Ruud Lubbers se félicite des mouvements de rapatriement en Afrique de l'Ouest

Le Haut Commissaire Ruud Lubbers avec le ministre résident Sahr Randolph Fillie-Faboi (à gauche) et Ibrahima Coly du HCR dans la ville frontalière de Gendema en Sierra Leone.  © HCR/S.Momodu

GENDEMA, Sierra Leone, 3 février (HCR) - Le directeur de l'agence de l'ONU pour les réfugiés, Ruud Lubbers, s'est joint à un convoi de réfugiés libériens rapatriés de Sierra Leone, quelques mois à peine après un mouvement de rapatriement en sens inverse.

Mercredi, R. Lubbers a salué les 17 camions qui transportaient 205 réfugiés libériens de l'autre côté du pont du fleuve Mano, la frontière naturelle entre la Sierra Leone et le Libéria.

« Nous sommes ici aujourd'hui pour fêter un nouveau rapatriement, » s'est réjoui le Haut Commissaire dans la ville frontalière de Gendema, en Sierra Leone, située au carrefour de deux des principaux mouvements de rapatriement organisés en Afrique de l'Ouest.

Il faisait référence au retour planifié de réfugiés libériens en provenance de Sierra Leone qui a débuté en octobre dernier et permis à plus de 2 100 Libériens de retrouver leur pays, mais aussi au rapatriement de réfugiés sierra léonais commencé en 2000 et achevé en juillet dernier, qui aura vu le retour de 280 000 réfugiés, dont 178 000 auront bénéficié de l'aide du HCR.

R. Lubbers a exprimé sa gratitude au gouvernement et au peuple de Sierra Leone pour avoir accueilli des réfugiés libériens qui peuvent désormais rentrer chez eux maintenant que la sécurité s'est améliorée au Libéria.

A Gendema, des centaines de personnes dont les personnels du HCR et des agences partenaires, des représentants du gouvernement et des habitants de la localité se sont rassemblées pour accueillir mercredi le Haut Commissaire. Les Sierra-Léonais, dont beaucoup avaient bénéficié de la protection du HCR, ont ponctué la cérémonie par des chants et des danses.

R. Lubbers a déclaré qu'après des années difficiles, c'était un miracle que la paix soit revenue en Sierra Leone. « Le pays a connu des heures sombres, mais le temps est venu de tourner la page de la violence. Je constate que vous êtes prêts à vivre en paix et en harmonie. »

Il a rappelé que la paix commence chez soi, au sein des familles et de la communauté, et insisté sur l'importance de l'éducation, notamment pour les filles.

Le ministre résident, Sahr Randolph Fillie-Faboi, a souligné que les projets de responsabilisation communautaire du HCR avaient nettement amélioré le quotidien des Sierra-Léonais. Il a assuré R. Lubbers du soutien continu de son gouvernement pour l'accueil des réfugiés libériens, et appelé à la réhabilitation des routes de Kailahun et Zimmi qui mènent à la frontière libérienne, ce qui faciliterait les rapatriements.

La visite de mercredi à la frontière a marqué la fin du déplacement du Haut Commissaire en Sierra Leone. Au cours de sa mission de deux jours, il a rencontré le président Ahmad Tejan Kabbah, le représentant spécial de l'ONU en Sierra Leone Daudi Mwakawago, le commissaire adjoint du Commissariat national pour l'action sociale Justin Bangura, ainsi que d'autres acteurs de l'aide humanitaire et du développement. A chaque entretien, R. Lubbers a évoqué les questions de paix et de sécurité, mais aussi la stratégie des 4R prônée par le HCR : rapatriement, réintégration, reconstruction et réinstallation.

Dans son discours à la presse mardi, R. Lubbers a noté que des progrès avaient été accomplis ces dernières années mais répété que la Sierra Leone n'était pas au bout de ses peines et avait encore besoin de soutien. Pour la quatrième année consécutive, ce pays d'Afrique occidentale a été classé comme la nation la moins développée du monde selon le rapport des Nations Unies sur l'indicateur de développement humain.

Par Sulaiman Momodu, HCR Sierra Leone