Le conflit en Ukraine génère davantage de personnes déracinées

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 02 septembre 2014 au Palais des Nations à Genève.

Les combats dans l'est de l'Ukraine, en particulier vers Donetsk, Louhansk et les villes voisines, poussent davantage de personnes à fuir et font augmenter les besoins d'aide humanitaire.

Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine avait plus que doublé ces quatre dernières semaines. Selon le HCR, 260 000 personnes étaient déplacées ce lundi, comparativement à 117 000 durant la première semaine d'août.

La plupart des déplacés, soit 94% d'entre eux, sont originaires de l'est de l'Ukraine et demeurent dans les régions de Donetsk, Kharkiv et Kiev. Le HCR estime que le nombre réel de déplacés est bien plus élevé car beaucoup sont hébergés par des proches et des amis et ils choisissent de ne pas s'enregistrer auprès des autorités.

En raison de l'insécurité, les organisations humanitaires n'ont pas été en mesure d'évaluer la situation des personnes déplacées dans la région de Lougansk. Le HCR avait prévu d'effectuer une mission d'évaluation plus tard cette semaine. Les autorités ukrainiennes affirment que 2,2 millions de personnes se trouvent actuellement dans des zones de conflit.

Trois corridors ont été établis par les autorités ukrainiennes pour que les habitants puissent fuir les zones de conflit. Leur nombre est actuellement en baisse, principalement du fait de récents incidents où des civils ont perdu la vie au cours d'attaques. Quelque 6 000 personnes auraient fui par ces corridors depuis la fin juillet.

Dans la seule région de Donetsk depuis mardi dernier, les autorités locales ont signalé que quelque 10 000 personnes avaient quitté la ville portuaire de Mariupol vers Zaporizhzhia, Berdiansk ou d'autres endroits, du fait d'activités militaires menées par des forces anti-gouvernementales.

Suite à des bombardements en zone de conflit, les habitants ont désormais un accès limité à la nourriture, à l'eau et à d'autres produits de première nécessité. Selon les autorités régionales, à Donetsk, Makiivka et Gorlovka, il y a 20 000 personnes handicapées qui ont besoin d'aide.

En Luhansk, les habitants ne sont plus suffisamment approvisionnés en nourriture et en eau. Ils subissent également des pénuries d'électricité et des problèmes de communication depuis un mois. Les bâtiments et les routes sont gravement endommagés, ce qui entrave les efforts pour acheminer et fournir une aide humanitaire.

A Yasynuvata, quelque 150 personnes auraient trouvé refuge dans des sous-sols sans électricité. Beaucoup parmi elles sont des personnes âgées. Les personnes nouvellement déplacées arrivent avec des ressources limitées et sont davantage dépendantes de l'aide.

Après que les autorités ukrainienes aient repris le contrôle de plusieurs villes au nord de la région de Donetsk début juillet, de nombreuses personnes déplacées sont rapidement rentrées. Par exemple, environ 20 000 personnes déplacées sont retournées dans la ville de Slovyansk depuis d'autres secteurs de la région de Donetsk.

Parallèlement, le nombre d'Ukrainiens demandant le statut de réfugié ou d'asile en Fédération de Russie a augmenté de près de 66 000 personnes courant août. Selon le Service fédéral des migrations, plus de 121 000 Ukrainiens ont déposé, depuis le 1er janvier, une demande de statut de réfugié ou de permis de séjour temporaire.

Depuis la fin juillet, les quotas pour les permis de séjour temporaires ont été atteints dans plusieurs régions, notamment Moscou, Saint-Pétersbourg, Rostov et la Tchétchénie, ce qui signifie que les ressortissants ukrainiens doivent chercher refuge dans d'autres régions. De plus, 138 825 Ukrainiens ont demandé à d'autres formes de permis de séjour légal comme les permis de séjour temporaires ou permanents ainsi que dans le cadre du programme de « réinstallation des compatriotes. »

De plus en plus d'Ukrainiens arrivent en Russie sous le régime d'exemption de visa. Selon les autorités russes, quelque 814 000 Ukrainiens ont rejoint la Russie depuis début 2014. Ce chiffre inclut les personnes ayant déposé une demande de statut de réfugié, d'asile temporaire ou d'autres types de permis de séjour.

La plupart des Ukrainiens arrivant en Russie sont hébergés par des proches et des amis. D'autres se trouvent dans des logements privés au sein de familles d'accueil ou d'autres encore louent leur propre appartement. Les autorités ont adopté des mesures pour faciliter le séjour temporaire des Ukrainiens.

Le HCR continue d'appuyer les autorités locales et la société civile, ainsi que de fournir une aide directe aux plus vulnérables. Le HCR a déjà distribué plus de 150 tonnes d'aide humanitaire dans les régions de Donetsk et Kharkiv, où se trouvent plus de 100 000 personnes déplacées. Le HCR a également coordonné la distribution de vivres fournis par différentes fondations.

Au total, quelque 4 106 Ukrainiens ont demandé l'asile dans l'Union européenne entre janvier et juillet, en comparaison des 903 demandes déposées en 2013 dans l'ensemble de l'Union européenne. La plupart des demandes d'asile déposées par des Ukrainiens l'ont été en Pologne (1 082), en Allemagne (556) et en Suède (500). De plus, 380 Ukrainiens ont demandé l'asile en Biélorussie.

CITATION SUPPLEMENTAIRE :

La citation suivante peut être utilisée en lien avec ce point de presse et attribuée au Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres :

CITATION : « Si cette crise ne cesse pas rapidement, il y aura non seulement des conséquences humanitaires dévastatrices, mais une déstabilisation potentielle de toute la région. Après les leçons des Balkans, il est difficile de croire qu'un conflit de cette proportion puisse se dérouler sur le continent européen »