Le HCR et ses partenaires révisent les besoins de financement pour la Grèce et les Balkans

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 10 juin 2016 au Palais des Nations à Genève.

Aujourd'hui, nous lançons une mise à jour du Plan régional d’aide aux réfugiés et aux migrants (RMRP) pour lequel sont engagées 60 organisations partenaires et couvrant l’itinéraire de l’ouest des Balkans et de l’est de la Méditerranée. Le RMRP a été révisé pour prendre en compte les nouvelles circonstances sur le terrain après la fermeture des frontières vers l’ouest des Balkans et l'entrée en vigueur de l'accord UE-Turquie.

Ces développements ont eu un impact significatif sur le nombre de réfugiés et de migrants qui arrivent, avec une diminution de leur nombre sur l’itinéraire de l’ouest des Balkans et une augmentation du nombre de personnes qui restent en Grèce. Alors que les mesures adoptées ont considérablement réduit le nombre d'arrivées en Grèce, plus de 57 000 réfugiés et migrants sont actuellement dispersés à travers le pays dans plusieurs sites sur le continent et les îles.

Dans ce contexte, le HCR et les partenaires humanitaires ont redéfini leur engagement pour venir en aide principalement aux personnes en déplacement, se concentrer sur une population statique en Grèce et sur les activités dans le domaine de la protection dans les pays de l’ouest des Balkans.

Les besoins financiers pour mettre en œuvre le Plan régional d’aide ont été ajustés pour tenir compte de ces changements. Ils s’élèvent actuellement à près de 670 millions de dollars pour 2016. Sur cette somme, des contributions à hauteur de 328,8 millions de dollars ont déjà été reçues.

Les besoins non satisfaits demeurent importants, alors que les conditions de vie dans les sites en Grèce, à la fois sur les îles et le continent, se sont détériorées en raison de la congestion et de la rapidité avec laquelle les sites ont été établis sur le continent. La population affectée comprend de nombreuses personnes ayant des besoins spécifiques, comme les enfants non accompagnés ou séparés, les femmes seules, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes âgées, les personnes handicapées, ainsi que les malades et les blessés. Le nombre d'enfants prenant part à ces mouvements est en hausse, avec 38 pour cent du total des arrivants en Grèce depuis la Turquie en 2016. Ces personnes pourraient avoir recours de plus en plus à des réseaux de passeurs et de traite d’êtres humains, s'exposer à des risques accrus en matière de protection, ce qui sera encore plus difficile à résoudre compte tenu de la nature clandestine de ces mouvements de populations.

Le Plan régional d’aide aux réfugiés et aux migrants (RMRP) a été lancé en janvier 2016 à la suite des mouvements de populations à grande échelle qui ont été enregistrés dans toute l'Europe en 2015, quand un million de réfugiés et de migrants avait entrepris le voyage périlleux pour traverser la mer Méditerranée. La grande majorité a traversé la mer Égée en bateau depuis la Turquie vers la Grèce. Beaucoup ont perdu la vie. Au total, 3771 personnes sont décédées ou sont portées disparues en mer Méditerranée en 2015. Malgré la détérioration des conditions météorologiques avec l'arrivée de l'hiver, les mouvements n’avaient pas ralenti durant les cinq premiers mois de 2016, avec quelque 200 000 arrivées par la mer entre janvier et mai 2016, dont plus de 150 000 personnes arrivées en Grèce.