Un an après la conférence clé sur la réinstallation de réfugiés syriens, la moitié des 500 000 places attendues a été obtenue

La famille Mahmut, originaire de Syrie, a recommencé une nouvelle vie à Ottawa en 2016, dans le cadre du Programme canadien pour la réinstallation de 25 000 réfugiés syriens.   © HCR

Le nombre d'hommes, de femmes et d'enfants ayant fui six ans de guerre en Syrie dépasse le cap des cinq millions et la communauté internationale doit faire encore davantage pour leur venir en aide, a déclaré aujourd'hui le chef du HCR.

« Il reste beaucoup à faire pour accroître la réinstallation ainsi que le nombre et la gamme de voies légales complémentaires pour l’admission des réfugiés », a déclaré Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

« Pour relever ce défi, nous avons besoin non seulement de places supplémentaires, mais aussi d'accélérer la mise en œuvre des engagements pris ».

Ces remarques interviennent un an après que la Conférence de haut niveau sur les réfugiés syriens ait appelé la communauté internationale à s’engager à réinstaller 10% de tous les réfugiés syriens d'ici 2018. Malgré l'appel lancé lors de cette conférence à Genève le 30 mars 2016 pour réinstaller et faciliter les voies légales pour 500 000 réfugiés, à ce jour 250 000 places de réinstallation ont déjà été mises à disposition.

« Ces promesses généreuses représentent un symbole bienvenu et important sur la solidarité et le partage des responsabilités par la communauté internationale. Si nous voulons atteindre notre objectif, nous devons désormais accélérer ces efforts en 2017 et au-delà », a déclaré le Haut Commissaire Filippo Grandi.

Par la signature de la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants en septembre 2016, les États membres des Nations Unies se sont engagés à trouver de nouveaux foyers pour tous les réfugiés identifiés par le HCR comme ayant besoin de protection et de solutions durables dans des pays tiers. Selon le HCR, près de 1,2 million de réfugiés - dont 40% sont des Syriens - auront besoin d’une réinstallation en 2017.

Le Haut Commissaire a souligné que « la réinstallation est un outil essentiel pour la protection des réfugiés. Seuls les plus vulnérables sont toutefois orientés pour une réinstallation. De ce fait, le HCR continuera son travail avec les États afin d'accroître le nombre de places de réinstallation ainsi que le nombre et la gamme des voies légales pour la protection, en complément de la réinstallation. Comme de nombreux États le savent d'expérience directe, la réinstallation donne non seulement aux réfugiés la possibilité de reconstruire leur vie, mais elle enrichit également les communautés hôtes. »

 

Contacts médias: