RDC : Des affrontements meurtriers dans la Province de l'Equateur forcent des civils à l'exil

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 06 novembre 2009 au Palais des Nations à Genève.

Plus de 16 000 civils ont fui des violences ethniques dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC), ils ont traversé la rivière Oubangui vers le Congo voisin en quête de sécurité après que leurs villages aient été brûlés la semaine dernière.

La violente dispute entre les tribus Enyele et Munzaya concerne les droits d'agriculture et de pêche dans le village de Dongo situé dans la province de l'Equateur en RDC. Au total, 60 personnes ont été tuées et les affrontements meurtriers se sont propagés dans les villages environnants, dont plusieurs ont été brûlés. Quelque quarante autres personnes ont été gravement blessées. Certaines d'entre elles sont hospitalisées à Impfondo, dans le nord du Congo, et à Brazzaville, la capitale.

Les 16 100 demandeurs d'asile originaires de RDC, qui sont principalement des Munzayas, ont trouvé abri dans des bâtiments publics ou au sein de communautés hôtes dans 11 villages situés le long de la rivière Oubangui. Une équipe du HCR leur rend actuellement visite et, selon notre évaluation initiale, ils ont besoin d'un hébergement adéquat, de nourriture et d'articles domestiques comme des couvertures, des batteries de cuisine et des jerrycans. Après avoir effectué une évaluation approfondie, nous travaillerons avec le gouvernement pour les aider. Certains ont également besoin de soins médicaux, toutefois une clinique mobile gérée par le HCR - et fonctionnant déjà à la limite de ses capacités - ne peut pas faire face à tous leurs besoins.

Les premiers affrontements entre les Enyele et les Munzaya ont eu lieu en mars 2009, alors que plus de 200 maisons ont été brûlées dans le village de Munzaya et que plus de 1 200 habitants ont fui en quête de sécurité au Congo. Le HCR est vivement préoccupé par l'intensité des violences et de leur propagation dans les villages voisins, qui se sont virtuellement vidés de leurs populations.

Ces toutes dernières violences survenues dans l'ouest de la RDC, le troisième pays d'Afrique, ne sont pas liées aux combats ayant lieu dans l'est du pays, qui ont également déplacé 1,7 million de personnes au sein de leur propre pays.

Avant cet afflux observé actuellement, on comptait déjà quelque 9 000 réfugiés de RDC dans le nord du Congo qui avaient recherché la sécurité après avoir fui la guerre civile dans leur pays, une guerre qui a pris fin formellement en 2003. Bien qu'un grand nombre de réfugiés soient rentrés dans leurs villages d'origine en RDC lors de la restauration de la paix, ces 9 000 réfugiés souhaitent s'installer définitivement au Congo. Le HCR travaille avec le gouvernement pour rendre cela possible.