Décès tragique d'un réfugié après des affrontements dans un camp au Rwanda

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 04 mai 2018 au Palais des Nations à Genève.

Vue d'ensemble du camp de réfugiés de Kiziba au Rwanda.  © HCR/Frédéric Noy

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, renouvelle son appel, aux autorités rwandaises et aux réfugiés, à la retenue et au calme après les récents affrontements ayant causé la mort d’un réfugié et plusieurs blessés dans le camp de réfugiés de Kiziba à l'ouest du Rwanda.

Les circonstances de l'incident ne sont toujours pas clairement établies mais, selon les premières informations, le décès d’un réfugié est la conséquence d’un affrontement mardi entre la Police nationale rwandaise et un groupe de jeunes réfugiés. Un homme a été blessé. Il a été rapidement transporté à l'hôpital du district de Kibuyé, mais il a succombé à ses blessures au cours de la soirée.

Nous déplorons cet événement tragique et transmettons toutes nos condoléances à sa famille. Le HCR appelle également la police et les réfugiés à éviter toute autre confrontation et à régler tous les problèmes de manière pacifique.

Le camp de Kiziba accueille plus de 17 000 réfugiés congolais. Beaucoup y vivent depuis plus de deux décennies - et un grand nombre d’entre eux y sont nés. Confrontés à la diminution de l'assistance et à la réduction des rations alimentaires dues à la persistance d’une pénurie de financements, les résidents des camps ont commencé des manifestations en février.

Un précédent affrontement avait déjà fait 10 morts et de nombreux blessés le 22 février, notamment parmi les forces de l'ordre. 

La Police nationale rwandaise avait récemment renforcé sa présence à Kiziba, en augmentant le nombre de ses agents le 20 avril. Les toutes dernières confrontations ont commencé lundi (29 avril), lorsque des policiers ont utilisé du gaz lacrymogène après avoir été bloqués par des jeunes réfugiés. Un jeune réfugié de 12 ans est encore en convalescence à l'hôpital après avoir été blessé au cours de ces confrontations. 23 autres auraient été arrêtés, après ce que la Police nationale rwandaise a qualifié de provocations.

Alors que la situation demeure tendue, certains réfugiés ont également signalé leur désir de rentrer en République démocratique du Congo (RDC) car ils ne voient pas d’autre issue. Le HCR les engage à prendre leur décision en connaissance de cause et à ne pas se laisser influencer par la désinformation et les rumeurs.

Les affrontements qui se poursuivent ont également empêché les organisations humanitaires d'accéder au camp de Kiziba. Le HCR et ses partenaires ont de grandes difficultés pour apporter soutien et assistance aux réfugiés. 

Tout en maintenant les efforts pour trouver une solution pacifique à cette situation, le HCR plaide également auprès des bailleurs de fonds pour combler le déficit du financement de l'action humanitaire et des besoins urgents des réfugiés. L'appel de fonds 2018 du HCR pour l’aide aux réfugiés, d’un montant de 98,8 millions de dollars, n’est financé qu'à concurrence de 13 pour cent.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :