Filippo Grandi, chef du HCR: il faut identifier les erreurs ayant mené aux frappes tragiques contre un camp de déplacés au Nigéria

Des personnes déplacées au camp de Bakassi à Maiduguri, au Nigéria, durant une récente visite du chef du HCR Filippo Grandi, en décembre 2016.  © HCR/ Simi Vijay

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi s’est déclaré aujourd’hui profondément choqué par les frappes aériennes contre un site de déplacés internes au nord-est du Nigéria et qui ont causé plusieurs dizaines de morts. Il a souligné la nécessité pour les autorités nigériennes d’identifier d’urgence les erreurs ayant mené à cette tragédie.

Selon les premières informations provenant du camp de Rann dans la région de Kala Balge, Etat de Borno, plus de cinquante personnes ont été tuées, y compris six travailleurs humanitaires, lorsque l’attaque est survenue mardi matin durant une distribution de nourriture. Le camp de Rann avait été établi en mars 2016 et accueille 43 000 personnes ayant fui les violences commises par les insurgés ces deux dernières années.

« C’est une véritable catastrophe. Des vies humaines ont été perdues, et ce dans une installation formelle accueillant des déplacés internes », a déclaré Filippo Grandi. « Un compte-rendu complet des faits est nécessaire pour identifier les causes et des mesures doivent être prises pour que cela ne se reproduise plus jamais. »   

Selon le gouvernement nigérian ayant débuté une enquête, ces frappes aériennes sont accidentelles. Parmi plus de 1,7 million de déplacés internes ainsi que les employés des agences humanitaires, beaucoup sont encore confrontés à des problèmes d’insécurité du fait de la poursuite des affrontements entre les forces de sécurité gouvernementales et les insurgés, au nord-est du Nigéria. L’accès humanitaire à Rann est difficile à cause de l’insécurité et des routes impraticables.

Filippo Grandi s’était rendu à Borno le mois dernier durant sa visite au Nigéria et dans les pays du bassin du lac Tchad où sont hébergés des réfugiés nigérians. Il avait été ému par les souffrances endurées par les personnes déracinées qu’il y avait rencontrées et il s’était engagé à poursuivre les efforts d’aide du HCR. 

 

Contacts médias: