Le HCR se félicite d'une nouvelle Recommandation générale sur les femmes réfugiées et apatrides

Le HCR s'est félicité d'une nouvelle série de lignes directrices internationales - adoptée aujourd'hui par le Comité des Nations Unies sur l'Elimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes - qui appelle les pays à adopter une approche plus sensible par rapport aux femmes réfugiées, aux femmes demandeurs d'asile ou apatrides pour prendre en compte les abus dont elles souffrent fréquemment.

« Nous voyons de nombreux cas de femmes qui fuient leur pays et demandent l'asile en raison de la violence généralisée à l'encontre des femmes. Cette Recommandation générale devrait aider les pays sur la façon d'examiner et gérer ces cas de manière appropriée », a déclaré le Directeur du HCR pour la protection internationale, Volker Türk.

En se basant sur les propres lignes directrices et les travaux du HCR sur la persécution liée au genre, la Recommandation générale convient que les pays doivent tenir compte de l'égalité des sexes et de la non-discrimination dans leurs procédures d'asile. Le manque d'approche pour les femmes peut trop souvent donner lieu à des décisions incohérentes en matière d'asile et priver de protection internationale un grand nombre de femmes et de jeunes filles.

Prendre des dispositions au bénéfice des femmes demandeurs d'asile pour que l'entretien se déroule avec des interlocutrices est un élément crucial dans les nouvelles lignes directrices, parallèlement à la mise en place des procédures qui permettent aux femmes de présenter leur demande pour exercer leurs propres droits fondamentaux, dans un environnement sûr et exempt d'intimidation. « Ces lignes directrices renforcent le fait qu'aucune femme ou jeune fille ne doivent être expulsées vers la persécution ou la violence à l'encontre des femmes et qu'elles ont le droit de demander l'asile », a souligné Volker Türk.

Un autre point clé concerne le droit des femmes à la nationalité, y compris le droit d'acquérir, de changer ou de conserver leur nationalité et de la transmettre à leurs enfants et conjoints. L'élimination de la discrimination à l'encontre des femmes dans les lois sur la nationalité est l'une des 10 actions proposées dans le Plan d'action mondial pour mettre fin à l'apatridie : 2014-2024, qui a été lancé par le HCR hier dans le cadre d'une nouvelle campagne sur l'apatridie (http: //www.unhcr.org/stateless2014/). On compte encore 27 pays, par exemple, qui ne permettent pas aux femmes de transmettre leur nationalité à leurs enfants, ce qui peut rendre les enfants apatrides, avec des conséquences dévastatrices dans l'enfance et à l'âge adulte.

« Cette Recommandation générale est un outil important pour nous aider à résoudre ce problème et éviter à de futures générations de grossir les rangs de la population apatride ; il y a actuellement 10 millions de personnes apatrides dans le monde et nous voulons éradiquer cette anomalie ainsi qu'éviter qu'elle ne continue de croître », a déclaré Volker Turk.

Contexte

Le Comité des Nations Unies sur l'Elimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes est un organe composé d'experts indépendants chargés de surveiller l'application par les États parties de la Convention sur l'Elimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (Convention CEDAW). Le Comité examine périodiquement les actions des 188 États parties, et leur émet des recommandations sur des aspects spécifiques de leurs obligations en vertu de la Convention CEDAW. Ces recommandations sont intitulées Recommandations générales. La Recommandation générale n ° 32 sur les dimensions sexospécifiques du statut de réfugié, des demandes d'asile, de la nationalité et de l'apatridie des femmes sera disponible aujourd'hui à l'url suivante : http://www.ohchr.org/en/hrbodies/cedaw/pages/cedawindex.aspx (en anglais).

Les Principes directeurs N°1 du HCR sur la protection internationale : Persécution liée au genre dans le cadre de l'article 1A (2) de la Convention de 1951 et / ou son Protocole de 1967 relatifs au statut des réfugiés, le 7 mai 2002, HCR / GIP / 1.2 , sont disponibles à l'adresse: http://www.refworld.org/docid/3d36f1c64.html (en anglais).