L'ONU et ses partenaires lancent des plans d'aide de grande ampleur pour la Syrie et la région

BERLIN (18 décembre 2014) - Alors que la guerre en Syrie entre dans sa cinquième année, les Nations Unies et leurs partenaires ont lancé aujourd'hui un important appel humanitaire et de développement de 8.4 milliards de dollars américains pour aider 18 million de personnes en Syrie et dans la région en 2015.

L'appel comprend deux éléments principaux: un soutien pour les 12 millions de personnes déplacées et les personnes touchées par le conflit à l'intérieur de la Syrie, ainsi qu'une réponse aux besoins des millions de réfugiés syriens dans la région, et des pays et communautés qui les accueillent.

Présenté aux donateurs lors d'une réunion à Berlin, l'appel 2015 intègre pour la première fois un volet important consacré au développement en plus des besoins humanitaires vitaux de la plus grande crise de déplacement de population au monde.

Le plan de réponse stratégique 2015 pour la Syrie répond aux besoins humanitaires à l'intérieur du pays et vise à apporter protection, aide vitale et des moyens de subsistance résilients à 12.2 millions de personnes.

Le plan requiert des financements à hauteur de 2.9 milliards de dollars et regroupe les organisations humanitaires travaillant à l'intérieur de la Syrie et dans les pays voisins afin de renforcer la réponse.

« Le conflit a détruit les vies de millions de Syriens qui se retrouvent pris entre deux feux et sont privés d'un accès aux provisions de bases et aux soins de santé. Beaucoup vivent dans la peur, les enfants ne peuvent pas aller à l'école, et les parents ne peuvent pas travailler, » a dit Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies pour les affaires humanitaire et Coordonnatrice des secours d'urgence. « Ce plan, s'il était totalement financé, nous aiderait à fournir de la nourriture et des médicaments aux enfants, un abri aux familles pour se protéger du froid, et soutenir ceux qui sont désespérés et traumatisés. Il est très difficile et dangereux de travailler en Syrie, mais la communauté humanitaire reste déterminée à aider les personnes les plus vulnérables prisonnières de cette crise. »

Le plan régional pour les réfugiés et de résilience représente un changement stratégique de l'approche de l'aide humanitaire dans la région. Contrairement aux précédents, ce plan réunit les opérations humanitaires d'urgence et le soutien aux communautés hôtes avec des interventions sur le long terme visant à favoriser la résilience et, à terme, de réduire les coûts. Le plan demande 5.5 milliards de dollars pour soutenir 6 millions de personnes et se base sur des projections prévoyant jusqu'à 4.27 millions de réfugiés dans les pays voisins à la fin de 2015 (ce qui représente une légère diminution dans le taux de départ de la Syrie observés en 2014). Il vise aussi à soutenir plus d'un million de personnes vulnérables dans les communautés hôtes.

« La guerre s'aggrave en Syrie et la situation humanitaire se prolonge. Les réfugiés et les personnes déplacées ont épuisé leurs économies et leurs ressources, les pays hôtes sont au bord de la rupture, » a dit le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres. « Nous avons besoin d'une nouvelle architecture de l'aide qui lie le soutien aux réfugiés avec ce qui est entrepris pour stabiliser les communautés qui les accueillent. »

La composante de l'appel liée aux réfugiés comprend de l'aide alimentaire, des abris, des articles de secours et du cash afin de pourvoir aux besoins ménagers de base, ainsi qu'une aide à l'enregistrement. La composante résilience concerne l'aide à plus d'un million de personnes vulnérables dans les communautés touchées qui bénéficieront de programmes d'assistance et d'une attention renforcée sur les moyens de subsistance et la création d'opportunités économiques.

Au-delà de l'apport d'une assistance directe, 20.6 million de personnes supplémentaires en Jordanie, au Liban et en Egypte bénéficieront d'améliorations aux infrastructures et services locaux tels que la santé, l'éducation, l'eau et le traitement des eaux usées, la formation et le renforcement des capacités des fournisseurs de services, et un soutien aux autorités locales et nationales.

« Les pays accueillants des réfugiés syriens se retrouvent confrontés à l'impact considérable que cela a entraîné sur leurs économies, leurs sociétés et leurs infrastructures, menaçant non seulement leur stabilité mais aussi la stabilité de toute la région, » a dit Gina Casar, Secrétaire générale adjointe et Administratrice associée du PNUD. « Une réponse humanitaire traditionnelle ne suffit plus. La tâche qui nous attend demande une réponse globale à la crise qui améliore la résilience de ces communautés et institutions gouvernementales. »

« Nous avons failli pendant trop longtemps à notre devoir envers les Syriens face à la pire guerre de notre génération, » a dit Jan Egeland, Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, un des partenaires clés de l'appel. « 2015 devrait être l'année où enfin nous apporterons protection et secours à ceux pris dans les feux croisés. »

Pour plus d'informations, veuillez contacter :