Un camp se transforme en village

L'espoir de voir la paix revenir en RDC s'éloigne et de nombreux survivants cherchent à s'installer dans la province du Katanga. La communauté hôte leur ouvre les bras.

Okenge Sakina vient collecter de l'eau au puits de Lukwangulo, RDC.   © HCR/B.Sokol

Rédigé par Céline Schmitt

Le soleil se couche sur le camp de Lukwangulo au Katanga, en République démocratique du Congo, tandis que les femmes reviennent des champs et des puits. Sur leurs lèvres, une chanson traditionnelle et joyeuse. Sur leur tête, des feuilles de manioc. Ce soir, elles dormiront profondément - loin du son des balles.

Sakina, 50 ans et mère de huit enfants, est l'une des dirigeantes du camp, qui a été établi en octobre 2010 pour héberger des personnes qui avaient fui la violence et les conflits faisant rage sur le territoire de Fizi du Sud-Kivu. Ce camp accueille à présent près de 3 500 personnes déplacées. Beaucoup parmi elles espèrent y rester.

« Nous ne souhaitons pas rentrer », me dit Sakina. « Les femmes, les jeunes filles et les enfants qui sont ici ont été violés. Ils ne peuvent pas oublier et ils ont peur de rentrer chez eux. Les gens ont perdu leur vie là-bas. Certaines femmes sont veuves. Voilà pourquoi nous ne voulons pas rentrer chez nous ».

« Les femmes, les filles et les enfants qui sont ici ont été violés. Ils ne peuvent pas oublier et ils ont peur de rentrer chez eux »

Rachidi Mahonga dirige le comité des personnes déplacées internes à Lukwangulo. Il sait que la situation instable qui règne dans son pays laisse peu de choix aux personnes présentes dans le camp.

« La guerre n'est pas finie », dit-il. Il explique que certaines personnes ont essayé de rentrer dans leur village et leurs champs et elles ont vu que des groupes armés contrôlaient toujours la région. « Nous sommes des chasseurs. Nous savons quand des gens passent. Nous voyons les traces de leurs bottes ».

Neuf étapes essentielles vers l'intégration locale. Étape 1 : Dire au revoir à votre abri fait de bâches en plastique. Okenge Sakina, 50 ans, se tient devant un abri de ce type à Lukwangulo, RDC.   © HCR/B.Sokol

Étape 2 : Impliquer le chef local. Le chef Kabwa Asumani, 84 ans, pose pour un portrait avec son bâton de chef devant la hutte utilisée pour les réunions communales à Lukwangulo, RDC.   © HCR/B.Sokol

Étape 3 : S'assurer que les gens aient accès à des terres. Machozi Lubenga, 67 ans, travaille une parcelle de terrain pour y cultiver des légumes, Lukwangulo, RDC.   © HCR/B.Sokol

Afin d'aider des personnes qui souhaitent rester à Lukwangulo, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a ouvert des discussions avec les autorités locales. Le HCR et les autorités locales soutiennent cette idée.

« Je les ai accueillis, je leur ai donné des terres à cultiver », explique Kabwa Asumani, le chef du village de Lukwangulo âgé de 84 ans. « Vous voyez qu'ils ont construit des maisons sur les terrains que je leur ai donnés. Je n'ai pas encore jamais eu de problème avec eux. Tant qu'ils sont paisibles, je n'ai pas de problème avec eux. S'ils veulent rester, ils peuvent rester ici en paix. Je n'y vois pas d'inconvénient ».

« S'ils veulent rester, ils peuvent rester ici en paix. Je n'y vois pas d'inconvénient ».

Le chef Rachidi explique que les déplacés internes se sentent accueillis dans la région. « Nous avons été très bien reçus ici par le chef de la localité. Nous nous sentons bien et nous souhaitons rester ici ».

Ayant reçu le feu vert du chef et des autorités locales pour leur intégration locale, les résidents du camp de déplacés internes de Lukwangulo vont à présent commencer à transformer le camp en village. La première étape consiste à transformer leurs abris de bâches en plastique en maisons traditionnelles faites de briques de boue et de paille. Le HCR leur fournira des tôles pour les portes et les fenêtres.

Étape 4 : Construire une maison permanente. Prosper Singa, 52 ans, travaille à la confection de la toiture de chaume de la nouvelle maison qu'il a bâtie à Lukwangulo.   © HCR/B.Sokol

Étape 5 : Fournir aux enfants un certificat de naissance. Honorine Ntompa tient dans ses bras sa fille de six mois, Ngongo Honorine, et son nouveau certificat de naissance, à Kabembe, RDC.   © HCR/B.Sokol

Étape 6 : Fournir aux personnes les outils dont elles ont besoin. Generose Musikana, 40 ans, tient une nouvelle tête de pelle. Elle est rentrée chez elle au Sud-Kivu après avoir passé sept années en tant que réfugiée en Zambie, seulement pour fuir à nouveau.   © HCR/B.Sokol

Toutefois, construire plus d'abris permanents n'est pas la seule chose dont les personnes déplacées internes auront besoin pour s'établir à Lukwangulo. Elles ont également besoin d'un accès à l'éducation pour leurs enfants, aux soins de santé, à un approvisionnement en eau potable, et elles doivent pouvoir subvenir elles-mêmes à leurs besoins.

De retour au Sud-Kivu, de nombreux enfants n'ont pas eu accès à l'éducation. « Les enfants ne pouvaient pas se rendre à l'école à cause de l'insécurité », se souvient Rachidi. « C'était dangereux ».

« Les femmes enceintes qui se rendent au centre de santé pour accoucher mettent parfois leur bébé au monde sur la route ».

Le HCR collabore actuellement avec la Commission nationale pour les réfugiés et a demandé aux autorités locales de faire accréditer l'école du camp de Lukwangulo par le ministère de l'Éducation. Cette mesure permettrait de reconnaître officiellement les professeurs, qui pourraient alors être rémunérés par l'État.

Mais d'autres services essentiels manquent encore.

« Le centre de santé se trouve à cinq kilomètres », explique Sakina. « Les femmes enceintes qui se rendent au centre de santé pour accoucher mettent parfois leur bébé au monde sur la route. Si nous tombons malades pendant la nuit, c'est un gros problème. Nous n'avons pas non plus assez d'argent pour payer, même pour le carnet de santé qui coûte 2 800 francs [environ 3 dollars américains] et qui est utilisée par le personnel de santé pour garder une trace des consultations. Nous aimerions demander la construction d'un dispensaire à Lukwanguloé ».

Étape 7 : Veiller à ce qu'il y ait une école et un professeur. Agnes Ntambwe, 52 ans, enseigne à l'école de Lukwangulo, RDC.   © HCR/B.Sokol

Étape 8 : Veiller à ce qu'il y ait de l'eau potable propre pour tout le monde. Okenge Sakina, 50 ans, se trouve au puits de Lukwangulo. Au cours de la saison sèche, l'eau se fait rare, et un puits n'est pas suffisant.   © HCR/B.Sokol

Étape 9 : Célébrer les nouveaux départs. Les femmes dansent et chantent à Lukwangulo, Province du Katanga, République démocratique du Congo.   © HCR/B.Sokol

Pour aider les personnes déplacées à devenir plus autosuffisantes et moins dépendantes de l'aide humanitaire, le HCR distribue des outils agricoles, comme des bêches, afin que ces personnes puissent cultiver les terres qui leur sont attribuées par le chef local.

Agnes Ntambwe est une enseignante de 52 ans. « Nous ne pouvons pas continuer à tendre la main pour être assistés », explique-t-elle. « Nous avons des mains pour travailler, mais nous avons besoin de semences et d'outils agricoles. Nous avons reçu des terres. Le chef du village a donné à chacun de nous une parcelle de terrain en fonction de sa force pour la cultiver. Mais en plus, nous aimerions également contribuer à développer d'autres activités générant des revenus, comme la boulangerie et la vente de vêtements ».

Sakina continue : « Pour prendre soin de nos familles, nous achetons des légumes et les vendons au marché qui se trouve à 12 kilomètres. Nous demandons s'il serait possible d'installer un marché ici. Pour le moment, nous vendons des bananes sur la parcelle d'un habitant du camp ».

« Nous ne pouvons pas continuer à tendre la main pour être assistés. Nous avons des mains pour travailler, mais nous avons besoin de semences et d'outils agricoles »

L'accès à l'eau potable et l'équipement en systèmes d'assainissement peut également être difficile. « Nous n'avons qu'un seul puits, même si nous sommes nombreux », explique Sakina. « Au cours de la saison sèche, nous sommes confrontés à une pénurie d'eau. Nous aimerions demander s'il est possible de creuser un ou deux puits supplémentaires ».

Rachidi ajoute que s'ils peuvent creuser des latrines, ils n'ont pas le matériel pour les recouvrir.

Okenge Sakina s'installe dans une nouvelle maison avec des murs de briques de boue et un toit de chaume.   © HCR/B.Sokol

Jacques, dix ans, fait partie des nombreuses personnes déplacées internes qui ont décidé de s'installer de façon permanente à Kabembe, dans la province du Katanga en RDC.   © HCR/B.Sokol

Miketo (province du Katanga en RDC) était un camp de déplacés. Il se transforme à présent en village, dans lequel les résidents peuvent construire des maisons, des entreprises et recommencer une nouvelle vie.   © HCR/B.Sokol

À Lukwangulo, le soleil se couche derrière un groupe de déplacés originaires de la province du Sud-Kivu.   © HCR/B.Sokol

Malgré les nombreux défis, les résidents du camp de Lukwangulo sont unanimes : ils veulent rester. Et leur camp n'est pas le seul où des déplacés optent pour l'intégration locale. Les déplacés hébergés dans cinq autres camps situés au nord du Katanga ont exprimé le même souhait. Deux d'entre eux, dont Lukwangulo, ont d'ailleurs déjà reçu l'approbation des autorités locales.

« Même si nous vivons dans des conditions difficiles, nous continuons à vivre », dit Sakina. « Ici nous pouvons dormir la nuit. Là-bas [à Fizi], nous ne pouvions pas dormir à cause de l'insécurité ».

Autour d'elle, un groupe de quelque 50 déplacés confirment leur accord. « Nous resterons ici », l'une d'entre elles ajoute, « pour le reste de notre vie ».