Faites un don aujourd'hui et soutenez nos actions

Protégez les personnes réfugiées

Alors qu'actuellement 68,5 millions de personnes sont déplacées de force à travers le monde, le HCR a plus que jamais besoin de votre soutien pour protéger les personnes les plus vulnérables.

Faites un don

Dans un monde où une personne est déracinée toutes les 2 secondes à cause des conflits, de violences ou de persécutions, votre contribution peut faire la différence.

*Pour les donateurs domiciliés en France.

90€*

permettent de fournir un kit d'abri d'urgence à une famille réfugiée de 5 personnes.

*Après réduction fiscale, votre don vous revient à 22,5 €.

150€*

contribuent à créer un centre médical temporaire d'urgence.

*Soit 37,5 € après réduction fiscale.​

350€*

permettent de créer un système simple d'approvisionnement en eau potable pour une petite communauté.

*Après réduction fiscale, votre don vous revient à 87,5 €.​

A propos du HCR

Raouf Mazou, troisième à partir de la gauche, s'entretient avec des réfugiés dans le camp de Kakuma, Kenya, janvier 2019.

Pourquoi l'inclusion des réfugiés est logique d'un point de vue économique

Selon le nouveau directeur du Bureau du HCR pour l'Afrique, Raouf Mazou, l'inclusion socio-économique des réfugiés est indissociable des efforts de l'Agence en matière de protection et d'assistance.

ActualitéLa parole aux réfugiés
Quatre ans après l'engagement de mettre fin à l'apatridie en Afrique de l'Ouest à l'horizon 2024, des milliers de personnes ont bénéficié de la résolution prise par ces États de s'assurer que toute personne dans la région puisse accéder à une nationalité.

4 années écoulées, plus que 6 années

Mettre fin à l'apatridie en Afrique de l'Ouest d'ici 2024 est un objectif réalisable.

ActualitéCommuniqués de presse
Vienne, Autriche

Villes de lumière

Des villes en nombre croissant dans le monde accueillent des réfugiés. Grâce à cette série, découvrez comment elles aident les déracinés à trouver leur autonomie.

Les membres de l'association « Fini de courir » sont d'anciens réfugiés, déplacés internes et migrants. Ensemble, ils achètent des ingrédients de base pour produire des pâtes qu'ils vendent et dont ils se partagent les profits.

Dans une ville en détresse, certaines femmes prennent des initiatives

Gao a été envahi en 2012 par des militants islamistes armés, et presque toute la population de la ville – 80 000 sur un total de 102 000 – a fui.

ActualitéLa parole aux réfugiés