Des milliers de personnes continuent de fuir Mossoul-Ouest ; le HCR ouvre le 12e camp de déplacés

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 12 mai 2017 au Palais des Nations à Genève.

Chaque famille arrivant à Hasansham U2 reçoit une tente et d'autres articles de première nécessité, y compris des couvertures, des matelas, un réchaud, des jerricans, des bâches en plastique et des ustensiles de cuisine.   © HCR/Caroline Gluck

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a ouvert un nouveau camp, Hasansham U2, dans le nord de l'Iraq cette semaine pour abriter un nombre croissant de familles irakiennes ayant fui les combats dans l'ouest de Mossoul. Les premiers bus transportant des familles iraquiennes nouvellement déplacées sont arrivés au camp dès mardi. Ce matin, ce nouveau site abritait déjà près de 500 enfants, femmes et hommes - soit 96 familles au total. Le camp est situé à environ 60 kilomètres à l'ouest de Mossoul le long de l'autoroute menant à Erbil.

Ce tout dernier camp est le 12e camp à avoir été construit par le HCR et ses partenaires en réponse à l'actuelle situation d’urgence de Mossoul. Il y a moins de quatre semaines, le HCR avait ouvert le camp de Hammam al-Alil 2, dont la capacité initiale d’accueil était de 30 000 personnes. Ce camp est maintenant presque plein.

Chaque famille déplacée arrivant à Hasansham U2 reçoit une tente et d'autres articles de première nécessité, y compris des couvertures, des tapis, une cuisinière, des jerricans, des bâches en plastique et un kit d’ustensiles de cuisine. A ce jour, plus de 1000 tentes sont prêtes pour abriter plus de 6000 personnes. Hasansham U2 a une capacité initiale d'accueil de plus de 9 000 personnes.

Le risque pour les personnes fuyant Mosul est maintenant très important, les personnes devant se déplacer sont en danger. Les habitants évoquent des conditions désespérées et ne faisant que s’aggraver. Les familles arrivant depuis l'ouest de Mossoul signalent de lourds bombardements et de violents combats. Ils rapportent également au HCR qu'il ne reste aucun service élémentaire dans la ville. Il n’y a pas de nourriture, ni d’eau, ni de carburant. Certaines familles nous ont expliqué qu'elles vivaient avec un repas par jour : souvent seulement du pain, ou de la farine et de l'eau, parfois complétés par de la pâte de tomate.

Le HCR réitère son appel à toutes les parties au combat de s'assurer que les civils puissent quitter les zones de conflit actif et accéder à des zones sûres, y compris les personnes actuellement prises au piège à Mossoul. De même, les civils ne doivent pas être forcés de revenir vers des zones dangereuses.

Six mois après le début de l'offensive de Mossoul, le HCR demeure préoccupé par les déplacements massifs en continu. Malgré d'énormes risques, le nombre de personnes fuyant l'ouest de Mossoul ne montre aucun signe de ralentissement.

Nous prévoyons des afflux encore plus importants depuis l'ouest de la ville. C'est pourquoi, avec nos partenaires, nous continuons à préparer de nouveaux camps pour y recevoir les personnes qui fuient Mossoul et qui ont désespérément besoin d'aide. La première phase d'un autre camp, Al Salamiya 2, avec une capacité initiale d’accueil de 30 000 personnes, est en construction. Une fois terminé, le camp aura une capacité pouvant atteindre 60 000 personnes.

Nos efforts humanitaires actuels pour abriter et venir en aide aux familles iraquiennes déplacées et aux réfugiés ayant fui vers l'Iraq sont sérieusement mis en péril par un soutien financier décroissant. Nos programmes d’aide aux réfugiés et aux personnes déplacées en Irak sont actuellement financés à hauteur de 18% (105,1 millions de dollars ont été reçus pour l’appel de fonds d’un montant de 578 millions de dollars). Cette situation menace désormais notre capacité à répondre efficacement aux besoins humanitaires immédiats et croissants en Iraq cette année.

Selon les autorités iraquiennes, plus de 630 000 personnes sont déplacées de Mossoul et les régions environnantes depuis octobre 2016, lorsque l'opération militaire a commencé. Cela comprend plus de 434 000 déplacés de l'ouest de Mossoul depuis la mi-février. Par ailleurs, environ 141 000 personnes sont revenues dans leurs zones d'origine.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter: