Journal de l'ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie sur sa mission auprès des réfugiés colombiens

Genève, le 19 novembre 2002

Angelina Jolie, ambassadrice de bonne volonté du HCR, fait aujourd'hui paraître son journal dans lequel elle décrit ses impressions et son expérience suite à sa mission auprès des réfugiés colombiens en Equateur l'été dernier.

Madame Jolie s'est rendue en Equateur afin d'aider des réfugiés sous la protection du HCR, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés. Dans le cadre de sa mission humanitaire effectuée du 6 au 10 juin dernier, Angelina Jolie a pu se rendre compte sur place de la situation des victimes de la plus grave crise humanitaire de l'hémisphère occidental.

L'actrice de cinéma Angelina Jolie, récompensée par un Oscar, a tenu plusieurs premiers rôles dans des films tels que Girl, Interrupted, Pushing Tin et Tomb Raider. Active depuis deux ans pour défendre la cause des réfugiés, elle a été nommée ambassadrice de bonne volonté du HCR en août 2001. Afin de sensibiliser et mobiliser la communauté internationale en faveur des réfugiés, Madame Jolie a effectué plusieurs missions avec le HCR en Sierra Leone, en Namibie, en Tanzanie, au Kenya, au Cambodge, en Thaïlande, au Pakistan, et, dernièrement, en Equateur. Elle a généreusement contribué à divers programmes du HCR.

Dans la ville frontière de Ibarra, où se trouve l'un des plus grands centres d'accueil des réfugiés en Equateur, Angelina Jolie s'est entretenue avec des familles qui ont été chassées de chez elles par la violence de la guérilla et des paramilitaires.

« La vie de ces gens est en danger - non seulement en raison du climat général d'insécurité qui règne là où ils vivent mais parce qu'ils sont menacés de mort et que leurs maisons sont brûlées », écrit Madame Jolie dans son journal. A Lago Agrío, situé à quelques kilomètres de la province de Putumayo, l'une des plus grandes régions de culture de plantes de coca dans le monde, l'ambassadrice du HCR a rencontré des dizaines de femmes qui cultivent des légumes pour gagner un peu d'argent.

Décrivant sa mission en Equateur, Madame Jolie confie dans son journal : « Ce qui est particulièrement bouleversant, c'est que chacun raconte qu'un ou plusieurs membres de sa famille a été affecté. L'un a perdu son enfant qui a été tué, l'autre son mari, un autre a été battu. » On estime qu'environ 8 500 réfugiés et demandeurs d'asile colombiens sont déjà venus en Equateur en quête de protection et il en arrive près de 600 de plus chaque mois. Suite à l'intensification des combats qui font rage depuis plusieurs décennies et qui ont fait des centaines de milliers de morts et quelque 2 millions de déplacés, la violence en Colombie est désormais une source de préoccupation majeure dans la région.

La présence du HCR dans la région - quatre bureaux en Colombie, trois en Equateur et deux au Venezuela - vise à fournir assistance et protection et à trouver des solutions durables pour les Colombiens déplacés à l'intérieur de leur pays ainsi que pour les Colombiens réfugiés dans les pays voisins.