Du fait de l'insécurité au Yémen, les stocks de vivres s'épuisent dans le camp de réfugiés de Kharam

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 19 juin 2015 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR est préoccupé par la situation désastreuse au camp de réfugiés de Kharaz au Yémen où les rations alimentaires sont épuisées. La distribution générale mensuelle de nourriture prévue pour le 15 juin n'a pas pu avoir lieu car les approvisionnements alimentaires sont bloqués à Hodeidah en raison de retards dans les importations commerciales. Le PAM prévoit de transférer les approvisionnements alimentaires par camion vers le sud de Hodeidah, ce qui est difficile du fait de la situation de sécurité actuelle.

En plus de l'absence de nourriture, les stocks du camp en carburant sont dangereusement bas, ce qui résulte en un rationnement de l'électricité pour les services essentiels, y compris le pompage de l'eau. Par ailleurs, les dispensaires doivent fermer. La situation est un peu meilleure ces derniers jours car un partenaire du HCR a pu transporter 7000 litres de carburant vers le camp, en plus d'une cargaison de 7000 litres arrivée en date du 11 juin. Une nouvelle cargaison de 6000 litres va bientôt être livrée et le stock totalisera 20 000 litres. Il est prévu pour durer deux mois. Les heures de pompage de l'eau ont été augmentées.

Les réfugiés sont gravement affectés et ils sont de plus en plus préoccupés par leur sécurité. A Sanaa et Aden / Kharaz, les réfugiés contactent le HCR et ses partenaires pour obtenir une aide financière principalement, ainsi qu'un transfert vers une autre localité dans le pays et la réinstallation à l'étranger. De nombreuses écoles restent fermées au Yémen, y compris celle du camp de réfugiés de Kharaz. Néanmoins, à la fin mai, un partenaire a pu mener un programme de cours accélérés au camp de Kharaz, en collaboration avec 111 étudiants qui avaient abandonné l'école.

Parallèlement, la fuite en exil en provenance du Yémen continue. Au 17 juin, 17 929 personnes de différentes nationalités étaient arrivées à Djibouti depuis le 27 mars. Sur ce nombre, 8921 étaient des ressortissants yéménites mais seulement 1746 ont été enregistrés par le HCR ; 7275 personnes sont des ressortissants de pays tiers en transit et 1733 sont des rapatriés djiboutiens. Sur les 17 929 nouveaux arrivants de nationalités mixtes, 1985 ont été enregistrés en tant que réfugiés (y compris 1 746 Yéménites) et 1498 sur les 1 746 Yéménites sont enregistrés au camp de Markazi, dans la région d'Obock.

Au 9 juin, 14457 personnes de différentes nationalités étaient arrivées en Somalie depuis le 27 mars 2015 : 13 299 Somaliens, 1060 Yéménites, 73 Ethiopiens et d'autres nationalités. Parmi ceux-ci, 8 112 personnes ont été enregistrées dans les centres de réception à Bossaso (Puntland) et Berbera (Somaliland). Cette procédure est coordonnée par les autorités, en collaboration avec le HCR et l'OIM.

Un plan de réponse à la crise au Yémen pour Djibouti et la Somalie a été publié cette semaine avec 26,4 millions de dollars et 64,2 millions de dollars requis pour le HCR et ses partenaires pour combler les besoins des déplacés yéménites et d'autres nationalités fuyant à Djibouti et en Somalie. L'Appel supplémentaire du HCR pour l'aide à l'intérieur du Yémen a également été lancé avec un supplément de 49,2 millions de dollars nécessaires compléter l'appel existant d'un montant de 56,4 millions de dollars pour un total de 105,6 millions de dollars nécessaires.