Un plan régional de 1,44 milliard de dollars pour aider les réfugiés et migrants du Venezuela sur fond de Covid-19

Communiqué de presse conjoint HCR-OIM

Une famille vénézuélienne déplacée qui a perdu ses revenus à cause de la pandémie de Covid-19, photographiée dans sa maison à Santiago, au Chili, en mai 2020.

Une famille vénézuélienne déplacée qui a perdu ses revenus à cause de la pandémie de Covid-19, photographiée dans sa maison à Santiago, au Chili, en mai 2020.   © HCR/Hugo Fuentes

GENÈVE – Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l'OIM, l'Organisation internationale pour les migrations, ont lancé ce jour un plan régional de 1,44 milliard de dollars pour répondre aux besoins croissants des réfugiés et des migrants du Venezuela et des communautés qui les accueillent dans 17 pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

Il y a environ 5,4 millions de réfugiés et de migrants originaires du Venezuela à travers le monde, en grande majorité accueillis par des pays d'Amérique latine et des Caraïbes. L'apparition du Covid-19 a mis les capacités locales et nationales à très rude épreuve dans l'ensemble de la région. De nombreux réfugiés et migrants, tout comme des membres des communautés hôtes sont aujourd'hui confrontés à une multitude de difficultés nouvelles qui aggravent leurs conditions de vie déjà précaires.

Les confinements, la perte des moyens d'existence et l'appauvrissement forcent nombre d'entre eux dans la dépendance à l'aide humanitaire pour assurer leurs besoins de santé, de logement, d'alimentation, de protection et d'éducation. L'impact de la pandémie s'est également traduit par une augmentation catastrophique des violences sexistes, des besoins de santé mentale, de l'insécurité alimentaire, de la malnutrition et des incidents de stigmatisation.

Compte tenu des taux croissants d'expulsion, beaucoup se retrouvent à la rue et dépendants de logements temporaires fournis par les organisations humanitaires.

Les réfugiés et les migrants en situation irrégulière vivent une lutte encore plus âpre pour accéder à leurs droits fondamentaux.

Le Plan de réponse 2021 pour les réfugiés et les migrants (RMRP) a été lancé ce jour pour faire face à ces besoins croissants.

« Le prolongement nécessaire des mesures de confinement et des restrictions de mouvement a eu des conséquences préjudiciables sur la capacité des réfugiés et des migrants à conserver leurs moyens d'existence et leur accès aux biens de première nécessité et aux services essentiels. Nombre d'entre eux ont perdu leurs gagne-pains sans pour autant être automatiquement bénéficier des mesures de protection sociale mises en place au profit des populations locales », a déclaré Eduardo Stein, Représentant spécial conjoint HCR-OIM pour les réfugiés et migrants vénézuéliens.

La situation désespérée en conduit certains à envisager de rentrer au Venezuela, souvent dans des conditions dangereuses, ce qui soulève d'autres inquiétudes pour leur protection et leur santé. Parallèlement, le nombre de Vénézuéliens qui continuent de quitter leur pays a encore augmenté au cours des dernières semaines, compte tenu de la levée des mesures de confinement et de la détérioration persistante des conditions dans le pays.

Comme les frontières sont toujours fermées, ces mouvements se traduisent surtout par des franchissements irréguliers des frontières qui exposent les réfugiés et les migrants au danger et à des risques considérables d'abus physiques et sexuels, de discrimination, d'exploitation et de traite des êtres humains.

Malgré les difficultés, on note des exemples encourageants dans des pays d'accueil de la région qui s'efforcent d'inclure les réfugiés et les migrants dans les réponses nationales à la pandémie, à égalité avec leurs propres citoyens.

Les réfugiés et les migrants eux-mêmes appuient ces diverses réponses, certains travaillant comme professionnels de santé en première ligne ou diffusant des informations au sein de leurs communautés.

« Le plan de réponse annoncé ce jour requiert l’engagement continu et croissant de la communauté internationale et du secteur privé afin de répondre à cette crise. Les réfugiés et les migrants vénézuéliens ainsi que leurs hôtes ont plus que jamais besoin de notre soutien collectif, que ce soit pour l'apport d'une aide humanitaire vitale et urgente ou pour une aide au développement visant à soutenir les communautés locales et la recherche de solutions à long terme », a ajouté Eduardo Stein.

Le Plan de réponse 2021 pour les réfugiés et les migrants (RMRP) repose sur la consolidation accrue des réponses nationales et régionales mises en œuvre par les gouvernements des pays hôtes, via un soutien aux interventions pour la santé, le logement, l'alimentation, l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) ainsi que l'accès à l'éducation, la protection et l'intégration dans les cas exigeant une assistance ou une expertise particulière ou dans ceux où les capacités de réponse des gouvernements sont dépassées.

Ce plan regroupe 158 organisations qui participent à la réponse, dont des agences des Nations Unies, des organisations non gouvernementales internationales et nationales, la société civile, des organisations confessionnelles et le mouvement de la Croix-Rouge.

Pour en savoir plus sur le RMRP 2021 : http://rmrp.r4v.info/

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :  

À Panama :

À Genève :