Plus de 75 000 personnes déplacées par de nouveaux combats dans le Nord-Waziristan au Pakistan

Le HCR et ses partenaires s'efforcent de coordonner les opérations de secours et de fournir une assistance, des tentes et d'autres produits de secours de base aux plus vulnérables.

Distribution d'aide au bénéfice d'une partie des dizaines de milliers de personnes qui ont fui vers l'est de l'Afghanistan.  © HCR

MATUN, Afghanistan, 2 juillet (HCR) - Une offensive militaire dans la région tribale pakistanaise du Nord-Waziristan a contraint plus de 75 000 personnes à fuir leur foyer au cours des deux dernières semaines, en quête d'un refuge de l'autre côté de la frontière, dans les provinces de Khost et Paktika en Afghanistan. Beaucoup ont fui soudainement, emportant très peu d'affaires.

« Nous avons seulement réussi à nous échapper de Miranshah » indique un homme au personnel du HCR, Miranshah étant la capitale de la région montagneuse du Nord-Waziristan. « Nous avons laissé tous nos biens. Le gouvernement pakistanais bombardait nos villages », ajoute-t-il.

Le HCR, le Programme alimentaire mondial, l'Organisation mondiale pour la santé et d'autres partenaires s'efforcent de coordonner les opérations de secours et de fournir une assistance, des tentes et d'autres produits de secours de base aux plus vulnérables. Cependant, l'assainissement, l'eau potable et les soins médicaux ne sont pas très abondants et bien que les communautés locales aient généreusement accueilli les déplacés, les ressources déjà rares atteignent désormais leur capacité maximale.

Une aide humanitaire est nécessaire d'urgence pour aider les communautés d'accueil à soutenir le niveau d'assistance qu'elles fournissent aux familles déplacées. « J'aimerais aussi appeler le gouvernement afghan et la communauté internationale à assister ces familles déplacées », déclare Wali, un habitant qui héberge quatre familles de Miranshah dans sa maison située dans le district de Matun, dans la province de Khost.

Ancien réfugié au Pakistan, Wali affirme : « Nous avons été aidés par les Waziristanais pendant les années 1980 lorsque nous avons fui Khost [pendant l'occupation soviétique]. Ils nous ont accueillis et nous ont généreusement accordé leur soutien. C'est notre devoir moral et notre obligation d'assister et d'aider ces familles dans le besoin ».

Un nouvel arrivant, Hassan, déclare qu'il est reconnaissant envers Wali pour sa générosité à l'égard de sa famille, l'une des 12 100 familles (75 000 personnes) qui a jusqu'à présent franchi la frontière vers les provinces de Khost et Paktika, dans l'est de l'Afghanistan. Mais Hassan indique que « bien que nous ayons eu de la chance d'avoir un abri ici, des centaines de familles vivent encore en plein air sans aucun abri ».

Au Pakistan, le gouvernement estime que les derniers combats ont fait quelque 470 000 déplacés internes. Nombreux ont cherché la sécurité dans la province de Khyber-Pakhtunkwa.