Le HCR appelle à faire cesser la détention de demandeurs d'asile et de réfugiés

Genève, 3 juillet 2014 - Le HCR a publié aujourd'hui une nouvelle stratégie globale pour aider les pays à faire cesser la détention de demandeurs d'asile, de réfugiés et d'apatrides à travers le monde.

La détention de demandeurs d'asile et de réfugiés est devenue une routine dans de nombreux pays. Elle a des conséquences graves et durables sur les personnes et les familles. Le HCR est préoccupé par le recours croissant à la détention d'immigrants, en particulier des enfants.

La nouvelle stratégie « Beyond detention » appelle à mettre fin à la détention des enfants, à veiller à ce que des alternatives à la détention soient prévues par la loi, ainsi que leur mise en oeuvre, et enfin à assurer que les conditions de détention - quand elle ne peut être évitée - respectent pleinement les normes internationales des droits humains.

« Il est légitime de chercher à obtenir le statut de réfugié, ce qui constitue un droit humain fondamental. La détention de demandeurs d'asile en tant que mécanisme de routine doit être évitée - ces personnes ayant plutôt des besoins en matière de protection. Nous sommes prêts à travailler avec les gouvernements sur cette question, pour notamment mettre fin à la pratique de la détention d'enfants demandeurs d'asile », a déclaré le Directeur du HCR pour la Protection internationale, Volker Türk.

Le HCR reconnaît que l'entrée ou le séjour irrégulier présentent de nombreux défis pour les pays, mais la détention de personnes n'est pas la bonne réponse. Le HCR recommande que les personnes en quête d'asile soient bien accueillies et que leur soit accordée la liberté de circulation et d'accès aux services dans la communauté. La demande d'asile n'est pas illégale en vertu du droit international et les personnes ont le droit d'être traités humainement et dignement.

Le HCR a identifié un certain nombre de pays avec lesquels travailler afin de revoir les pratiques de la détention et d'améliorer les alternatives à la détention, y compris la Hongrie, l'Indonésie, la Lituanie, la Malaisie, Malte, le Mexique, la Thaïlande, le Royaume-Uni et la Zambie. Le HCR prévoit d'élargir ce groupe de pays au cours des cinq prochaines années.

La détention de demandeurs d'asile et de réfugiés provoque des souffrances inutiles, avec souvent des conséquences graves pour la santé et le bien-être, en particulier pour les personnes qui sont détenues durant de longues périodes. Elle augmente également l'anxiété, la peur et la frustration, et elle peut exacerber des expériences traumatisantes vécues dans le passé. Pour les enfants, les conséquences de la détention sont particulièrement graves, notamment pour leur développement physique, émotionnel et psychologique, même s'ils ne sont pas séparés de leurs familles.

« Beyond detention » est une initiative d'une durée de cinq ans prévue entre juin 2014 et juin 2019, grâce à laquelle le HCR travaillera avec les gouvernements et d'autres institutions afin de répondre à certains des principaux défis et préoccupations sur les politiques et les pratiques de la détention. La mise en oeuvre de la stratégie se fera par l'élaboration de plans d'action nationaux, qui comprendra la sensibilisation, le renforcement des capacités et des partenariats, le partage de l'information, la collecte de données et l'établissement de rapports, la recherche et le suivi.