Le HCR aide des déplacés pakistanais pour la préparation à l'hiver

Le HCR commence à distribuer des articles de secours pour la préparation à l'hiver à quelque 85 000 personnes déplacées internes vivant dans des camps situés dans le nord-ouest du Pakistan.

Un enfant rapporte à sa famille des articles d'aide pour la préparation à l'hiver, dans le camp de Jalozaï, durant la première journée de distribution.  © HCR/R.Ali

ISLAMABAD, Pakistan, 24 novembre (HCR) - Avec l'arrivée des rigueurs de l'hiver dans le nord-ouest du Pakistan, le HCR a commencé cette semaine à distribuer des biens de secours supplémentaires à quelque 85 000 personnes déplacées internes vivant dans des camps, soit 13 600 familles. Cette aide vise à les aider à faire face aux chutes de températures.

La première phase de la préparation pour l'hiver a commencé hier dans le camp de Jalozaï, près de Peshawar dans la Province frontière du Nord-Ouest, et continuera dans huit camps pour l'Eid el-Adha, qui commence vendredi.

Chaque famille recevra six couvertures, quatre nattes de couchage et deux bâches de plastique pour l'isolation contre le froid et la conservation de la chaleur, en plus d'autres articles d'aide reçus lors de leur installation dans le camp. Plus de 82 000 couvertures, 37 000 bâches en plastique et quelque 55 000 nattes de couchage seront distribuées cette semaine avec l'aide de chefs communautaires dans plusieurs camps, y compris à Jalozaï, à Jalala, au complexe de Benazir, à Wali Kandow et à Palosa dans la Province frontière du nord-ouest.

Gul, un fermier âgé de 50 ans, a remercié le HCR pour l'assistance qu'il a reçue de la part du HCR à Jalozaï et il a ajouté que son village situé dans les zones tribales sous administration fédérale (FATA) lui manquait.

« De nombreuses organisations nous fournissent une assistance et nous arrivons à survivre, toutefois il n'y a pas de comparaison entre vivre sous une tente et vivre dans une maison », a expliqué ce père de six enfants, qui a fui les combats survenant près de sa maison dans la Bajaur agency il y a un an. « J'ai travaillé dur toute ma vie pour gagner un salaire. Je n'aime pas rester désoeuvré et attendre une assistance, mais je n'ai pas d'autre choix. »

Une jeune Maman, Meena, attendait, elle, impatiemment l'arrivée de l'hiver. Agée de 26 ans, elle a également fui Bajaur l'année dernière et elle a indiqué que son bébé était tombé malade durant l'été car il faisait trop chaud. « J'espère qu'avec ce changement de saison, son état de santé va s'améliorer », a-t-elle indiqué. Toutefois elle était particulièrement heureuse de recevoir des couvertures, qui vont permettre à sa famille de se tenir au chaud durant l'hiver.

Parallèlement, dans le cadre du programme de préparation pour l'hiver, des tentes en tissus standard sont également remplacées par des tentes tous temps ou renforcées à l'aide de matériel d'isolation supplémentaire. Le remplacement des tentes suit son cours, avec plus de 3 000 tentes déjà remplacées à ce jour dans le camp de Jalozaï. Dans d'autres camps établis plus récemment comme Wali Kandaw dans le district de Lower Dir, les déplacés disposent de tentes tous temps montées dès l'ouverture du camp.

Plus de 12 000 résidents des deux camps de Katcha Ghari recevront des kits de préparation pour l'hiver ainsi que de nouvelles tentes tous temps lorsqu'ils seront transférés à Jalozaï la semaine prochaine après l'Eid. Une seconde distribution de kits d'aide à la préparation pour l'hiver sera effectuée et comprendra des châles en laine, des lampes à énergie solaire et du bois de chauffage.

On compte actuellement plus de 100 000 personnes résidant dans 10 camps de la Province frontière du Nord-Ouest. Jalozaï est le site le plus important, où sont hébergées plus de 80 000 personnes principalement originaires des zones tribales sous administration fédérale (FATA). Certains résidents y vivent depuis un an. Quelque 30 000 personnes originaires de Bajaur et de Bara dans la Khyber agency ont été enregistrées dans ce camp depuis le mois d'octobre.

Près de 900 000 personnes originaires des régions FATA et de la Province frontière du Nord-Ouest au nord du Pakistan, pourraient être encore déplacées et elles vivent dans des communautés hôtes, selon les statistiques globales de distribution d'aide humanitaire. Des mouvements de courte durée entre les zones de déplacement et de retour ont rendu difficile l'estimation plus précise des personnes restant déplacées. En partenariat avec d'autres agences, le HCR mène actuellement un second programme de contrôle des déplacés dans cinq districts de la Province frontière du Nord-Ouest, afin de mieux comprendre l'envergure de la population déplacée et les besoins des personnes déplacées.

Pour des agences humanitaires comme le HCR, le déplacement dans le nord-ouest du Pakistan s'avère, de par sa nature, très complexe et multiforme. Il nécessite d'assurer à la fois un programme de soins et entretien pour la population déplacée à plus long terme, des programmes de retour et de réintégration ainsi qu'une intervention pour les urgences humanitaires dans le cadre de nouveaux déplacements comme ceux survenant dans le Sud-Waziristan. Plus de 268 000 personnes déplacées (soit 36 700 familles) originaires du Sud-Waziristan ont désormais été contrôlées par l'Autorité pakistanaise des bases de données et de l'enregistrement (Pakistan's National Database and Registration Authority, NADRA).

Par Ariane Rummery à Islamabad et Rabia Ali à Peshawar, Pakistan