Sierra Leone : Clôture du programme de rapatriement du HCR

Le 21 juillet 2004

GENEVE - Le vaste programme de rapatriement du HCR pour les réfugiés sierra-léonais est sur le point d'être clôturé aujourd'hui, avec le retour d'un dernier groupe de quelque 280 000 réfugiés regagnant leur pays déchiré par près de dix ans d'un conflit qui n'a pris fin qu'en 2000.

Le dernier convoi en provenance du Libéria est arrivé en Sierra Leone aujourd'hui après avoir traversé le pont de la rivière Mano, avec à son bord 286 réfugiés. Un dernier convoi transportant 329 rapatriés a quitté la Guinée ce mercredi et arrivera en Sierra Leone demain.

La clôture officielle du programme de rapatriement volontaire assisté par le HCR était initialement prévue pour le 30 juin, mais d'autres groupes de réfugiés sierra-léonais ayant demandé leur rapatriement du Libéria, il a fallu prolonger l'opération et en reporter la clôture.

En effet, le rythme des retours s'était considérablement accéléré ces derniers mois, les réfugiés sierra-léonais, notamment en Guinée et au Libéria, s'étant empressés de regagner leur pays avant la fin du programme de rapatriement du HCR.

Environ 120 000 personnes auraient été contraintes à l'exil et à chercher refuge au Libéria et quelque 370 000 autres en Guinée pour échapper à la violence et à la folie meurtrière qui faisait rage en Sierra Leone.

« Il est extrêmement encourageant de constater qu'un si grand nombre de réfugiés soit revenu en Sierra Leone avec une aussi nette détermination de reconstruire leur vie après avoir passé près d'une décennie dans les camps de réfugiés des pays voisins », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unis pour les réfugiés, Ruud Lubbers.

Le Haut Commissaire, qui a effectué de nombreuses missions en Afrique de l'Ouest, a tout particulièrement mis l'accent sur l'urgence de trouver des solutions à long terme aux crises de réfugiés qui s'éternisent, provoquant le déracinement de millions de personnes durant des années, voire des décennies. Bien que le nombre global de personnes relevant de la compétence du HCR ait diminué, passant de 21,8 millions début 2001 à 17,1 millions début 2004, il y a encore de par le monde 38 situations de crises dites « chroniques » dont sont victimes environ 6,2 millions de personnes déracinées depuis cinq ans ou plus.

Au total, quelque 25 000 réfugiés sierra-léonais sont retournés chez eux depuis début 2004, principalement de Guinée et du Libéria, mais également, en nombre plus restreint, d'autres pays dont le Mali, le Sénégal, le Ghana, le Nigéria et la Gambie. Depuis le début de l'opération de rapatriement en 2001, environ 178 000 réfugiés sont retournés chez eux avec l'aide du HCR, tandis que 92 000 autres ont choisi de rentrer par leurs propres moyens.

Par ailleurs, environ 15 000 réfugiés sierra-léonais ont préféré rester dans leur pays d'accueil et s'y intégrer. Dans les pays à forte population de réfugiés ayant fait ce choix, le HCR facilitera le processus de réintégration par la mise en place de projets communautaires.

Ceux qui ont été rapatriés avec l'assistance du HCR ont fait halte dans des centres de transit en Sierra Leone où des rations alimentaires, des produits de première nécessité et des outils agricoles leur ont été distribués pour leur permettre de commencer à reconstruire leur vie dans leur communautés d'origine.

« Les Sierra-Léonais devront relever bien des défis lors de leur réintégration, en particulier ceux qui ont subi d'atroces mutilations pendant la guerre », a souligné Ruud Lubbers.

Le HCR et ses partenaires, ainsi que l'équipe des Nations Unies présente dans le pays et le gouvernement, aideront les rapatriés à se réintégrer dans leur région d'origine par le biais de projets communautaires qui seront mis en oeuvre et soutenus jusqu'à fin 2005.

Ces projets à petite échelle touchent différents domaines notamment la formation professionnelle, la construction de dispensaires, le forage de puits ainsi que la réfection d'écoles.

Les bureaux du HCR en Sierra Leone resteront ouverts afin d'aider quelque 55 000 réfugiés libériens qui devraient regagner leur pays lorsque le programme de rapatriement volontaire du HCR pour le Libéria sera lancé dans l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest en octobre 2004.