Les vols ont repris pour des visites familiales entre les camps de réfugiés à Tindouf, en Algérie et le Sahara occidental

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 07 janvier 2011 au Palais des Nations à Genève.

Nous sommes ravis d'annoncer que notre programme de mesures de restauration de la confiance pour faciliter les visites familiales entre des réfugiés vivant dans des camps près de Tindouf en Algérie et leurs familles dans le Sahara occidental ont repris aujourd'hui. Ce programme de mesures de restauration de la confiance est strictement humanitaire et apolitique en soutien des familles sahraouies séparées depuis plus de 34 ans.

Nous remercions le Gouvernement du Maroc et le Front Polisario pour leur appui à la reprise de cet important programme humanitaire.

Le premier vol transportera 30 personnes (5 familles) depuis Laayoune, dans le Sahara occidental vers le camp de réfugiés de Smara, près de Tindouf en Algérie alors 33 personnes (6 familles) voyageront depuis le camp de réfugiés de Smara vers Laayoune plus tard dans la journée. Ils passeront cinq jours avec leurs familles avant de rentrer chez eux.

Depuis le début du programme en 2004, un total de 12 635 Sahraouis ont bénéficié de ces visites familiales. Un autre groupe de 31 058 personnes a été enregistré et continue d'attendre une possibilité d'être réunis avec leurs familles après plus de trois décennies de séparation.

Le programme est mené en coopération avec le Maroc, le Front Polisario ainsi que l'Algérie en tant que pays hôte. Le HCR travaille également étroitement avec la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) qui fournit un soutien logistique y compris le transport par avion des familles.

Le HCR prévoit d'organiser une réunion à Genève en février 2011 avec toutes les parties pour discuter de la mise en oeuvre d'autres volets du programme de mesures de restauration de la confiance qui, lorsqu'il sera implémenté, bénéficiera à un plus grand nombre de familles sahraouies.