Le HCR recherche 37 millions de dollars

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a lancé aujourd'hui un appel spécial de 37 millions de dollars pour venir en aide aux personnes déplacées qui vivent souvent dans le dénuement total au sein des pays de la Communauté des Etats Indépendants.

Même si les 7 conflits qui font rage dans la région depuis 1988 connaissent une trêve, toute la zone subit le contrecoup d'un des plus importants, des plus complexes mouvements de population de ces dernières décennies.

Le but de cet appel de fonds spécial pour 1998 est d'apporter des secours à une grande partie des neuf millions de personnes qui ont été déplacées dans la région depuis la chute du régime communiste. Parmi les bénéficiaires, des millions de personnes fuyant les conflits ou les tensions entre communautés, les peuples déportés sous Staline qui retournent maintenant dans leur pays d'origine, enfin des demandeurs d'asile venus d'autres parties du monde. Ils seront aidés soit à être rapatriés, soit à s'installer dans leurs nouvelles maisons.

Les projets du HCR en 1998 comprennent la distribution de nourriture et d'abri pour les plus nécessiteux, la reconstruction d'une infrastructure dévastée dans les anciennes zones de conflit et la mise en place de projets générateurs de ressources pour développer l'autosuffisance. Une attention particulière sera accordée aux actions pouvant aider les gouvernements à développer leur capacité à s'occuper des personnes rapatriées ou déplacées.

Fédération de Russie

10 millions de dollars sont nécessaires pour aider les autorités russes à faire face à un afflux de 4 millions de personnes ces dernières années. Parmi elles, des réfugiés, des personnes ethniquement russes revenant dans leur pays, et un grand nombre de migrants de passage ou voulant rester illégalement en Russie. Le HCR fournira l'assistance matérielle, en même temps qu'il établira progressivement avec les autorités russes chargées de l'immigration la marche à suivre afin d'assurer une protection correcte à tous les demandeurs d'asile et aux personnes déplacées.

Caucase

Pour la Géorgie, 10,3 millions de dollars, l'Azerbaïdjan 7,1 millions de dollars, l'Arménie 4,2 millions de dollars.

Les combats dans le Caucase connaissent une accalmie ; malgré tout, plus d'1,7 million de personnes restent déplacées suite aux conflits en Géorgie, Tchétchénie, et Nagorny-Karabakh. En Arménie et Azerbaïdjan, les personnes déplacées vivent souvent dans un état de pauvreté immonde. Beaucoup vont affronter un cinquième hiver glacial dans des wagons de train, des tentes, des immeubles abandonnés. Le HCR continue à leur fournir de la nourriture, des abris, une éducation, des soins de santé pour les plus vulnérables, en même temps qu'il mène un travail de promotion du Droit des réfugiés, au niveau législatif. Parallèlement, des plans sont élaborés pour le retour des réfugiés avec l'espoir que des négociations pour une paix durable au Nagorny-Karabakh puissent aboutir.

En Géorgie, le HCR continue à soutenir les efforts faits pour trouver une solution politique aux conflits d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud et pour promouvoir le retour volontaire dans ces régions. En 1998, le HCR prévoit d'aider la grande majorité des 29 000 réfugiés ossètes, aujourd'hui exilés en fédération de Russie, à commencer à retourner en Ossétie du Sud. En Abkhazie, le HCR s'occupe de reconstruire l'infrastructure pour favoriser une bonne réinsertion des rapatriés.

Ukraine, 2,3 millions de dollars

Le HCR va poursuivre sa collaboration avec les autorités ukrainiennes pour la réintégration de quelque 250 000 Tatars de Crimée rentrés récemment, après 50 ans d'exil en Asie centrale. Des abris et des projets générateurs de revenus seront planifiés pour permettre à 90 000 Tatars de Crimée en passe de devenir apatrides d'acquérir la citoyenneté ukrainienne.

D'autres programmes qui devraient être financés dans le cadre de l'appel de fonds spécial pour 1998 comprennent une assistance technique au gouvernement de Bélarus pour l'aider à prendre en charge environ 200 000 migrants illégaux et aider les réfugiés et les personnes déplacées en Moldova.

Cet appel a été lancé conjointement avec l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM) avec laquelle le HCR travaille en étroite collaboration.