Une famille sierra-léonaise de retour chez elle

Ambulaï et Hawa Lumeh étaient jeunes mariés lorsqu'ils ont fui la Sierra Leone en 1992. 12 ans et 4 enfants plus tard, ils sont rentrés dans leur pays par le dernier convoi organisé par l'UNHCR depuis le Libéria la semaine dernière.

Ambulai Lumeh at sa famille s'apprêtent à monter dans le camion qui les ramènera en Sierra Leone depuis le camp de VOA au Liberia.  © HCR/S.Momodu

FREETOWN, Sierra Leone, 26 juillet 2004 (UNHCR) - Ambulaï et Hawa Lumeh étaient jeunes mariés lorsqu'ils ont fui la Sierra Leone en 1992. 12 ans et 4 enfants plus tard, ils sont rentrés dans leur pays par le dernier convoi organisé par l'UNHCR depuis le Libéria la semaine dernière.

Ambulaï, âgé maintenant de 60 ans, n'a pu retenir ses larmes lorsqu'il a revu sa maison natale dans le village de Heigbema dans le district de Pujehun jeudi dernier. Lui et sa famille ont survécu à une fuite dramatique, des années d'exil et au difficile chemin du retour pour retrouver sa maison ruinée par les longues années de guerre civile.

Lors d'une réunion émouvante avec des parents, Ambulaï était effondré d'apprendre que certains de ses proches ont été tués lorsque les rebelles ont attaqué le village et que maintenant sa maison n'était plus qu'un tas rasé. Les maisons en torchis et en chaume parsèment les ruines d'un village que les réfugiés comme lui qui sont revenus, vont tenter de reconstruire en même temps qu'ils vont reconstruire leur vie.

« Voir un homme qui est assez vieux pour être mon père pleurer était douloureux pour moi » a dit Suleiman Momodu, membre de l'équipe de l'UNHCR, en décrivant ces retrouvailles très émouvantes. « Mais cela en valait vraiment la peine ».

La famille Lumeh fait partie des 178 000 réfugiés sierra-léonais qui sont rentrés chez eux depuis les pays voisins grâce au programme de rapatriement de l'UNHCR après la fin de la guerre civile en 2001. Les opérations de retour en elles-mêmes ont pris fin le 21 juillet de cette année.

Avant leur retour, Ambulaï et sa famille ont vécu dans le camp VOA près de la capitale libérienne, Monrovia pendant 12 ans. Pendant ce temps, ils ont été déplacés à cause de la guerre civile du Libéria et ont dû survivre avec seulement très peu de choses.

Malgré les défis qu'il va devoir relever, Ambulaï est heureux d'être rentré en Sierra Leone. « je suis revenu à la maison pour de bon et pour cela, j'en suis très reconnaissant à l'UNHCR » dit-il « si je devais retourner au Libéria un jour, je prie pour que ce ne soit pas en tant que réfugié, mais peut-être pour rendre visite à des amis ».

Comme les autres ex-réfugiés, la famille Lumeh a reçu des rations alimentaires, du matériel de première nécessité et des outils agricoles pour les aider à démarrer leur réinstallation. Ambulaï se voit bien devenir un paysan et Hawa espère pouvoir ouvrir une petite échoppe.

Ils espèrent également enseigner à leurs enfants, 2 garçons et 2 filles, nés en exil et qui ne parlent que l'anglais du Libéria, le dialecte local : le Mende.

Pour les aider à réintégrer leur communauté d'origine, l'UNHCR et ses partenaires, ensemble avec le gouvernement sierra léonais, ont prévu la réalisation de différents projets communautaires d'ici la fin de l'année 2005. Ces projets à l'échelle locale comprennent des formations techniques, la construction de dispensaires médicaux et la restauration des écoles.