République centrafricaine : les nouveaux arrivés au Tchad sont transférés, des milliers d'autres sont déplacés au nord-ouest

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 05 juin 2007 au Palais des Nations à Genève.

Dans le sud du Tchad, 277 réfugiés originaires de République centrafricaine qui ont traversé la frontière la semaine dernière fuyant les attaques contre la ville du nord-ouest Ngaoundaye, par ce qu'ils ont décrit comme un groupe rebelle et des forces gouvernementales, ont été transférés vers le camp de réfugiés de Dosseye près de Goré, la principale ville du sud du Tchad.

Après les premières attaques rebelles contre Ngaoundaye, les forces gouvernementales sont entrées dans la ville et ont brûlé 540 maisons, contraignant la plupart de la population, comprenant entre 3 000 et 4 000 habitants, à fuir leur maison. Des maisons près du village proche de Makele auraient également été brûlées. La zone demeure en proie à l'insécurité et elle est inaccessible aux employés des Nations Unies. Il est difficile d'obtenir des informations précises mais, selon des travailleurs humanitaires sur le terrain, plus de 20 000 personnes pourraient avoir été déplacées dans la région. Ngaoundaye est seulement à quelques kilomètres de la frontière avec le Tchad et le Cameroun.

Dans le sud du Tchad, la plupart des nouveaux arrivants qui ont échappé aux attaques sont des femmes et des enfants peuls, qui se sont d'abord enfuis dans la brousse, avant de se rendre à pied vers Bitoye, un village tchadien à la frontière, à quelque 200 kilomètres de Goré. Ils ont été transférés vers le camp de Dosseye, qui a été ouvert en décembre dernier et qui accueille déjà quelque 5 000 réfugiés originaires de République centrafricaine. Parmi les nouveaux arrivants, il y avait également des hommes blessés par balles qui ont été soignés à l'hôpital à Goré. Notre équipe surveille les régions frontalières pour d'éventuels nouveaux arrivants. Les autorités tchadiennes disent que des personnes traversent encore la frontière.

En République centrafricaine, nous prévoyons de fournir 500 rouleaux de bâches en plastique pour les milliers de personnes déplacées qui ont perdu leurs maisons. L'assistance sera distribuée via des ONG humanitaires qui travaillent déjà sur le terrain. Des personnes dans la région de Ngaoundaye, Man et Bang dans le nord-ouest de la République centrafricaine ont déjà souffert de violences pendant les combats entre les forces gouvernementales et des groupes d'activistes en avril et mai. Des milliers de personnes ont fui leurs villages, avec quelque 800 d'entre elles cherchant refuge dans le sud du Tchad. Depuis janvier 2007, quelque 1 700 réfugiés originaires de République centrafricaine ont traversé la frontière pour entrer dans le sud du Tchad.

Les agences des Nations Unies et d'autres groupes humanitaires présents en République centrafricaine estime que quelque 212 000 civils dans le nord ont été déplacés de force au cours des 18 derniers mois. Quelque 78 000 réfugiés de République centrafricaine ont également trouvé refuge dans les pays voisins, au Cameroun, au Soudan et au Tchad.

Pendant ce temps, en République centrafricaine, une mission d'enregistrement de la Commission nationale centrafricaine pour les réfugiés, qui s'est rendue avec l'UNHCR la semaine dernière à Sam Ouandja, la ville du nord-est, après l'arrivée de centaines de réfugiés fuyant les attaques dans le sud du Darfour, ont enregistré 2 598 réfugiés. Les réfugiés ont marché pendant plus de 200 kilomètres depuis leur ville d'origine Dafak dans le sud du Darfour, après qu'elle ait été attaquée à la mi-mai. La ville de Sam Ouandja est située à 80 kilomètres de la frontière soudanaise.

L'UNHCR, l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial finalisent leurs projets pour envoyer une aide d'urgence alimentaire, des bâches en plastique pour l'hébergement et des jerricans à Sam Ouandja. Un convoi devrait quitter Bangui dimanche 10 juin, mais à cause du mauvais état des routes et du début de la saison des pluies, il faudra plus d'une dizaine de jours pour atteindre les réfugiés avec les secours. L'UNHCR, les agences des Nations Unies et les ONG vont mettre en place une autre mission pour évaluer les besoins urgents des réfugiés depuis Bangui vers Sam Ouandja mercredi avec un retour samedi. Ils prendront avec eux des kits médicaux d'urgence.