HCR recherche un accès humanitaire à Kadugli au Soudan

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 14 juin 2011 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR appelle les autorités de Kadugli, la capitale de l'Etat du Sud Kordofan au Soudan, ainsi que le Gouvernement central pour autoriser l'accès par la route et par avion pour les agences humanitaires qui essayent de venir en aide à des milliers de personnes déracinées par les combats entre les forces du Nord et du Sud Soudan.

Depuis près d'une semaine maintenant, l'autorisation d'atterrir à Kadugli pour les avions humanitaires est refusée malgré nos efforts pour l'obtenir. L'accès par la route est également entravé par des milices armées qui ont établi des barrages routiers, au sujet desquels nous avons reçu des informations de harcèlement contre les personnes en déplacement. Dans le contexte actuel d'insécurité, nos opérations sont fortement limitées et le HCR ne peut pas accéder à un entrepôt situé à seulement cinq kilomètres de la base de la mission des Nations Unies pour le maintien de la paix dans la ville. L'entrepôt contient du matériel humanitaire pour venir en aide à 10 000 personnes déplacées.

Le HCR estime qu'environ 41 000 personnes sont déplacées aux environs de Kadugli et dans l'Etat du Sud Kordofan, où nous souhaitons accéder plus facilement. Toutefois nous craignons que davantage de civils encore pourraient être forcés à fuir et continuent à le faire alors que les combats se poursuivent. La plupart sont des femmes et des enfants.

Le HCR coordonne l'assistance humanitaire dans et autour de Kadugli où, malgré l'environnement hostile, des agences humanitaires ont réussi à livrer des vivres et des biens de secours à environ 6 000 personnes déplacées. C'est bien moins que le nombre de personnes auxquelles nous pourrions venir en aide si nous avions accès à elles.

Des violents combats se déroulent dans et autour de Kadugli depuis la semaine dernière et des frappes aériennes peuvent toujours être entendues dans les environs. Le bilan confirmé s'élève à 10 civils tués.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Genève : Fatoumata Lejeune-Kaba, portable +41 79 249 3483