait 64 cas confirmés de Covid-19, dont trois décès, et ce dans différentes régions du pays. Cela indique qu’une transmission locale du virus est en cours. Le risque d’une propagation de l’épidémie est par conséquent très élevé.

La sécurité alimentaire, qui constitue déjà un véritable défi, est compromise par la propagation du coronavirus et son impact socio-économique sur les familles libyennes. Les dernières analyses de marché montrent que la plupart des villes sont confrontées à une pénurie de denrées alimentaires de base et à une augmentation des prix. Cette pénurie de denrées et la hausse des prix ont un impact sur les plans de réponse, tout comme les perturbations que connaissent les chaînes d’approvisionnement. Il est essentiel de continuer à renforcer la sécurité alimentaire dans le pays afin que cette crise sanitaire ne se double pas d’une crise alimentaire.

Nous demandons instamment à toutes les parties au conflit de protéger les installations essentielles d’approvisionnement en eau. Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que les installations d’approvisionnement en eau ont été délibérément ciblées, ou touchées par manque de discernement. Cela a des répercussions sur des milliers de femmes et d’enfants et compromet les efforts visant à mettre en œuvre des mesures de prévention de base contre le virus, telles que le lavage des mains.

Nous soutenons l’appel du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu mondial et d’une trêve humanitaire afin de sauver des vies et de permettre aux autorités libyennes et à leurs partenaires de consacrer leurs efforts à l’arrêt de la propagation du coronavirus. La communauté internationale ne peut pas fermer les yeux sur le conflit en Libye et ses effets catastrophiques sur les civils, y compris les réfugiés et les migrants.

Malgré d’énormes obstacles, les Nations Unies et ses partenaires humanitaires ont continué à venir en aide aux personnes les plus vulnérables en Libye. Des fonds sont requis d’urgence, notamment pour financer les services d’appui essentiels tels que le Service aérien humanitaire des Nations Unies, si nous voulons pouvoir continuer à répondre aux besoins d’urgence. Nous sommes impatients de recevoir le soutien financier promis au plan de réponse humanitaire pour la Libye, comme présenté par le gouvernement d’accord national. Les donateurs ont manifesté leur soutien. Nous leur demandons de continuer à faire preuve de générosité et de se tenir aux côtés du peuple libyen dans sa quête de paix en ce moment critique.

Signataires :

Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires

Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF

Dr. Natalia Kanem, Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour la population

David Beasley, Directeur général du Programme alimentaire mondial

Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé

António Vitorino, Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations