L'Ouganda reçoit des Congolais ayant fui l'insécurité et les souffrances au Nord-Kivu

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 09 mars 2012 au Palais des Nations à Genève.

Plus de 3000 civils congolais ont fui vers l'Ouganda depuis la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, depuis le début de cette année.

Avec la poursuite des combats au Nord-Kivu, le HCR est préoccupé par le fait que davantage de civils seront forcés à fuir.

Les personnes arrivant en Ouganda sont majoritairement des fermiers, et ils nous ont signalé des enlèvements, des pillages, du harcèlement et des viols. Les personnes traversent vers le district de Kisoro dans le sud-ouest de l'Ouganda. La plupart d'entre eux sont originaires du district de Rushuru au Nord-Kivu. Cependant, certains proviennent des territoires de Masisi et de Walikale, qui sont situés à l'intérieur du Nord-Kivu, respectivement à environ 200 kilomètres et 350 kilomètres de l'Ouganda.

Certains des réfugiés ont indiqué au personnel du HCR qu'après les attaques menées la nuit par des hommes armés, toute la population des villages avait fui.

A Kisoro, le personnel du HCR s'est entretenu avec un Congolais qui a témoigné du viol qu'il a subi de plusieurs hommes armés, après avoir été forcé à regarder le viol collectif infligé à sa femme. Sa fille, qui a résisté, a été tuée par ce même groupe.

Le HCR a ouvert un centre de transit à Nyakabande, dans le district de Kisoro, avec une capacité d'accueil de 1000 personnes. Le centre fournit un hébergement sous tentes, des repas chauds, des soins de santé de base, de l'eau potable et il est équipé d'installations sanitaires. Parallèlement, nous apportons un appui aux dispensaires locaux en fournissant des médicaments essentiels et des équipements pour la distribution d'eau. Nous transportons régulièrement les réfugiés depuis les centres de transit vers les installations de Nakivale et Oruchinga, qui accueillent déjà des réfugiés congolais - dont certains se trouvent en Ouganda depuis la guerre civile survenue dans les années 1990 - ainsi que des ressortissants d'autres pays.

Le HCR craint une nouvelle dégradation de la situation de sécurité qui portera un coup d'arrêt à l'accord tripartite signé en octobre 2010 par la République démocratique du Congo, l'Ouganda et le HCR sur le retour volontaire des réfugiés congolais vivant en Ouganda. Lors de la signature de l'accord tripartite, 32 000 réfugiés congolais sur les 81 000 qui vivent en Ouganda avaient exprimé le souhait de rentrer dans leur pays d'origine. Plus de 7000 réfugiés sont retournés par leurs propres moyens en RDC en 2010 et 2011. La reprise des violences forcent beaucoup d'entre eux à retourner en Ouganda.

Le renouveau des violences impliquant les troupes gouvernementales, les forces de la FDLR et des groupes de défense locaux dans l'est de la RDC a forcé plus de 100 000 civils à fuir depuis la fin novembre. La plupart d'entre eux sont au Nord-Kivu, où se trouvent environ 600 000 déplacés internes, soit un tiers du total des personnes déplacées à travers tout le pays qui s'élève à 1,7 million.