Le HCR se félicite du lancement de l'Olympic Refuge Foundation

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, se félicite de la création par le Comité International Olympique (CIO) d’une fondation appelée l’« Olympic Refuge Foundation », dont la vocation sera de créer des installations sportives sûres et de développer des acticités sportives pour les réfugiés, les personnes déplacées et les enfants menacés. 

« Le HCR soutient pleinement cette excellente initiative qui contribuera, par l’intermédiaire du sport, à améliorer la vie de milliers d’enfants déplacés et défavorisées », a souligné le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, tandis qu’il assistait à Lima, au Pérou, à la présentation officielle de cette fondation, dont il assumera la Vice-Présidence.

« La création de l’Olympic Refuge Foundation est la suite logique de notre partenariat avec le Comité International Olympique qui dure maintenant depuis 20 ans », a-t-il souligné.

« Le sport est un élément indispensable dans la vie des enfants, en particulier dans celle des déplacés. Il leur permet de retrouver leur enfance et il apporte un semblant de normalité dans leur jeune existence déjà brisée. Pour les enfants réfugiés, pratiquer des activités sportives signifie qu’ils peuvent avoir accès à un lieu sécurisé dans lequel ils peuvent guérir, grandir et se développer », a précisé le Haut Commissaire.

« Le sport est aussi un important vecteur de changement pour les enfants déplacés ou réfugiés car il permet de développer leurs aptitudes sociales, physiques et émotionnelles, ainsi que leur bien-être. Le sport aide également à renforcer leur confiance en eux et à développer leurs compétences », a-t-il ajouté.

Les programmes sportifs qui seront mis sur pied par la fondation seront développés en fonction des besoins des bénéficiaires et de leur capacité à les mener à bien avec la pleine participation de l’ensemble des communautés concernées.

L'Olympic Refuge Foundation cherchera également à obtenir le soutien des gouvernements, des organisations internationales, des membres du Mouvement Olympique, des ONG, du secteur privé et des particuliers, en mettant plus particulièrement l’accent sur les partenariats nationaux.

Grâce à la coopération entre le Comité International Olympique et le HCR, des projets sportifs à l’attention des personnes réfugiées ou déplacées ont vu le jour dans plus de 45 pays, notamment en Jordanie, au Rwanda, en Colombie ou en Éthiopie, et des dizaines de milliers d’enfants et de jeunes ont pu en bénéficier.

Sur les 65,6 millions de personnes réfugiées, déplacées et autres groupes vulnérables estimés dans le monde, 51% sont des enfants. La plupart de ces enfants ont subi l’une ou l’autre forme de violence et des traumatismes. La pratique d’une activité sportive, de manière régulière, structurée et dans un environnement sûr est indispensable car elle permet de mieux garantir la protection de ces enfants et les aider à reconstruire leur vie.

 

Contacts pour les médias :