La Haut Commissaire adjointe pour les réfugiés se rend en Irak et promet l'appui du HCR pendant une période de transition

La Haut Commissaire adjointe du HCR, Kelly T. Clements, se rend auprès des familles déplacées dans la vieille ville de Mossoul, en Irak.

La Haut Commissaire adjointe du HCR, Kelly T. Clements, se rend auprès des familles déplacées dans la vieille ville de Mossoul, en Irak.   © HCR/Rasheed Rasheed

La Haut Commissaire adjointe pour les réfugiés, Mme Kelly T. Clements, a effectué une visite de trois jours en Irak, où elle a rencontré des personnalités de haut rang irakiennes et du Kurdistan irakien à Bagdad et à Erbil, des membres de la communauté internationale. Elle s’est rendue dans des quartiers en reconstruction à Mossoul ainsi que dans des camps de déplacés irakiens et de réfugiés syriens.

Pour aider l'Iraq à sortir de la crise, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, se concentre progressivement sur la planification à plus long terme pour les réfugiés et les déplacés Irakiens plutôt que sur l’aide d'urgence. Le HCR cherche activement des moyens de leur venir en aide via les systèmes nationaux, qu'ils rentrent chez eux ou qu'ils restent dans des camps ou au sein de communautés d'accueil.

Les allocations d’aide en espèces représentent un volet essentiel des programmes du HCR, car elles constituent une bouée de sauvetage pour les familles vulnérables qui ne dépendent plus de l'aide humanitaire afin d’assurer leur accès aux systèmes nationaux de protection sociale. Depuis début 2018, plus de 200 000 familles rapatriées ont reçu du HCR une allocation d’aide en espèces pour les aider à reprendre une vie normale.

Au cours de sa visite, Kelly T. Clements s'est rendue à Mossoul-Ouest où des familles l'ont accueillie dans leur maison reconstruite grâce à des dons en espèces fournis par le HCR. Ce projet permettra de venir en aide à plus de 800 familles vulnérables qui utilisent cet argent pour acheter le matériel nécessaire à la réparation de leurs maisons endommagées.

« Hier, dans la vieille ville de Mossoul, nous avons vu l'ampleur de la dévastation. Il n'y avait pas un bâtiment qui n'ait pas été touché par le conflit », a déclaré Kelly T. Clements. « La tâche qui attend le peuple irakien est immense, mais la volonté d'aller de l'avant est claire. Les familles que nous avons rencontrées à Mossoul ainsi que dans les camps de personnes déplacées et de réfugiés sont tournées vers l'avenir, et les autorités irakiennes et kurdes veulent les soutenir. Le HCR et les nombreux partenaires qui soutiennent l'action humanitaire dans ce pays se sont engagés à soutenir le peuple irakien pendant cette période de transition et à lui assurer un avenir meilleur. »

Elle s’est également rendue à la Direction des affaires civiles, où le HCR aide le Gouvernement à délivrer des documents d'identité civils. Des responsables gouvernementaux ont déclaré à Mme Clements qu'ils avaient délivré un million de cartes nationales unifiées depuis la réouverture du bureau de Mossoul. C’est la nouvelle carte d'identité qui permet aux Irakiens d'accéder aux droits fondamentaux comme l'éducation, les soins de santé, l'emploi et la liberté de circulation. Sans ces documents, les familles déplacées et de retour se heurtent à des obstacles pour reconstruire leur vie et leur communauté.

Pour le quart de million de réfugiés syriens recherchant la protection dans la région du Kurdistan irakien, le HCR travaille avec les autorités gouvernementales pour adopter une approche progressive afin de trouver des solutions réelles et significatives à leur situation de déplacement. En étroite collaboration avec les autorités kurdes et les agences partenaires, le HCR met en œuvre une stratégie visant à garantir aux réfugiés syriens l'autosuffisance et l'accès à leurs droits juridiques, sociaux et économiques. Ce plan d’aide prévoit des investissements dans les communautés d'accueil et les services publics, favorise l'accès à l'éducation et à la santé et encourage l'activité économique pour aider les réfugiés à réaliser leur potentiel.

« Nous avons perçu un réel espoir pour l'avenir de l'Irak et de ceux qui sont arrivés ici en quête de protection », a poursuivi Mme Clements. « L'énergie du changement est tangible. Il existe une volonté collective de trouver des solutions durables pour les personnes affectées par les récents conflits. Le HCR est fier d'être un acteur dynamique de cette transformation. »

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :