Fawad Ahmed, 34 ans « Je dirais que jouer pour l’Australie était un rêve ; un rêve de jouer au cricket au niveau international, et pour l’un des meilleurs pays au monde.
La finale du (Sheffield) Shield, lorsque j’ai détruit ces huit guichets, ça a été le moment de vérité. Nous avons gagné le championnat, et l’Australie a gagné la Coupe du monde. Le lendemain, on a annoncé ma sélection pour la tournée dans les Antilles et pour la tournée Ashes. Lors de mon premier match avec l’équipe d’Australie, j’étais très, très fier. Je n’oublierai jamais ce moment. »

« Shane Warne est la raison pour laquelle je joue au cricket. Je l’aime toujours ; je le regarde toujours. Le talent ne manque pas dans ce pays. Il faut trouver la perle rare. »

Qu’il soit demandeur d’asile ou ressortissant australien, Fawad Ahmed a toujours pu compter sur son amour du sport et sur son humour pince sans rire. Trouvant de nombreux points communs entre son ancien et son nouveau pays, il est passé en quelques années seulement de joueur de club à membre de la sélection australienne après son arrivée à Melbourne en 2010.

Après avoir obtenu une maîtrise de relations internationales et joué au cricket en première ligue au Pakistan, Fawad Ahmed a travaillé pour un organisme local ayant pour mission de promouvoir l’éducation des femmes, et il a commencé à recevoir des menaces. Il se souvient à quel point la décision de fuir et de demander asile a été déchirante. « Je ne me sentais pas assez en sécurité à l’époque, et il valait mieux que je parte. Ce fut une décision difficile pour moi. » Sa famille et ses amis continuent de lui manquer.


Six ans plus tard, Fawad Ahmed est une star en Australie. Il a gagné le Sheffield Shield avec Victoria et il joue en Big Bash League avec le Sydney Thunder. Sa voix se teinte d’une fierté mesurée et discrète lorsqu’il évoque le moment où il a représenté l’Australie pour la première fois dans le format One Day International. « Il faisait 9 degrés, il pleuvait, et c’était l’été au Royaume-Uni », dit il en riant.

Entraîner les enfants et encourager les jeunes talents sont des passions pour Fawad Ahmed. Ayant vécu le rêve de tant de jeunes gens, il a à cœur de redonner aux autres ce que la vie lui a donné, d’apprendre à de jeunes lanceurs à imprimer de l’effet à la balle et d’aider à trouver le prochain Shane Warne de l’Australie. Au delà du cricket, comme il est l’un des sportifs musulmans les plus en vue, il espère aussi aider les communautés à mieux se comprendre.
« J’aimerais pouvoir redonner, car ce pays m’a beaucoup donné », dit Fawad. « Je suis heureux ici, j’aime l’Australie. C’est mon pays maintenant. »

Rédigé par Catherine Stubberfield

Montrez votre solidarité #Aveclesréfugiés comme Fawad en signant la pétition dès aujourd’hui.


Vous avez aimé l’histoire de Fawad ? Partagez la avec vos amis!

Pin It on Pinterest

X