Engagements et contributions

Le Forum mondial sur les réfugiés fournit à la communauté internationale l’occasion de promouvoir les objectifs du Pacte mondial sur les réfugiés par la mobilisation de la volonté politique, l’élargissement de la base d’appui et la mise en œuvre des arrangements devant faciliter un partage plus équitable, plus durable et plus prévisible des responsabilités.

Les États et d’autres parties prenantes pourront annoncer des engagements concrets et des contributions [« contributions »] devant permettre de réaliser des résultats tangibles au profit des réfugiés et de leurs communautés d’accueil.

Lire les orientations détaillées sur la mise au point des contributions [en anglais]

Comment envoyer une contribution ?

À partir du 1er juin 2019, vous pourrez faire votre contribution en ligne en remplissant le formulaire d’engagement et de contributions et en l’envoyant à [email protected]

Les États et d’autres parties prenantes sont encouragés à communiquer au HCR, le plus tôt possible, avant la tenue du Forum mondial sur les réfugiés, leurs contributions et bonnes pratiques, afin de permettre leur regroupement pour le Forum. Toutefois, si nécessaire, les contributions pourront être communiquées à tout moment avant ou pendant le Forum.

Les contributions seront regroupées pour être présentées au Forum mondial sur les réfugiés, et consignées dans le document final.

Quels sont les éléments constitutifs d’une contribution ?

Les contributions pourront consister en :

  • une assistance financière, matérielle ou technique ;
  • des places pour la réinstallation ou des voies complémentaires d’admission dans des pays tiers ; et
  • d’autres mesures que les États et d’autres acteurs pourraient prendre, notamment des politiques et pratiques visant à promouvoir l’inclusion des réfugiés, ou le lancement d’une nouvelle initiative.

Quels sont les domaines de contribution ?

Toutes les contributions pour le Pacte mondial sur les réfugiés sont les bienvenues. Pour donner au premier Forum mondial sur les réfugiés de 2019 une orientation stratégique et maximiser son impact, les contributions sont encouragées dans les domaines d’intérêt suivants :

Arrangements pour le partage de la charge et des responsabilités :

  • Financement et utilisation efficace et efficiente des ressources
  • Approches régionales et sous-régionales
  • Plateformes d’appui
  • Données et preuves
  • Prévention et gestion des causes profondes

Domaines nécessitant de l’appui :

  • Éducation
  • Emplois et moyens d’existence
  • Énergie et infrastructures
  • Solutions
  • Capacité de protection

Dans un domaine d’intérêt comme l’éducation, les contributions pourront porter sur :

  • un sous-thème (comme l’enseignement supérieur) ;
  • une situation de réfugiés spécifique (comme l’éducation dans la situation somalienne) ; et/ou
  • un groupe spécifique (comme l’éducation des filles)

Quels sont les principaux éléments à prendre en compte pour mettre au point des contributions ?

Les contributions pourraient :

  • favoriser ou faciliter l’atteinte des objectifs du Pacte mondial sur les réfugiés ;
  • porter sur un ou plusieurs domaines d’intérêt pour le premier Forum mondial sur les réfugiés, si possible ;
  • contribuer au partage de la charge et des responsabilités ;
  • élargir la base d’appui au-delà des pays et parties prenantes qui contribuent habituellement aux réponses aux situations de réfugiés de grande ampleur ;
  • satisfaire des besoins identifiés et avoir des résultats tangibles au profit des réfugiés et de leurs communautés d’accueil ;
  • être mises au point et/ou mises en œuvre en partenariat avec d’autres parties prenantes, y compris les réfugiés et les populations hôtes ;
  • tenir compte des dimensions âge, genre, handicap et diversité ;
  • créer une différence positive et soutenue dans la vie des réfugiés et de leurs communautés d’accueil ;
  • être nouvelles ou additionnelles (ce qui supposerait le renforcement et l’amélioration des bonnes pratiques ou des engagements en cours, en particulier depuis 2016 quand a commencé l’élaboration du Pacte mondial sur les réfugiés) ;
  • être réalistes, avant-gardistes, spécifiques et orientées vers l’action ;
  • être mesurables sur une période bien déterminée, si possible en gardant à l’esprit la possibilité d’une évaluation en 2021 et 2023

Qui peut annoncer des contributions ?

  • les États membres des Nations Unies et les États observateurs ;
  • les parties prenantes concernées (comme les organisations internationales appartenant ou non au système des Nations Unies, y compris celles faisant partie du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge  ; d’autres acteurs humanitaires et du développement ; les institutions financières internationales et régionales ;  les organisations régionales ; les autorités locales ; la société civile, y compris les organisations confessionnelles ; les universitaires et d’autres experts ; le secteur privé ; les médias ; les membres des communautés d’accueil, et les réfugiés eux-mêmes (Pacte mondial sur les réfugiés, par. 3).

Les États et d’autres parties prenantes peuvent faire des contributions individuellement ou collectivement.

Dans l’esprit du Pacte mondial sur les réfugiés, les contributions collectives pourraient, en particulier, aider à se focaliser sur la coopération à plus long terme et à mettre en place une base élargie et durable d’appui aux réfugiés et à leurs communautés d’accueil.

Les contributions collectives pourraient être :

  • des contributions en termes de partenariat où un groupe d’États et/ou d’autres parties prenantes noue des partenariats et annonce des contributions (en fonction de leurs capacités et de leurs domaines d’expertise) pour l’atteinte d’un objectif commun. Par exemple, pour soutenir la décision d’un pays d’accueil d’appliquer la politique consistant à fournir aux enfants réfugiés l’accès au système éducatif national, les donateurs, y compris d’autres États et parties prenantes, pourraient fournir l’assistance financière, matérielle et technique supplémentaire nécessaire pour soutenir l’application de cette politique par des financements, la formation des enseignants et la construction de nouvelles infrastructures scolaires.
  • des contributions communes où une coalition d’États ou d’autres parties prenantes annonce des engagements identiques ou presque identiques. Par exemple, un groupe d’États pourraient annoncer qu’ils vont chacun inclure les réfugiés dans leurs rapports nationaux volontaires sur les objectifs de développement durable. 
  • des contributions de contrepartie où des États ou d’autres parties prenantes annoncent des contributions devant être complétées dans leur échelle et leur portée par les contributions d’autres acteurs. Par exemple, un acteur du secteur privé peut s’engager à contribuer 10 dollars pour chaque tranche de 10 dollars promise par d’autres entités pour soutenir une situation spécifique de réfugiés.