Point de vue du HCR : « Réfugié » ou « migrant » – Quel est le mot juste ?

Les deux termes ont des significations distinctes et différentes. Les confondre pose des problèmes à ces deux populations.

Point de vue du HCR : « Réfugié » ou « migrant » – Quel est le mot justel  © UNHCR

GENÈVE, 11 juillet (HCR) - Avec près de 65 millions de personnes déracinées à l’échelle mondiale et les traversées de la Méditerranée par bateaux qui font la une de l’actualité presque chaque jour, il devient de plus en plus courant de voir les termes « réfugié » et « migrant » être utilisés de façon interchangeable par les médias et le public. Toutefois, y a-t-il une différence entre les deux termes? Est-elle importante?

Oui, il existe une différence et elle est importante. Les deux termes ont des significations distinctes et différentes. En les utilisant à tort, on pose des problèmes à ces deux populations. Voici pourquoi :

Les réfugiés sont des personnes qui fuient des conflits armés ou la persécution. Ils étaient au nombre de 21,3 millions à travers le monde à la fin 2015. Leur situation est périlleuse et intolérable au point qu'ils traversent des frontières nationales afin de trouver la sécurité dans des pays voisins, et ils sont par conséquent reconnus internationalement en tant que réfugiés accédant à l'aide des États, du HCR et d'autres organisations. On les identifie précisément car il est dangereux pour eux de retourner dans leur pays et qu'ils ont besoin d'un refuge ailleurs. Ne pas accorder l’asile à ces personnes aurait potentiellement des conséquences mortelles.

Le terme réfugié est défini par la législation internationale et les réfugiés sont protégés par cette dernière. La Convention de 1951 relative aux réfugiés et son protocole de 1967 ainsi que d'autres textes juridiques, comme la convention de l’OUA de 1969 sur les réfugiés, demeurent actuellement les pierres angulaires de la protection des réfugiés. Les principes juridiques que ces documents énoncent ont été intégrés à d'innombrables autres législations et pratiques internationales, régionales et nationales. La Convention de 1951 définit ce qu'est un réfugié et rappelle les droits fondamentaux que les États devraient leur garantir. L’un des principes essentiels énoncés par la loi internationale est celui voulant que les réfugiés ne doivent pas être expulsés ni renvoyés vers une situation où leur vie et leur liberté seraient menacées.

La protection des réfugiés revêt de nombreux aspects. Ceux-ci comprennent l’assurance de ne pas être renvoyé chez eux face aux dangers qu’ils ont fuis; l’accès à des procédures d’asile justes et efficaces; et des mesures visant à assurer que leurs droits fondamentaux sont respectés afin de leur permettre de vivre dans la dignité et la sécurité tout en les aidant à trouver une solution à long terme. Les États assument la responsabilité principale de cette protection. Par conséquent, le HCR collabore étroitement avec les gouvernements afin de les conseiller et de les appuyer s’il y a lieu pour assumer leurs responsabilités.

Les migrants choisissent de quitter leur pays non pas en raison d'une menace directe de persécution ou de mort, mais surtout afin d'améliorer leur vie en trouvant du travail, et dans certains cas, pour des motifs d'éducation, de regroupement familial ou pour d'autres raisons. Contrairement aux réfugiés qui ne peuvent retourner à la maison en toute sécurité, les migrants ne font pas face à de tels obstacles en cas de retour. S'ils choisissent de rentrer chez eux, ils continueront de recevoir la protection de leur gouvernement.

Pour les gouvernements, cette distinction est importante. Les pays gèrent les migrants en vertu de leurs propres lois et procédures en matière d’immigration. Les pays gèrent les réfugiés en vertu des normes sur la protection des réfugiés et de l’asile aux réfugiés qui sont définies dans les lois nationales et les lois internationales. Les pays ont des responsabilités précises envers les demandeurs d’asile sur leurs territoires et à leurs frontières. Le HCR aide les pays à gérer ces responsabilités en matière d’asile et de protection des réfugiés.

En effet, la politique a sa façon d’intervenir dans de tels débats. La confusion entre les réfugiés et les migrants peut avoir des conséquences graves sur la vie et la sécurité des réfugiés.

Interchanger les deux termes détourne l’attention de la protection juridique précise dont les réfugiés ont besoin. Cela peut saper le soutien de la population pour les réfugiés et l’institution de l’asile à un moment où, plus que jamais auparavant, les réfugiés ont besoin d’une telle protection. Nous devons traiter tous les êtres humains avec respect et dignité. De plus, nous devons nous assurer que les droits fondamentaux des migrants sont respectés. Par le fait même, nous devons également agir de façon juridiquement appropriée en ce qui concerne les réfugiés, en raison de leur situation particulière.

Par conséquent, songeons de nouveau à l’Europe et au nombre important de personnes qui sont arrivées au cours de cette année et de l’année dernière par bateau en Grèce, en Italie et ailleurs. Que sont-elles? Des réfugiés ou des migrants?

En réalité, elles appartiennent aux deux groupes. La majorité des personnes arrivant cette année en Italie et en Grèce plus particulièrement, proviennent de pays plongés dans la guerre ou que l’on considère comme des pays produisant des réfugiés, qui ont besoin de la protection internationale. Toutefois, une plus petite proportion provient d’autres pays et, pour nombre d’entre eux, le terme « migrant » serait plus exact.

Ainsi, au HCR, nous disons « réfugiés et migrants » lorsque nous faisons référence aux mouvements de personnes par voie maritime ou dans d’autres circonstances lorsque nous pensons que les deux groupes peuvent être présents - les mouvements par bateau en Asie du Sud-Est sont un autre exemple de ce phénomène. Nous appelons « réfugiés » les personnes qui fuient la guerre ou la persécution en franchissant une frontière internationale. Et nous appelons « migrants » les personnes qui se déplacent pour des motifs qui ne sont pas inclus dans la définition légale de ce qu’est un réfugié. Nous espérons que d’autres songerons à faire de même. Le choix des mots est important.

Par Adrian Edwards

Cet article avait initialement été publié le 27 août 2015. Il vient d’être mis à jour avec des statistiques plus récentes.