Alors que le conflit entre dans sa 7e année, le HCR lance une alerte sur la Syrie étant « à la croisée des chemins »

Malgré une lueur d'espoir pour la paix, les besoins et les souffrances de millions de Syriens se poursuivent sans relâche : la guerre en Syrie est un « échec collectif. »

Nasreen Ahmed Sweii, une réfugiée syrienne, pose pour ce portrait à Tripoli, dans le nord du Liban. Elle a fui sa maison familiale à Homs, en Syrie, avec ses quatre enfants après la mort de son mari. Photo d'archives.  © HCR

Alors que le monde se prépare à marquer un nouveau tournant tragique dans le brutal conflit syrien, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, exhorte la communauté internationale à intensifier son généreux soutien afin de soulager les souffrances persistantes de millions de civils innocents dans le pays et dans la région.

« La Syrie est à la croisée des chemins », a déclaré Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « Si des mesures radicales ne sont pas engagées pour consolider la paix et la sécurité en Syrie, la situation se dégradera encore davantage. »

En Syrie, 13,5 millions de personnes sont dépendantes de l'aide humanitaire ; on dénombre 6,3 millions de déplacés internes ; des centaines de milliers de personnes ont entrepris de périlleuses traversées en quête d’un refuge ; depuis leur naissance, près de trois millions d'enfants de moins de cinq ans n'ont rien connu d’autre que le conflit ; et 4,9 millions de Syriens, majoritairement des femmes et des enfants, sont réfugiés dans des États voisins où les pays hôtes ploient sous l'énorme charge des conséquences sociales, économiques et politiques. « Au bout du compte, le conflit syrien n'est pas une affaire de chiffres, c'est bien d'êtres humains qu'il s'agit », a ajouté M. Grandi. « Des familles ont été déchirées, des civils innocents tués, des maisons détruites, des entreprises et des gagne-pain réduits à néant. C'est un échec collectif. »

Cette année comme au-delà, le HCR continuera d’offrir aide et protection aux victimes, en Syrie et dans la région. Aux côtés de ses partenaires, il a fourni une aide vitale à des millions de personnes. En 2016, plus d’un million de Syriens ont bénéficié d'une assistance hivernale, notamment d’articles essentiels pour survivre aux températures glaciales. Plus de quatre millions de personnes ont reçu, l’année dernière, des articles de première nécessité, tels que des aliments, des médicaments, de la literie et des ustensiles. Plus de deux millions d'entre elles ont profité du réseau HCR de centres communautaires en Syrie où des services — protection de l'enfance, éducation et santé — leur ont été apportés. Dans la région, plus de trois millions de réfugiés et déplacés syriens ont reçu une aide pour survivre à un hiver extrêmement froid. Le HCR et ses partenaires sont venus en aide à près de cinq millions de réfugiés syriens et ceux qui les accueillent avec une gamme de services en matière de protection et d'assistance - y compris l'éducation, la santé et l'abri dans les cinq principaux pays d'accueil de réfugiés dans la région.

Alors même que les vulnérabilités augmentent, les financements sont hélas en retard sur les besoins. La conférence qui se tiendra à Bruxelles début avril contribuera à évaluer l'avenir du pays, y compris les financements humanitaires nécessaires. Les Nations Unies demandent cette année une somme de huit milliards de dollars pour répondre aux besoins des Syriens dans leur propre pays comme en exil. Cet appel fait suite à d'importants engagements pris à la Conférence de Londres en 2016, notamment en faveur de l'éducation et des moyens d'existence, et il est essentiel que ces efforts soient maintenus. « Nous exhortons les donateurs à maintenir un financement suffisant et flexible pour nous permettre de répondre à des besoins énormes », a indiqué Filippo Grandi. « L'argent ne mettra pas fin à la souffrance, mais c'est un moyen d’action face a l'exacerbation de la pauvreté et de la misère. Les ressources dont nous disposons aujourd'hui sont simplement insuffisantes pour relever tous ces défis. »

Le HCR espère que les récentes initiatives de paix jetteront les bases d’une résolution durable de la situation. « À eux seuls, les pourparlers de paix ne suffiront pas à instaurer sur le terrain les conditions nécessaires au retour des réfugiés », a précisé Filippo Grandi. « Mais une fois que seront établis les fondamentaux d’une paix et d’une sécurité durables, nous devrons anticiper le vaste effort de reconstruction à engager sur toute une génération. Dans l'intervalle, il est essentiel que la planche de salut offerte par l'aide humanitaire soit maintenue et que l'accès à cette assistance soit élargi pour apporter un soutien vital à tous ceux qui sont dans le besoin. »

Une sélection de photos et de vidéos du HCR sur le sixième anniversaire de la guerre en Syrie est disponible ici. (identifiant de connexion nécessaire)

Contacts médias :

À Genève, Matthew Saltmarsh, saltmars@unhcr.org ; +41 79 217 3140

À Amman, Scott Craig, craigs@unhcr.org ; +962-7-9276-0640