Ossétie du Sud

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ron Redmond – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 12 août 2008 au Palais des Nations à Genève.

Un premier avion cargo humanitaire de l'UNHCR, transportant des biens de secours pour les civils affectés par le conflit en Ossétie du Sud, est arrivé en Géorgie ce matin, alors que le nombre estimé de personnes déracinées par le conflit approche les 100 000.

L'avion cargo Boeing 707 affrété par l'UNHCR a atterri à l'aéroport de Tbilissi à 11h45 heure locale avec, à son bord, 34 tonnes d'aide humanitaire comprenant des tentes, des jerricans, des couvertures et des ustensiles de cuisine provenant du stock central d'urgence de Dubaï. Ce vol ainsi que d'autres activités de réponse d'urgence, incluant l'envoi de personnel supplémentaire, sont financés par une somme de deux millions de dollars que le Haut Commissaire António Guterres a accepté de débloquer hier des réserves d'urgence de l'UNHCR.

C'est le premier vol humanitaire des Nations Unies qui arrive en Géorgie depuis l'éruption des combats sévissant dans la région séparatiste de l'Ossétie du Sud vendredi dernier. Un second vol de l'UNHCR est prévu demain depuis Copenhague - où se situe l'un des autres principaux centres logistiques de l'agence. Au total, les deux vols permettront le transport de secours humanitaires pour un nombre de bénéficiaires allant jusqu'à 30 000 personnes et augmenteront d'autres biens de secours déjà distribués par l'UNHCR depuis ses entrepôts en Géorgie.

L'UNHCR a offert un soutien humanitaire à la fois à la Russie et à la Géorgie. L'agence est présente dans les deux pays, y compris dans la région séparatiste d'Ossétie du Sud en Géorgie et en Ossétie du Nord, une région de la Fédération de Russie. Elle dispose de six bureaux et de plus de 50 employés en Géorgie, dont l'action se concentre sur une population comptant actuellement quelque 275 000 bénéficiaires, dont des personnes précédemment déplacées, des réfugiés, des apatrides et des rapatriés. Malheureusement, ce chiffre augmente actuellement.

Selon les tous derniers chiffres fournis par les deux gouvernements, le nombre total des personnes déracinées par le conflit approche les 100 000. Les officiels russes en Ossétie du Nord font état de quelque 30 000 personnes originaires d'Ossétie du Sud présentes sur place en Fédération de Russie. Les officiels géorgiens déclarent que quelques milliers de personnes ont fui vers le sud en Géorgie même depuis l'Ossétie du Sud. Toutefois, une opération d'enregistrement doit être menée pour obtenir un chiffre exact. Près de 12 000 personnes seraient déplacées au sein de l'Ossétie du Sud, selon les autorités. De plus, des mouvements sont observés en Géorgie même, y compris depuis la ville de Gori, juste au sud de la frontière avec l'Ossétie du Sud.

Des fonctionnaires locaux ont indiqué à une équipe d'évaluation de l'UNHCR, qui s'est rendue à Gori dimanche, que plus de 80 pour cent de la population était partie, par crainte de nouvelles attaques. Si ces informations se vérifient, cela pourrait correspondre à environ 56 000 personnes. Des fonctionnaires ont indiqué que la plupart s'étaient dirigées vers Tbilissi et que la majorité de ces personnes ne rentrerait que lorsque la menace aurait disparu.

Durant le week-end, l'UNHCR et ses partenaires ont fourni des articles de secours à quelque 300 personnes vulnérables, des Géorgiens originaires d'Ossétie du Sud qui ont été transférés depuis Gori vers Tbilissi. L'agence a aussi fourni des tentes et d'autres articles de secours à ses partenaires à Gori pour qu'ils soient distribués aux déplacés, si nécessaire.