Ouverture d'un neuvième camp au Tchad

Des enfants réfugiés soudanais à l'école au Bahai, au Nord-Est du Tchad, où de nouveaux réfugiés continuent d'arriver encore depuis le Darfour.  © HCR/H.Caux

BAHAI, Tchad, 9 juillet 2004 (UNHCR) - Plus de 120 000 réfugiés soudanais ont maintenant été transférés de la zone-frontière vers les camps à l'intérieur du Tchad et les opérations de relocalisation se poursuivent. L'UNHCR a prévu d'ouvrir un 9ème camp dans l'Est du Tchad la semaine prochaine, avec le premier convoi de réfugiés soudanais de la ville frontalière tchadienne de Bahaï vers le nouveau camp de Oure Cassoni prévu pour lundi.

Trois bus et treize camions seront utilisés pour cette opération de relocalisation. L'UNICEF et l'International Rescue Committee ont prévu d'achever aujourd'hui leurs campagnes de vaccination contre la polio et la rougeole à Bahaï. Ils ont aussi commencé des campagnes de vaccination près de Cariari mercredi dernier. La campagne concerne les enfants âgés de 5 mois à 15 ans.

A Bahaï, les équipes de l'UNHCR ont rapporté quelques arrivées de réfugiés du Darfour. Pour la journée de mercredi, trois familles représentant un groupe de 30 personnes, principalement des femmes et des enfants, sont arrivées à Bahaï et ont commencé à s'installer près du wadi. Ils ont raconté qu'ils avaient rejoint le Tchad car ils ne trouvaient plus de nourriture dans les montagnes où ils s'étaient cachés et parce que des membres de leurs familles se trouvaient déjà au Tchad.

Les familles ont raconté qu'il y a six mois, elles ont fui leur village d'Aboulia quand il a été attaqué par trois avions et par plus de 100 miliciens à cheval ou à dos de chameau. Des villageois ont été tués, le village a été pillé et brûlé.

Une femme a dit avoir été témoin des viols commis par les miliciens sur les jeunes filles pendant l'attaque du village. Cette femme a également affirmé que quatre jeunes filles ont été enlevées et que depuis l'on a plus entendu parler d'elles.

Les réfugiés ont dit qu'une cinquantaine de familles se sont enfuies et ont marché pendant deux jours pour rejoindre la montagne où elles se sont cachées pendant trois mois, vivant simplement de cueillette. Les réfugiés ont également dit qu'ils avaient une nouvelle fois été attaqués par les millices et qu'ils avaient dû à nouveau fuir, marchant pendant presque deux jours entiers pour rejoindre une autre montagne où ils sont restés jusqu'à ce que la nourriture vienne à manquer.

Plus loin vers le sud de la zone-frontière, un plus grand nombre de réfugiés est arrivé sur le site d'Am Nabak depuis la zone-frontière par leurs propres moyens. Il y a quelques jours, quelque 600 réfugiés sont arrivés de la ville-frontière de Tiné et 300 autres sont venus de la ville d'Amdour.

Les réfugiés ont loué deux camions pour faire ce voyage jusqu'à Am Nabak. L'UNHCR et ses partenaires les ont pris en charge sur ce site, ils ont eu une distribution de rations alimentaires et de bâches. Oxfam assure l'approvisionnement en eau du site par camion citerne depuis Iriba et Moudre.

L'UNHCR a proposé aux réfugiés de les transférer vers le camp de Mile, mais ils ont refusé cette solution car ils veulent rester près de leurs familles qui se trouvent déjà dans le village d'Am Nabak. Quelque 6 000 à 7 000 réfugiés sont maintenant recensés sur le site d'Am Nabak.

Dans le camp de Touloum, mercredi dernier, l'UNHCR a favorisé la création d'un Comité des Femmes réfugiées pour donner la possibilité aux femmes d'exprimer leurs problèmes et leurs besoins ;à l'heure actuelle peu de femmes siègent dans les structures officielles des réfugiés dans le camp. Près de 80 % des réfugiés présents dans ce camp sont pourtant des femmes et des enfants.

Une femme par quartier de 90 tentes sera désignée pour siéger au Comité et pourra rapporter les problèmes et les besoins des femmes vivant dans ce quartier. L'UNHCR espère que le Comité des Femmes encouragera les femmes à dénoncer tous les abus et violences domestiques et sexuelles qu'elles pourraient connaître dans le camp.

L'UNHCR va convoyer par avion près de 180 tonnes de matériel de secours depuis ses stocks au Danemark pour les opérations d'urgence dans l'Est du Tchad. Quatre vols par Iliouchine 76 apporteront plus de 49 000 couvertures, 10 000 bâches, 8 500 kits d'ustensiles de cuisine, 20 000 jerricans et 4 entrepôts préfabriqués.

Dans le même temps, le pont aérien se poursuit : 16 100 tentes sont arrivées du Pakistan par le 8ème vol qui a attéri aujourd'hui à N'Djamena. Au total, ce pont aérien comprendra 22 vols. Pour mémoire, ce sont déjà 2 000 tonnes de matériel de secours qui sont arrivées au Tchad grâce à ce pont aérien depuis le début de l'année.

Plus de 55,8 millions de dollars US sont nécessaires pour les opérations au Tchad. Nous n'avons pour l'instant reçu que près de 27,8 millions de dollars US, qui incluent les contributions récentes de 8 millions de dollars des Etats-Unis, 555 000 dollars US des Pays-Bas, 121 803 dollars US du Luxembourg et 636 943 dollars US de Nouvelle-Zélande.