Renforcement des capacités de protection

L’évaluation des besoins globaux fait partie d’un changement d’orientation du HCR visant à baser son processus de planification budgétaire sur les besoins plutôt que sur les niveaux projetés de soutien des donateurs attendus par l’agence. Les caractéristiques essentielles du SPCP seront rationalisées, tel l’engagement des gouvernements, des partenaires internationaux et nationaux ainsi que des personnes relevant de la compétence du HCR dans des efforts communs afin de renforcer les capacités de protection et d’améliorer la protection des réfugiés, des déplacés internes et des apatrides.

A l’avenir, le SPCP fera partie intégrante des processus d’évaluation et de planification du HCR et les projets existants du SPCP seront inclus dans l’évaluation des besoins globaux.

Le SPCP facilite les réponses nationales aux problèmes de protection à travers un processus d’évaluation de la protection, de dialogue et de planification commune. Ceci comprend :

Une analyse approfondie des lacunes de protection et des conséquences des besoins non satisfaits.

Des consultations nationales avec les gouvernements, les partenaires internationaux et nationaux et les personnes relevant de la compétence du HCR dans le but d’examiner les lacunes identifiées et de recommander des mesures pour y remédier.

Le développement concerté d’un plan d’action pluriannuel comportant des projets spécifiques destinés à améliorer les capacités juridiques et administratives, à renforcer la sécurité, à veiller à ce que les besoins fondamentaux soient satisfaits et à ce que l’accès aux services essentiels soit assuré, à développer des moyens de subsistance et à faciliter des solutions pour les années à venir.

La publication du SPCP, intitulée « Cadre d’analyse des lacunes de protection : Renforcer la protection des réfugiés », est l'outil principal utilisé pour analyser les lacunes dans la protection des réfugiés. Un outil inter-organisations similaire, intitulé « Protection des personnes déplacées dans leur propre pays en raison de conflits : une évaluation pour agir » (en anglais), est disponible pour évaluer la situation de la protection des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Un cadre de travail sur la protection des personnes apatrides est en cours d’élaboration.

Les initiatives du SPCP bénéficient du soutien technique coordonné du Département des services de protection internationale (dans les domaines de la réforme législative, du renforcement des capacités administratives et de l’amélioration des procédures de détermination du statut de réfugié), du Département des services opérationnels (améliorer l’enregistrement, la délivrance de documents, satisfaire les besoins de base, assurer les services essentiels et renforcer les moyens de subsistance) et du Département des relations extérieures (plaidoyer et mobilisation des ressources). Elles bénéficient également de partenariats internationaux, tels ceux mis en place avec l’Organisation internationale du travail (OIT) et le Conseil danois pour les réfugiés en matière d’élaboration de stratégies d’autosuffisance.

Renforcement des capacités de protection Pays

Arménie

Le projet de renforcement des capacités de protection (SPCP) est mené en Arménie depuis 2007. Il met l’accent sur la mise en conformité des systèmes de migration et d’asile avec les normes internationales, le renforcement des capacités du gouvernement et de la société civile pour protéger les réfugiés dans le pays et l’accélération des solutions durables pour les réfugiés et les réfugiés naturalisés.

Azerbaïdjan

En réponse aux déplacements forcés dans la région, le SPCP s’est appuyé sur la collaboration avec le gouvernement et la société civile en Azerbaïdjan depuis 2007 pour renforcer les capacités de l’Etat et des communautés en matière de protection des réfugiés, des demandeurs d’asile et des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (déplacés internes). A cette fin, une analyse des lacunes de protection des déplacés internes et des réfugiés a été effectuée et l’élaboration et la mise en œuvre de projets visant à y remédier constituent une priorité importante.

Bénin et Burkina Faso

Le projet de renforcement des capacités de protection (SPCP) au Bénin et au Burkina Faso a démarré en février 2005 dans le but de renforcer les capacités en matière de détermination du statut de réfugié (DSR), les services essentiels comme l’éducation et d’augmenter les possibilités en matière d’autosuffisance.

Equateur

Le projet de renforcement des capacités de protection (SPCP) a été lancé en Equateur au printemps 2008 dans le but de renforcer les capacités de l’Etat et des communautés en matière de protection des réfugiés et des autres populations relevant de la compétence du HCR. Par conséquent, la première étape du projet en Equateur consiste à appliquer le processus de SPCP afin d’identifier les lacunes de protection et de développer des projets ciblés pour y remédier.

L’Equateur est à l’avant-garde de l’Amérique latine dans la mise en œuvre de cette méthodologie développée dans le cadre de la Déclaration et du Plan d’action de Mexico de 2004. La politique nationale en matière d’asile progressivement mise en place constitue une référence en matière de protection des réfugiés pour toute la région. L’initiative du SPCP se déroulera également dans le contexte du Plan Equateur, un programme global de développement lancé par le gouvernement de l’Equateur pour favoriser la paix et le développement dans la région frontalière du nord.

Egypte

En 2008, le HCR a lancé le projet de renforcement des capacités de protection en Egypte. Il fait partie de la stratégie globale de protection pour l’Egypte visant à renforcer les capacités de l’Etat et des communautés en matière de protection des réfugiés et à améliorer la gestion des migrations.

Géorgie

En juillet 2007, le HCR a lancé le projet de renforcement des capacités de protection en Géorgie afin de renforcer les réponses aux déplacements forcés dans la région en matière de protection. En Géorgie, le projet se concentre sur le renforcement des capacités de l’Etat et de la société civile en matière de protection des réfugiés, des demandeurs d’asile, des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (déplacés internes) et des apatrides. Les projets SPCP visent en particulier à améliorer la capacité de protection des groupes ayant des besoins spécifiques comme les femmes et les enfants, et à améliorer les opportunités d’autosuffisance au sein des communautés déplacées.

Kenya

Le SPCP Kenya renforce les capacités en matière de détermination du statut de réfugié (DSR) et contribue à créer un environnement sûr et sain pour les réfugiés depuis octobre 2004. Il s’appuie aussi sur la collaboration avec le gouvernement pour promouvoir la délivrance de documents d’identité et l’organisation de formations pour renforcer le respect des principes de protection.

Tanzanie

Le SPCP est mis en œuvre en Tanzanie depuis 2004. Il a permis au gouvernement d’améliorer le cadre juridique et administratif, de promouvoir des attitudes positives envers les réfugiés et la recherche de solutions durables pour les réfugiés, notamment des moyens de subsistance durables.

Thaïlande

Le SPCP a été lancé en juillet 2006 en Thaïlande et coordonne depuis lors une réponse globale aux besoins non satisfaits des réfugiés, notamment le renforcement de la prévention et de la réponse en matière de violence sexuelle et liée au genre, la protection de l’enfance, les services psychologiques et de santé, la délivrance de documents, l’éducation et les moyens de subsistance.

Yémen

Le SPCP a été lancé au Yémen fin 2007. Le projet fait partie d’une stratégie de protection globale du HCR pour le Yémen visant à renforcer sous tous ses aspects la capacité de protéger les réfugiés et de gérer les flux migratoires mixtes. Les initiatives initiales du SPCP visent à répondre aux lacunes essentielles auxquelles les réfugiés sont confrontés, comme le renforcement des conditions d’accueil et d’enregistrement, l’amélioration des conditions de vie, l’encouragement de l’autosuffisance et le renforcement de la prévention et de la réponse à la violence sexuelle et liée au genre.

Zambie

Le SPCP en Zambie a démarré en 2007. Le projet s’appuie sur la collaboration avec le gouvernement et les partenaires pour établir le profil des réfugiés, améliorer l’aide juridique, renforcer la prévention de la violence sexuelle et liée au genre et élaborer un cadre juridique relatif aux réfugiés.

Projet de renforcement des capacités de protection

Le Projet (RCP) vise à combiner instruments et approches de manière à renforcer la capacité des Etats à accueillir et assurer la protection des réfugiés, y compris l'amélioration de leurs moyens d'atteindre l'autosuffisance et l'élargissement des opportunités de solutions durables.

autres documents

Evaluation des besoins globaux

Un projet consacré à la planification et la mise en oeuvre qui offre une image réelle des besoins du HCR aux donateurs.

Comité exécutifComité permanent