Vers un pacte mondial sur les réfugiés : contributions écrites

Pour encourager la participation la plus large possible au processus conduisant à l’élaboration du  pacte mondial sur les réfugiés, les Etats membres des Nations Unies et toutes les autres parties prenantes sont invités à soumettre au HCR des contributions écrites qui seront publiées sur cette page.

Les contributions écrites peuvent être envoyées à n’importe quel moment lors du processus conduisant à l’élaboration du pacte mondial sur les réfugiés.

Recommandations pour les contributions

Toute personne est invitée à soumettre une contribution écrite par courrier électronique à l’adresse refugeecompact@unhcr.org, de préférence en format PDF, à condition d’indiquer les informations suivantes dans le corps du mail :

  1. Le titre de la contribution. (Si vous envisagez de soumettre plusieurs contributions écrites au cours du processus conduisant au développement du pacte mondial sur les réfugiés, nous vous recommandons de choisir un titre pour chaque contribution reflétant le comité auquel elle correspond et/ou les sujets abordés.)
  2. Le nom du/des gouvernement(s), organisation(s) et/ou personne(s) à qui la contribution écrite peut être attribuée. Les contributions émanant de gouvernements ou  d’organisations doivent être, dans la mesure du possible, soumises à partir d’une adresse email officielle.
  3. Une déclaration par laquelle le(s) gouvernement(s), organisation(s) et/ou personne(s) rédigeant la contribution écrite consent(ent) à ce qu’elle soit publiée en ligne.

Le HCR se réserve le droit de refuser toute contribution écrite qui ne respecte pas les trois conditions susmentionnées, qui ne semble pas émaner de la personne ou de l’organisation à qui elle est attribuée ou qui n’est pas soumise dans l’esprit des valeurs essentielles du HCR telles que l’intégrité, le professionnalisme et le respect de la diversité.

Contributions écrites reçues

Les opinions exprimées dans les contributions ci-dessous sont celle de leur(s) auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du HCR ou des Nations Unies.