Le Yémen a reçu plus de 10 000 nouveaux arrivants par la mer depuis le début du conflit, beaucoup pensant que les combats ont cessé

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Leo Dobbs – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 14 juillet 2015 au Palais des Nations à Genève.

Le Représentant du HCR au Yémen Johannes van der Klaauw a effectué ce matin une déclaration au point de de presse au Palais des Nations, à Genève et ceci est une version abrégée de ses commentaires.

Quelque 10 500 nouveaux arrivants au Yémen ont été enregistrés depuis le début du conflit en date du 26 mars dernier, selon les toutes dernières statistiques du HCR. Depuis début 2015, plus de 37 000 réfugiés et migrants sont arrivés par la mer, la majorité depuis l'Ethiopie ainsi que des Somaliens et des ressortissants d'autres nationalités.

Beaucoup ont entrepris la traversée maritime après avoir été induits en erreur par des passeurs leur ayant dit que le conflit avait cessé et que la sécurité était rétablie au Yémen. Les risques habituels associés à ces traversées demeurent comme, par exemple, les enlèvements, les attaques, la noyade, l'exploitation et les agressions sexuelles. En raison de la poursuite du conflit et de l'accès réduit, le HCR et ses partenaires sont dans l'incapacité de transférer les arrivants vers les villes afin qu'ils puissent y recevoir une assistance complète.

Des campagnes d'information sont prévues dans le Puntland, le Somaliland et d'autres points de départ afin de décourager les traversées. Parallèlement, plus de 51 000 personnes ont fui le Yémen vers Djibouti, la Somalie, Oman, l'Arabie Saoudite et le Soudan.

Le nombre de déplacés yéménites a quadruplé depuis le début du conflit avec, à ce jour, 1 267 590 déplacés internes yéménites. Les plus importantes populations de personnes déplacées internes se trouvent à Hajjah (298 788), Al Dhale (227 414) et Aden (184 100). Les Yéménites font preuve d'une grande résilience et de solidarité car 80 pour cent des personnes déplacées (soit environ 800 000) vivent au sein de familles d'accueil. Il y a environ 250 000 réfugiés, principalement des Somaliens dans les villes au Yémen. Toutefois, en raison des combats, beaucoup ont été déplacés depuis Aden vers le camp de Kharaz et des villes au sud du Yémen.