Un premier groupe de Rwandais réfugiés en Ouganda rentre chez lui

Des réfugiés rwandais au camp de Nakivale sont les premiers à bénéficier du rapatriement organisé par l'UNHCR depuis l'Ouganda.  © HCR/J.Stjernetelar

MBARARA, Ouganda, 16 janvier 2004 (UNHCR) - Un premier groupe de réfugiés rwandais installé en Ouganda se prépare à rentrer chez lui la semaine prochaine dans le cadre de l'opération de retour volontaire organisée par l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Cette opération est attendue comme l'un des derniers mouvements majeurs de rapatriés rwandais dans la région.

Lundi, 200 réfugiés rwandais doivent quitter le camp de Nakivale dans la région de Mbarara au sud-ouest de l'Ouganda dans le premier convoi de rapatriés de l'UNHCR depuis ce pays.

Cinq camions vont les emmener à la frontière de Gatuna, à quelques 300 kilomètres, et les acheminer à un centre de transit situé dans la ville de Byumba, dans le nord-est du Rwanda. Là, ils recevront un « pack d'intégration » comprenant des ustensiles de cuisine, des bâches de plastique pour leur abri, des couvertures, des jerrycans et des savons.

Certains rapatriés seront transportés par des camions de l'UNHCR depuis le centre de transit jusque leur zone d'habitation tandis que d'autres le seront par des véhicules commerciaux mis à la disposition de l'Agence dans le cadre de l'opération.

Les rapatriés de lundi seront les premiers des 1 165 réfugiés rwandais à s'être inscrits pour le rapatriement volontaire dans trois camps ougandais - les camps de Nakivale, Oruchinga and Kyakka.

L'Ouganda abrite quelques 23 000 réfugiés rwandais. C'est l'un des plus importants groupes de Rwandais toujours en exil.

Alice Litunya, qui dirige le bureau de l'UNHCR à Mbarara, est certaine que d'autres réfugiés s'inscriront pour le rapatriement volontaire dès lors que les premiers rapatriés enverront aux camps ougandais des lettres rassurantes sur les conditions de vie au Rwanda.

L'UNHCR et les autorités ougandaises et rwandaises se sont rendus dans ces camps afin d'assurer aux réfugiés que, de retour au Rwanda, ils récupéreraient leur terre et bénéficieraient d'allocations pour subvenir aux besoins essentiels de leur famille.

Une étude de la population réfugiée rwandaise révèle que les réfugiés sont originaires de toutes les régions du Rwanda. Le plus grand nombre provient pourtant des zones Est de Kibungo et Utarama, qui bordent le parc national d'Akagera au nord-est du pays.

D'autres viennent de Gisenyi et de Ruhengeri (nord-ouest), de Gitarama (centre) de Kibuye (ouest), de Gikongoro et de Butare (sud).

Cette opération de rapatriement est la conséquence de l'accord tripartite signé entre les gouvernements ougandais et rwandais et l'UNHCR en juillet 2003.

Hormis l'Ouganda, l'UNHCR et le gouvernement rwandais ont également signé des accords pour le retour des réfugiés rwandais résidant dans divers pays africains tels le Burundi, la République Centrafricaine, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, la République du Congo, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

Environ 2 millions de personnes ont fui le Rwanda après le déclenchement du génocide en 1994.

D'après l'UNHCR, au milieu de l'année 2003, environ 60 000 réfugiés rwandais étaient encore présents dans la région.

Fin 2003, 19 712 réfugiés rwandais sont retournés chez eux avec l'aide de l'UNHCR. Sur ce total, 14 981 réfugiés rwandais ont été assistés par l'UNHCR pour revenir en terre natale depuis la République du Congo. Des convois comprenant de plus petits groupes ont été mis en place depuis la Tanzanie, le Burundi, la Zambie, l'Ouganda et la République du Congo.

Pour inciter au retour, les autorités zambiennes et l'UNHCR prévoient d'envoyer au Rwanda une équipe composée d'influents réfugiés rwandais, de haut-représentants du gouvernement zambien, de parlementaires et du personnel de l'UNHCR afin d'y effectuer une mission de vérification au début du mois de mars. Cette visite fait partie de la campagne d'information qui vise à inciter le retour des quelques 5 700 réfugiés rwandais encore présents en Zambie. Une campagne d'information similaire a été lancée dans le camp de Tongogara au Zimbabwe, où il y a plus de 3 500 réfugiés rwandais.

Le coordinateur régional de l'agence dans la région des Grands Lacs, Wairimu Karago, rapporte qu'à la fin de l'année 2004, « l'UNHCR aimerait être en position d'affirmer avoir fait tout son possible pour faciliter et aider les réfugiés rwandais à retourner chez eux. »