Près de 100 000 personnes ont fui le Yémen en quatre mois tandis que les pays d'accueil se démènent face à la crise de financement

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 04 août 2015 au Palais des Nations à Genève.

Près de 100 000 personnes ont fui le Yémen depuis l'éclatement du conflit fin mars mais la réponse régionale du HCR face à cet afflux n'est financée qu'à hauteur de 20%. En Somalie, où plus de 28 000 personnes sont arrivées, seuls 5% des financements nécessaires ont été reçus. Si un grand nombre de ces personnes n'ont pas sollicité d'aide en tant que réfugiés, environ 54 000 se sont enregistrées auprès du HCR et des autorités gouvernementales pour bénéficier d'aides en tout genre. Les financements étant également insuffisants pour les opérations à l'intérieur du Yémen, le HCR s'inquiète du fait que l'approvisionnement en aide dans ce pays, ainsi que pour les réfugiés qui fuient, soit compromis si des financements supplémentaires ne sont pas alloués rapidement.

SOMALIE

En tenant compte de l'arrivée à Bossaso, dans le Puntland, le 30 juillet, d'un bateau transportant plus de 2 500 personnes (2 197 Somaliens, 337 Yéménites et 9 autres), les arrivées en provenance du Yémen et à destination de la Somalie ont atteint un total de près de 10 000 personnes (9 864) en juillet. C'est le nombre d'arrivées mensuelles le plus élevé à ce jour ; le précédent pic avait eu lieu en mai, avec 8 683 arrivées enregistrées. Entre le 26 mars et le 30 juillet, plus de 28 000 personnes (25 429 Somaliens, 2 726 Yéménites et 205 ressortissants d'autres pays tiers) sont arrivées en Somalie.

La majorité d'entre elles sont arrivées à Bossaso (65%) et Berbera, au Somaliland (34%). Le HCR et ses partenaires fournissent une assistance aux rapatriés somaliens, en les acheminant notamment vers leurs zones d'origine ou de retour. Près de 7 000 Somaliens sont retournés vers les régions du Centre et du Sud (5 000 à Mogadiscio), certains rejoignant des installations pour déplacés internes sur place. Une aide supplémentaire est nécessaire pour assurer les services de base et les moyens de subsistance et renforcer l'enregistrement, les vérifications et la capacité d'accueil dans les principaux ports. Cela s'impose d'autant plus que l'exode de ressortissants somaliens devrait se poursuivre. Le Plan de réponse pour la Somalie dans le contexte de la crise au Yémen, lancé en juin, demeure gravement sous financé. Le HCR et ses partenaires n'ont reçu que 5 % des 64 millions de dollars E.-U. nécessaires.

DJIBOUTI

A Djibouti, 21 726 personnes étaient arrivées en provenance du Yémen à la fin juillet. Sur ce total, 9 953 (46%) sont des ressortissants du Yémen, 9 946 (46%) sont des ressortissants de pays tiers en transit, et 1 827 (8%) sont des rapatriés originaires de Djibouti. Le HCR et l'agence gouvernementale pour les réfugiés, ONARS, ont enregistré 2 397 réfugiés (2 271 Yéménites). 1 767 réfugiés (1 718 Yéménites) sont enregistrés dans le camp de réfugiés de Markazi, à Obock. Le Plan de réponse pour Djibouti pour le HCR et ses partenaires n'est financé qu'à hauteur de 7% des 26 millions de dollars E.-U. nécessaires.

ETHIOPIE

En Ethiopie, 3 210 personnes sont arrivées en provenance du Yémen depuis mars, dont 2 500 Somaliens et 706 Yéménites. Les Somaliens déjà enregistrés comme réfugiés au Yémen, après avoir franchi les frontières avec Djibouti et le Somaliland, arrivent dans les régions de l'est et du nord de l'Ethiopie et bénéficient d'une assistance dans le cadre des projets existants dans les camps de réfugiés sur place. 500 000 dollars E.-U. supplémentaires sont nécessaires pour l'enregistrement, le transport et la distribution d'une aide d'urgence aux nouveaux arrivants à Jijiga, dans l'est de l'Ethiopie.

Certains réfugiés yéménites qui arrivent en Ethiopie bénéficient d'une aide dans le cadre d'un programme du HCR pour réfugiés urbains à Addis Abeba, mais les arrivées ont déjà dépassé le nombre de bénéficiaires prévu pour 2015. Par conséquent, le principal partenaire du HCR sur place est incapable de poursuivre son aide aux réfugiés urbains. Le HCR en Ethiopie demande d'urgence un montant supplémentaire de 570 000 dollars E.-U. afin de faire face à l'augmentation rapide du nombre de réfugiés urbains.

AUTRES PAYS

Environ 5 000 arrivées de personnes de diverses nationalités ont été enregistrées à Oman depuis le début du conflit, tandis que quelque 30 000 Yéménites et 9 880 ressortissants de pays tiers ont été enregistrés en Arabie Saoudite. Sur ce nombre, 4 204 sont restés en Arabie Saoudite tandis que les autres ont transité vers d'autres pays. En tenant compte de 271 arrivées au Soudan, le total s'élève à 98 176 arrivées dans les pays d'accueil de toute la région en un peu plus de quatre mois.

Sur le plan régional, la réponse d'urgence du HCR n'est financée qu'à hauteur de 20% (soit 26,4 millions de dollars E.-U.). L'écart de financement s'élève donc à 107,7 millions de dollars E.-U.

YEMEN

La réponse d'urgence du HCR à l'intérieur du Yémen est également gravement sous financée, soit à peine 23% des 105,6 millions de dollars E.-U. nécessaires. Environ 1,2 million de déplacés internes et 250 000 réfugiés continuent d'avoir besoin d'une assistance dans des conditions extrêmement difficiles et l'accès est sévèrement restreint. Le HCR rappelle que tout retour vers le Yémen en provenance des pays d'accueil doit être volontaire et basé sur un choix délibéré et en toute connaissance de cause.

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter :

  • Teddy Leposky au Yemen, +967 71 2225121
  • Carlotta Wolf en Somalie, +254 734 628 053 / +252 617 340 259
  • Alexandra Strand Holm en Somalie, +254 733 12 11 47
  • Rika Hakozaki en Ethiopie, +251 93 001 3866
  • Amira Abd El-Khalek à Djibouti, +253 77 22 61 36
  • Andreas Needham à Genève, +41 (0) 79 217 3140