Monténégro : La nouvelle nation doit gérer la question des réfugiés et des déplacés

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ron Redmond – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 06 juin 2006 au Palais des Nations à Genève.

Samedi, le Parlement du Monténégro a déclaré officiellement l'indépendance après le référendum populaire qui a eu lieu récemment pour se séparer de la Serbie. Mais la nouvelle nation est toujours confrontée au problème des milliers de réfugiés et de personnes déplacées internes - victimes des différents conflits des Balkans dans les années 90.

Aujourd'hui, il y a plus de 8 000 réfugiés - principalement originaires de Bosnie et Croatie - et près de 18 000 personnes déplacées internes du Kosovo au Monténégro. Beaucoup ont besoin d'une assistance et d'une protection permanente, notamment les déplacés originaires du Kosovo voisin. Ces déplacés sont principalement d'ethnie serbe ou membres de la communauté rom. Ils sont dans l'impossibilité de rentrer chez eux.

Udo Janz, directeur adjoint du bureau Europe de l'UNHCR, a discuté de cette question avec les représentants du gouvernement du Monténégro pendant une visite dans le pays la semaine dernière et a plaidé pour la poursuite de l'aide de l'UNHCR pour assurer la protection et l'assistance à ces réfugiés et déplacés.

Udo Janz, qui était au Monténégro dans le cadre d'une semaine de mission dans cette région, a également plaidé pour aider le nouveau gouvernement à trouver des solutions durables pour ces groupes, ainsi que préparer et installer un système national d'asile. Le gouvernement monténégrin a présenté un projet de loi sur l'asile en mai, qui devra maintenant être approuvé par le Parlement. L'UNHCR a considéré ce développement comme encourageant.

Depuis la moitié des années 90, le Monténégro accueillait près de 30 000 réfugiés de Bosnie et Croatie. En 1999, pendant la crise du Kosovo, un nouveau groupe de quelque 28 000 déplacés a fui vers le Monténégro, qui a lui-même une population de seulement 650 000 personnes.

Les accords de paix de Dayton en 1995 ont donné à l'UNHCR un rôle important dans la recherche de solutions durables pour plus de 2 millions de réfugiés et déplacés dans les Balkans. Depuis des centaines de milliers ont été rapatriées ou ont trouvé un nouveau foyer dans les pays d'accueil vers lesquels ils avaient fui.

Les gouvernement de Croatie, Bosnie et Serbie-et-Monténégro ont conclu un accord en janvier 2005 pour essayer de trouver des solutions aux problèmes des réfugiés d'ici la fin 2006 - dans le cadre d'un rapatriement volontaire ou d'une intégration locale dans les pays d'asile. Nous espérons que cette date limite sera tenue.

En même temps, nous espérons que la poursuite des pourparlers sous les auspices des Nations Unies sur le statut final du Kosovo pourra également offrir une solution pour les dizaines de milliers de déplacés de cette province.