Le gouvernement ougandais et le HCR annoncent le lancement d'opérations de vérification et de profilage des demandeurs d'asile et des réfugiés

Un fonctionnaire vérifie les données biographiques d'un réfugié lors d'une opération de vérification dans le camp de réfugiés d'Oruchinga, en Ouganda

Un fonctionnaire vérifie les données biographiques d'un réfugié lors d'une opération de vérification dans le camp de réfugiés d'Oruchinga, en Ouganda   © HCR/Wendy Kasujja

Le bureau du Premier ministre ougandais et le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, annoncent le lancement d'une opération de vérification et de profilage de plus de 1,5 million de demandeurs d'asile et de réfugiés en Ouganda.

« Il s'agit d'une opération périodique importante qui nous permet de récolter des faits et des chiffres précis à propos de la population de réfugiés sur notre sol afin de nous guider pour mieux réagir », a souligné Esther Anyakun, ministre d'État chargée des Secours, de la préparation aux catastrophes et des réfugiés, avant le lancement officiel de l’opération.

Cette opération vise plus particulièrement à valider et à actualiser les données personnelles des demandeurs d'asile et des réfugiés dans le pays et à leur fournir de nouveaux documents d'identification. Il est également question de recueillir des données socio-économiques.

Les opérations de vérification et le profilage ont débuté le 18 octobre 2021 à Oruchinga, un camp de réfugiés situé dans le district d'Isingiro, où vivent quelque 8 200 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC), du Rwanda et du Burundi, auxquels s'ajoutent des réfugiés originaires du Soudan du Sud, en plus petit nombre. Réalisé en plusieurs étapes, le programme sera ensuite lancé dans le camp de réfugiés de Nakivale à la mi-novembre et se déplacera progressivement vers d'autres zones d'accueil de réfugiés.

Selon le planning, le bureau du Premier ministre et le HCR concluront cette opération au troisième trimestre 2022.

« Je ne saurais trop insister sur l'importance de ces opérations pour assurer la protection des réfugiés », souligne Joel Boutroue, représentant du HCR en Ouganda. « Des documents valides sont essentiels pour que les réfugiés soient en mesure de jouir de leurs droits et d'accéder à l'assistance et aux services sociaux ».

La vérification sera menée parallèlement au profilage des demandeurs d'asile et des réfugiés, une enquête destinée à recueillir des informations sur leur éducation, leurs revenus, leur profession et leurs besoins ou vulnérabilités spécifiques.

« Ces données seront d'une valeur inestimable pour adapter les programmes aux réels besoins des plus vulnérables. Elles vont également orienter les interventions vers des actions axées sur le développement, qui devraient permettre de déboucher sur l'autonomie économique et la résilience », précise Joel Boutroue. « La prise de décision fondée sur des preuves et des données est essentielle pour parvenir à des solutions réellement adaptées aux besoins des réfugiés, en particulier dans un contexte de ressources insuffisantes ».

La plus récente opération de vérification de la situation des demandeurs d'asile et des réfugiés en Ouganda remonte à 2018.

« À l'époque, nous nous étions engagés à entreprendre cet exercice plus régulièrement afin de renforcer la responsabilité et l'utilisation efficace des ressources dans la réponse aux besoins des réfugiés », rappelle Esther Anyakun qui en profite pour remercier le HCR et ses partenaires pour le soutien apporté au processus de vérification.

L'Ouganda est le plus grand pays d'accueil de réfugiés en Afrique. La grande majorité d'entre eux sont originaires du Soudan du Sud (933 089), de la RDC (442 792) et du Burundi (51 410). Parmi eux, 94 % vivent dans des zones rurales et 6 % à Kampala.

Depuis le lancement du Cadre d’action global pour les réfugiés (CRRF) en 2017, le gouvernement a inclus les réfugiés dans ses plans de développement nationaux et a approuvé des plans sectoriels afin d’améliorer les prestations sociales dans les districts qui accueillent des réfugiés, notamment dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'eau et de l'environnement, ainsi que de l'emploi et des moyens de subsistance. Seul pays accueillant des réfugiés à avoir élaboré des plans complets dans ces secteurs, l'Ouganda appelle à un soutien de la communauté internationale.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Bureau du Premier ministre ougandais

  • Julius Mucunguzi, Conseiller et responsable de la communication, +256 776 210307, [email protected]

HCR