Le chef du HCR exhorte la communauté internationale à reconnaître et appuyer l'action du Soudan

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, s'est rendu cette semaine au Soudan pour sa première visite officielle en qualité de Haut Commissaire, dans un contexte marqué par l'arrivée continuelle de réfugiés fuyant le brutal conflit au Soudan du Sud. Il a appelé la communauté internationale à reconnaître la longue tradition soudanaise d'accueil aux réfugiés et a demandé une augmentation de l'aide à ce pays.

« Depuis des décennies, le Soudan a maintenu ses portes ouvertes pour accueillir ceux qui fuient la guerre, la faim et les souffrances. J'ai pu en faire le constat par moi-même il y a près de 30 ans quand je travaillais dans ce pays comme employé de terrain du HCR et cette tradition perdure aujourd'hui avec les réfugiés sud-soudanais qui fuient les horreurs de la guerre, » a déclaré M. Grandi mercredi, en conclusion de sa visite au Soudan.

Le Soudan est l'un des principaux pays d'accueil des réfugiés qui fuient le conflit meurtrier au Soudan du Sud. Ces réfugiés jouissent de certaines libertés accordées par les autorités du pays, notamment la liberté de travail et de mouvement, et reçoivent en outre l'aide généreuse de leurs communautés d'accueil. 

Durant son séjour, le chef du HCR a visité le camp de réfugiés d'Al-Nimir, dans les États de l'est du Darfour, où sont logés plus de 5000 réfugiés sud-soudanais arrivés en avril et il a félicité leurs hôtes soudanais. « Les communautés d'accueil partagent généreusement toutes les ressources disponibles, mais il est clair qu'elles en subissent le contrecoup étant donné la rareté des ressources. »

Filippo Grandi estime que cette exceptionnelle générosité doit être reconnue et soutenue. « La générosité du Soudan doit avoir pour miroir la solidarité et les ressources internationales. Les donateurs doivent au plus vite accroître massivement leur aide afin que nous puissions prêter secours aux centaines de milliers de réfugiés présents dans le pays et aux communautés qui les accueillent. »

Le chef du HCR a de nouveau appelé la communauté internationale a tout mettre en œuvre pour faire cesser les combats au Soudan du Sud qui engendrent de tragiques déplacements forcés dont l’expansion sans précédent ne semble pas prête de décroître. « Les parties au conflit, les États de la région et la communauté internationale doivent mettre fin à cette tragédie, » a-t-il ajouté.

Le Haut Commissaire a rencontré Omar al-Bashir, le président du Soudan, et accueilli avec satisfaction ses assurances selon lesquelles le Soudan continuera à assurer la sécurité de ceux qui fuient le conflit et la persécution, notamment les personnes originaires du Soudan du Sud et d'autres pays de la région.

Depuis 2013, le Soudan a accueilli plus de 416 000 réfugiés sud-soudanais, dont environ 170 000 sont arrivés en 2017, ce qui le classe parmi les pays de la région qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés. Des centaines de milliers d'autres Sud-Soudanais qui sont restés au Soudan après la séparation des deux pays ont également besoin de l'aide humanitaire. En outre, le Soudan continue d'accueillir des réfugiés en provenance d'Érythrée, de Syrie, du Yémen, du Tchad et d'autres pays.